République du Viêt Nam

Infos
La République du Viêt Nam (ou plus communément Sud-Vietnam) est un ancien État ayant existé de 1955 à 1975, dans la continuité de l’État du Viêt Nam créé par la France en 1949. Le 26 octobre 1955, le nouveau président Ngô Dinh Diêm proclame la République du Viêt Nam, au cours d'un coup d’État déguisé en référendum (truqué, par ailleurs). Opposée à la République démocratique du Viêt Nam (ou Nord-Vietnam) dans la guerre du
République du Viêt Nam

La République du Viêt Nam (ou plus communément Sud-Vietnam) est un ancien État ayant existé de 1955 à 1975, dans la continuité de l’État du Viêt Nam créé par la France en 1949. Le 26 octobre 1955, le nouveau président Ngô Dinh Diêm proclame la République du Viêt Nam, au cours d'un coup d’État déguisé en référendum (truqué, par ailleurs). Opposée à la République démocratique du Viêt Nam (ou Nord-Vietnam) dans la guerre du Viêt Nam, la République du Viêt Nam disparait après sa capitulation inconditionnelle le 30 avril 1975, ses territoires ayant été dès lors absorbés par l'État vainqueur pour former l'actuelle République Socialiste du Viêt-Nam (ou simplement Vietnam).

Histoire

Genèse

1948

Le 5 juin 1948, l’ancien empereur Bao Dai est ramené d’exil de Hong Kong pour former un gouvernement (factice en réalité) d’un Viêt Nam « indépendant » transformant ainsi une guerre coloniale en guerre civile. Cette mascarade ne trompe personne, à commencer par l’empereur Bao Dai lui-même qui, avec grandeur et finesse, signe les accords franco-vietnamiens avec son nom civique « Vinh Thuy » n’engageant que lui-même en tant que citoyen, et non avec son nom dynastique « Bao Dai » qui aurait alors engagé tout le pays dont il était le souverain. Du point de vue strictement juridique, l’État du Viêt Nam « indépendant » n’a jamais existé.

1949

Cette année est le point tournant de la guerre d’Indochine. L’arrivée de Mao Zedong à Pékin offre un arrière-pays au Viêt Nam jusqu’alors isolé sur les plans diplomatique et militaire et déplaçe de Berlin à Pékin la menace communiste ressentie par les États-Unis. La France concède à l’État du Viêt Nam les Affaires Etrangères et la création d’un « Armée Nationale » sous commandement français et agissant comme force supplétive. Le général Nguyen Van Hinh (Vietnamien, officier de l’armée de l’air française) ne s’y trompe pas lorsqu’il est pressenti pour l'obtention du poste de chef d’état-major. La France reconnait aussi l’indépendance du Cambodge et du Laos.

1950

Les États-Unis reconnaissent l’État du Viêt Nam, avec le début de la guerre de Corée, tandis que de nombreux États occidentaux le voient encore comme un État fantoche des Français. Avec l’expertise acquise au combat et la disponibilité de l’équipement lourd en artillerie et camion pour ses divisions lourdes en appui aux troupes régionales et locales, l’armée populaire inflige une série de déroutes aux troupes françaises dans la « haute région » de Cao Bang et Lang Son. C’est la « bataille des Routes coloniales » qui sème la panique dans l’état-major français en Indochine et au sein du gouvernement français à Paris, qui envoie en Indochine le général de Lattre de Tassigny pour redresser la situation en s’enfermant dans le delta du fleuve Rouge et les grandes villes, afin d'isoler l’adversaire qui a alors toute latitude de manœuvrer et de prendre des initiatives.

1954-1955

293 000 réfugiés quitte le Nord Vietman pour s'intaller dans la République du Viêt Nam a bord de navires de l'US Navy en 1954. Le tout se termine avec la bataille de Dien Bien Phu, qui conduit la France, en juillet 1954, aux accords de Genève mettant fin à la première guerre d'Indochine d’indépendance commencée en 1946. Ces accords reconnaissent l'indépendance du Laos, du Cambodge et le partage temporaire du Viêt Nam en deux zones de regroupement militaire (au Nord pour l’Armée populaire vietnamienne – APVN – et au Sud du 17 parallèle). Le corps expéditionnaire français en Extrême-Orient – CEFEO – se retire totalement en 1955 de l’ancienne Indochine française (Cambodge, Laos et Viêt Nam). Parallèlement à la conférence de Genève en juin 1954, l’empereur Bao Dai, chef de l’État vietnamien de Saïgon, rappelle des États-Unis Ngô Dinh Diêm pour en faire le Premier Ministre du Viêt Nam. Diem annule très vite les Accords de Genève, arguant du fait que l'État vietnamien de Saïgon n'était pas de la partie. Il est donc dispensé d'organiser des élections en vue de la réunification du Viêtnam (prévues pour 1956). Après cela, Ngô Dinh Diêm organise un référendum truqué (avec plus de voix favorables que d’électeurs) et créé la République du Viêt Nam, dont il devient le chef d’État. Ainsi sort plutôt discrètement l’empereur Bao Dai, choisissant l'abdication plutôt que créer plus de divisions dans le pays. Diem a alors les mains libres pour installer sa dictature familiale, anti-communiste et anti-bouddhiste, entamant une politique de "consolidation": dénonciation de communistes, favorisation de la minorité catholique au détriment de la grande majorité bouddhiste, ...

