Fernand Léger

Infos
Fernand Léger (4 février 1881, Argentan - 17 août 1955, Gif-sur-Yvette) est un peintre français. Dit « pionnier du cubisme », « paysan de l’avant-garde » ou « cubiste », il a été l’un des premiers à exposer publiquement des travaux d’orientation cubiste, même s’il n’était pas lui-même un peintre cubiste - il avait trouvé son propre style, qualifié parfois de « tubiste ». Ses premières œuvres datent de 1905 et sont d’inspiration impressionniste.
Fernand Léger

Fernand Léger (4 février 1881, Argentan - 17 août 1955, Gif-sur-Yvette) est un peintre français. Dit « pionnier du cubisme », « paysan de l’avant-garde » ou « cubiste », il a été l’un des premiers à exposer publiquement des travaux d’orientation cubiste, même s’il n’était pas lui-même un peintre cubiste - il avait trouvé son propre style, qualifié parfois de « tubiste ». Ses premières œuvres datent de 1905 et sont d’inspiration impressionniste. Un musée, édifié par sa femme Nadia Léger et Georges Bauquier, lui est consacré à Biot dans les Alpes-Maritimes.

Biographie

Ses origines normandes, son physique de « brute magnifique » qu’il attribue à un père éleveur et son franc-parler ont souvent fait passer Fernand Léger pour le «paysan de l’avant-garde». À dix-neuf ans, il découvre le Paris de 1900. Léger n’y accomplira jamais la formation d’architecte qu’il est venu y poursuivre. Lentement, s’imprégnant patiemment du mouvement dynamique de la ville, il troquera son tire-ligne pour les pinceaux : l’assurance d’un métier stable contre la promesse d’une liberté risquée. Dès 1903, Léger partage un atelier avec le peintre André Mare. Après son échec aux Beaux-Arts, il s’exerce dans diverses académies. Daniel-Henry Kahnweiler, qui deviendra son marchand, se souvient ainsi de Léger allant dessiner le nu presque tous les soirs à l’académie de la Grande Chaumière. Il reste difficile de savoir à quoi ressemblaient ces dessins. Léger dit effectivement avoir détruit entre 1902 et 1908 une grande partie de ses travaux au fur et à mesure de leur production. Peut-être contenaient-ils encore quelques traces du sentimentalisme du Jardin de ma mère, peint en 1905, ou de ces Gamins au soleil (1907) qu’Apollinaire qualifia de « baignades du soir postimpressionnistes ». Sans interprétation abusive, on peut assimiler la destruction des ces dessins à un acte proprement artistique : en s’attaquant à ses tentatives désuètes, Léger brutalisait déjà la tradition. En 1907, comme de nombreux peintres parisiens, il est très marqué par la rétrospective consacrée à Cézanne qui oriente définitivement sa peinture. La même année, il découvre le cubisme de Picasso et de Braque. Léger défie Cézanne dans un impitoyable Compotier sur la table (1909), sans doute y inscrit-il déjà sa peur de la grande influence du peintre d’Aix sur lui. Le peintre se fond bientôt dans l’effervescence de la vie artistique parisienne et, dès 1908, travaille aux côtés de Modigliani, Laurens, et surtout Archipenko. Installé à la Ruche en 1908, il se lie avec Blaise Cendrars, Max Jacob et Guillaume Apollinaire et dialogue, notamment, avec le peintre Robert Delaunay. Cette influence se ressent en 1910, dans ces Nus dans la forêt, qui feront dire à Guillaume Apollinaire « M. Fernand Léger a encore l’accent le plus inhumain de cette salle. Son art est difficile », il les achève après presque deux ans de lutte. Il peint en 1909 La Couseuse, qui ouvre sa période cubiste. Amas de lignes géométriques logé dans un espace court, la toile est proche des figures massives de Picasso peintes la même année. Pourtant, dès Nu dans la forêt (1909-1910), Léger propose un cubisme personnel, même s’il s’est certainement inspiré de l’œuvre de Picasso portant le même titre. Le sujet est transformé en une chambre remplie d’artéfacts et de robots. Dans cette œuvre, Léger se détache de la doctrine de Cézanne qui consistait à peindre à partir des cylindres et des cônes. La sobriété des couleurs ainsi que l’activité frénétique des robots crée l’atmosphère symbolique d’un nouveau monde déshumanisé. Sous certains aspects, c’est une anticipation du futurisme italien. Les Fouets de la Passion, Vitrail pour l'Église du Sacré-Cœur d'Audincourt. Au début des années cinquante, il participe avec Jean Bazaine et Jean Le Moal à la décoration de l'Église du Sacré-Cœur d'Audincourt, construite dans un quartier ouvrier d’Audincourt (Doubs), pour laquelle il conçoit les dix-sept vitraux de la nef et du chœur et dessine les cartons de la tapisserie située derrière le maître-autel. S’il partage le souci cubiste de créer un réalisme non-figuratif, il se distingue des Montmartrois en imposant un cubisme non pas intellectuel, mais visuel. Son souci n’est pas en effet de figurer la totalité de l’objet, mais de distinguer chaque objet en volume et en plan au sein d’un espace idéal. Il pratique, selon Louis Vauxcelles, le « tubisme ». Déboîtés, les volumes géométriques ne sont plus statiques et indissociables, mais autonomes, créant entre eux un antagonisme dynamique. L’intérêt qu’il voue au dynamisme, "reflet du monde moderne", le conduit en 1911 à fréquenter l’atelier de Puteaux et à participer à la Section d'Or. Il s’éloigne des thèmes intimistes et traditionnels de Braque et Picasso, et peint des sujets contemporains (Le Passage à niveau, 1912). Il entame une série de contrastes de formes (La Femme en bleu, 1912), dans laquelle il réintroduit vivement la couleur et expérimente brièvement l’abstraction. Apollinaire baptise alors l’art de Robert Delaunay et de Léger de cubisme orphique (voir orphisme). Pourtant, si Delaunay prône la suprématie de la couleur, Léger aspire à "un équilibre entre les lignes, les formes et les couleurs" (Léger). Léger a dirigé plusieurs écoles de peinture à Montrouge d’abord puis boulevard de Clichy, à Montmartre. Il a formé de nombreux élèves qui ont diffusé ses idées dans tout l’art du en France (Pierre Faniest, Étienne Hajdu, Tonia Cariffa, Abner, Carlos, René Margotton…) mais aussi en Scandinavie ( Eric Olson, Franciska Clausen, Otto G. Carland...)

Œuvres

- Le Passage à niveau, (1912), Fondation Beyeler, Riehen,
- Paysage, (1914), Musée d'Art moderne Lille Métropole, Villeneuve d'Ascq,
- Le Mécanicien, (1918), Musée d'Art moderne Lille Métropole, Villeneuve d'Ascq,
- Femme au bouquet, (1924), Musée d'Art moderne Lille Métropole, Villeneuve d'Ascq,

Galerie

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abstraction   Académie   Académie de la Grande Chaumière   Alpes-Maritimes   André Mare   Architecte   Argentan   Audincourt   Avant-garde (art)   Biot (Alpes-Maritimes)   Blaise Cendrars   Chœur (architecture)   Cubisme   Daniel-Henry Kahnweiler   Doubs (département)   Fondation Beyeler   France   Georges Bauquier   Georges Braque   Gif-sur-Yvette   Guillaume Apollinaire   