Le régime de Diem (1955-1963)

Ngô Đình Diệm accueilli par le président Eisenhower et le secrétaire d'État John Foster Dulles le 5 mai 1957 à l'aéroport de Washington DC. Le régime de Diem va durer 8 ans, de 1955 à 1963, ce qui constituera la "première phase" de la République du Viêt Nam. Ngô Dinh Diem est présenté comme tyrannique et despotique, et son régime est autoritaire et "familial". Il gouverne le pays avec ses frères, placés aux postes clés:
- Ngô Dinh Nhu: chef du Can Lao, parti politique pro-Diem, opiomane et admirateur d'Hitler, modelant les méthodes de torture de la police secrète du Can Lao à l'image des méthodes nazies. Suspecté dans des affaires de corruption.
- Ngô Dinh Can: gouverneur de la cité impériale e Huê, mêlé à des affaires de corruption, de trafic de drogue et suspecté d'entretenir une armée privée.
- Ngô Dinh Luyen: ambassadeur au Royaume-Uni tout en étant en charge de la minorité Cham pour le sabre.
- Ngô Dinh Thuc: archevêque catholique romain de Huê, mais vivant au Palais présidentiel de Saïgon. Autorié à solliciter des "contributions volontaires à l'Eglise" auprès d'hommes d'affaires de Saigon, il utilise sa position pour acquérir des fermes, des terres et des terrains urbains au profit de l'Eglise. Son frère Nhu et son épouse (la « Première Dame » du Sud-Viêtnam, Diem étant resté célibataire), plus connue sous le sobriquet de « Madame Nhu » (par dérision irrespectueuse et allusion à la « maquerelle »), mènent entre 1955 et 1963 une réforme de la société de Saigon à leur manière et suivant les valeurs catholiques intégristes. Ainsi, l'avortement et le divorce deviennent illégaux, les bordels sont fermés, tout comme les fumeries d'opium. Les lois concernant l'adultère sont renforcées. Suscitant la colère des parrains locaux, le jeu est interdit, tout comme la luxure et la contrebande. Diem gagne une "guerre urbaine" contre eux et leurs armées privées, et étend son emprise sur Saigon. L'opposition à Diem grandit: les premiers incidents notables, quoique de faible ampleur, apparaissent vers 1957-1958 (révoltes dans la province de Quang Ngai, prises d'un millier d'armes par les maquisards). La politique anti-communiste du gouvernement est très répressive: on parle de nombreux actes de torture et d'exécution contre des "suspects communistes". Un acte de contestation majeur a lieu en novembre 1960, lorsqu'une partie de l'armée menée par le Colonel Vuong Van Dong tente un coup d'état contre Diem en attaquant le palais présidentiel. Cet essai échoue, mais éveille nombre d'initiatives contre le régime autoritaire de Diem, notamment le coup d'état des généraux. Sous la pression de cadres du Sud, visés avec succès par la police politique de Diem, le Comité Central à Hanoi adopte une résolution secrète autorisant l'utilisation de la force au Sud. Le 20 Décembre 1960, les communistes Sud-Vietnamiens créent le Front national pour la libération du Viêt Nam. Parallèlement, la présence américaine devient visible: on compte en 1960 57 bases américaines, et les consellers militaires américains aident à la formation de l'ARVN. La contestation augmente, et les critiques fusent de toutes part: les États-Unis commencent à douter de la solidité d'un régime de plus en plus impopulaire, et émet de faibles protestations; la population des campagnes critique la mauvaise Réforme agraire (cette dernière bénéficie surtout aux grands propriétaires terriens, souvent absents de leurs domaines- alimentant la colère des paysans- et malgré les limites fixées par le gouvernement: il suffit d'utiliser le nom d'un autre membre de sa famille pour aggrandir son domaine. En outre, l'Eglise catholique et ses 1 500km2 sont exemptés. Ainsi, seuls 13% des terrains seront effectivement redistribués.) et se tourne vers le Viêtcong; les Bouddhistes supportent de plus en plus mal le favoritisme dont profitent les Catholiques (promotions dans l'armée et l'administration, attribution de terres, aides financières aux villages catholiques...) et les persécutions dont ils sont victimes. Le Viêtcong marque des points, et bientôt le régime de Diem doit réagir. Cela passera par le plan des "Hameaux Stratégiques" (à partir de 1961), par l'envoi de conseillers militaires de plus en plus nombreux à la tête des troupes sud-vietnamiennes et va déboucher directement à la Guerre du Viêtnam(ainsi le « Military Aid Adviser Group » – MAAG – de non-combattants se transforme en « Military Adviser Command Vietnam » – MACV – de combattants). Sous pression des États-Unis, en 1962, Ngô Dinh Diem accepte des accords avec Washington: plan de pacification, de démocratisation et de libéralisation. Il n'en fera rien. La situation va même empirer. En mai 1963, à Huê, les Bouddhistes ont interdiction d'utiliser des drapeaux bouddhistes pour les fêtes de Vesak, les autorités prétextant la décision de réguler l'utilisation de drapeaux non-gouvernementaux. Plusieurs jours plus tard, les Catholiques peuvent hisser des drapeaux religieux. Les Bouddhistes se soulèvent, les forces gouvernementales réagissent en faisant 9 morts civils. Diem accusera le Viêtcong et dira que les protestataires sont les responsable de la violence. la crise s'intensifie, Diem ordonnant d'arrêter tous ceux qui s'adonnerait à des actes de désobéissance civile. le 3 Juin 1963, une marche de protestation se termine par une charge de l'ARVN. Le 11 Juin, le bonze Thich Quang Duc s'immole par le feu en plein Saïgon, en signe de protestation. L'évènement, très médiatisé, fait le tour du monde, et la famille Ngô doit faire face à un véritable scandale. Dans le même temps, le Viêtcong gagne ses premières batailles (voir Guerre du Viêtnam). La situation est tendue, et Washington prend conscience de l'extrême impopularité de Ngô Dinh Diem. Les Américains laissent entendre qu'ils soutiendraient le gouvernement issu du putsch le cas échéant. Sur les ordres du président Kennedy, l’ambassadeur à Saigon Henry Cabot Lodge refuse une rencontre avec Diem et ainsi ne l'avertit pas qu’un coup d’état est préparé par ses généraux, conduits par le général Duong Van Minh dit « Big Minh » pour sa taille. Le 2 novembre, Ngô Dinh Diem et de Ngô Dinh Nhu sont exécutés lors de ce coup d'état. Ce changement de régime va correspondre à un changement de situation: la Guerre du Viêtnam s'intensifie et tend à s'"américaniser", et le pays va connaître l'instabilité politique.

La "Deuxième phase" (1963-1973)

Nguyễn Văn Thiệu, président de la République du Viêt Nam ; photo prise en 1968 lors d'une réunion avec le président américain Lyndon B. Johnson à Hawaii. Après l’assassinat de Diem, le 2 novembre 1963, le pays sombre dans l'instabilité politique: le nouveau gouvernement de Duong Van Minh hésite quant à la politique à adopter, et est renversé le 30 janvier 1964 par le général Nguyen Khanh. Ce dernier, manifestant les mêmes tendances dictatoriales que Diem, est écarté au profit d'un gouvernement non-militaire, renversé peu après par deux généraux, Nguyen Cao Ky et Nguyen Chanh Thi. Au cours de l'année 1964, la situation du pays est précaire: Saïgon perd de plus en plus d'autorité dans le campagnes, et les structures de l'État s'effondrent petit à petit. En dehors des zones urbaines, le Viêtcong intensifie son emprise, supplantant dans certains domaines l'administration gouvernementale. On estime qu'en 1964, le gouvernement de Saigon ne contrôle plus que 34% de la population. C'est à partir de ce moment que les effectifs américains vont commencer à grossir de façon conséquente et que le Nord-Viêtnam va connaître les premiers bombardements (à partir d'août, et limités). En 1967, une certaine stabilité revient à Saigon: le tandem Nguyen Cao Ky et Nguyen Van Thieu est en possession du pouvoir depuis 1965. La CIA propose une action profonde pour rallier les campagnes au pouvoir, mais elle est très peu écoutée (elle préconise la transformation du système gouvernemental, fondé sur des élites citadines coupées de la réalité des campagnes et corrompu, ainsi qu'ue nouvelle Réforme agraire). En 1968, l’intervention américaine atteint le chiffre de 536 000 G.I. sur place (contre 184 300 fin 1965 et 385 000 fin 1966) et 7 millions de tonnes de bombes ont été larguées, soit trois fois plus que sur toute l’Europe durant la Seconde Guerre mondiale. L’offensive du Têt a conduit à plusieurs évolutions: d'une part, elle renforce la détermination du gouvernement de Saigon de lutter contre la guérilla; d'autre part, elle permet l’ouverture de la conférence de Paris et l'aboutissement aux accords de Paix de Paris en 1973. Le retrait des troupes américaines débute à ce moment. De 536 000 soldats américains fin 1968, le corps expéditionnaire passe à 475 000 en 1969, 235 000 en 1970, 157 000 en 1971 et 24 000 en 1972. Le retrait américain est pallié par d'importantes fournitures d'armes au régime de Saïgon de la part de Washington, qui se révèleront insuffisantes pour Saigon.

La chute (1973-1975)

L'appui américain au Sud-Vietnam va rapidement décroître. Il se limitera à la présence de quelques conseillers militaires et plusieurs agents de la CIA; plusieurs navires américains croisent le long des côtes du Sud-Vietnam. En riposte à la pénétration de 35 000 Nord-Vietnamiens au sud du 17°parallèle, à la mi-avril 1973, Nixon va ordonner quelques bombardements sur le Laos. Mais la présidence américaine est minée par le scandale du Watergate, et les réponses aux violations du cessez-le-feu par Hanoi sont trop faibles. En 1975, l’offensive du printemps va mettre un terme à la République du Viêtnam. Si le Viêtcong a été considérablement affaibli à partir de 1968 (programme Phoenix et réforme agraire plus juste, retirant au mouvement communiste une part de légitimité), il est pallié par l'augmentation des forces Nord-Vietnamiennes (Rappelons que l'Union Soviétique intensifie ses fournitures d'armes à Hanoi à partir de 1973). Le 5 mars 1975, le Sud-Viêtnam est submergé par les divisions du Nord. Hué tombe le 25 mars, Da Nang le 2 avril. Le 21 avril, le président Thieu donne le pouvoir à son Vice-Président, Tran Van Huong, et quitte le pays, plein de deceptions quant à la promesse d'aide américaine. Tran Van Huong donnera le pouvoir à Duong Van Minh le 28 avril. L'ARVN, mal commandée, est incapable de résister. Le 30 avril 1975, Saigon est prise. L'après-midi, la voix de Minh dit sur les ondes: "Je déclare que le gouvernement de Saigon est complètement dissous à tous les niveaux". En 1976, le Viêt Nam est officiellement unifié, et prend le nom de “République socialiste du Viêt Nam". Saigon devient "Ho Chi Minh ville" ou en viêtnamien "Thanh Phô Hô Chi Minh".

Gouvernement en Exil

Un gouvernement en exil de la république du Viêt Nam, dit gouvernement en exil du Viêt Nam libre, est basé aux États-Unis d'Amérique.

Voir aussi

Notes

Références bibliographiques

- Bernard B. Fall.
- The Vietminh Regime (1954), Le Vietminh (1960, traduction française, Colin)
- The Two Vietnams (1963), Les deux Viêt Nam (1962, traduction française, Payot)
- Indochine 1946-1962 (1962, Laffont)
- Vietnam Witness, 1953-66 (1pub.966)
- Hell in a Very Small Place: The Siege of Dien Bien Phu (1966), Dien Bien Phu, un coin d’enfer (1968, traduction française posthume, Laffont)
- Anatomy of a Crisis: The Laotian Crisis of 1960-1961 (publié 1969).
- Jean Lacouture, Hô Chi Minh, Seuil, col. Politique, Paris, 1967
- Viêt Nam, de la guerre française à la guerre américaine, avec Philippe Devillers, coll.Esprit, 1969
- La Fin d'une guerre, en collaboration avec Philippe Devillers, 1960, nouvelle édition en 1969
- Paul Mus, Viêt Nam. Sociologie d’une guerre, Seuil, Paris, 1952.
- Jules Roy, La bataille de Dien Bien Phu, Julliard, 1963 ; Albin Michel, 1989.
- Colonel Vuong Van Dong "Le coup d'État du 11/11/1960" ===
Sujets connexes
ARVN   Accords de Genève   Armée populaire vietnamienne   Bernard B. Fall   Cambodge   Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient   Dong (monnaie)   France   Front national pour la libération du Viêt Nam   Gouvernement fantoche   Guerre d'Indochine   Guerre de Corée   Guerre du Viêt Nam   Hong Kong   Hô-Chi-Minh-Ville   Indochine française   Jean Lacouture   John Foster Dulles   Jules Roy   Kennedy   Liste des présidents du Viêt Nam   Mao Zedong   Nguyen Van Hinh   Ngô Đình Diệm   Paul Mus   Programme Phoenix   République   République démocratique du Viêt Nam   Seconde Guerre mondiale   Secrétaire d'État   Vietnamien   Viêt Nam   Watergate  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^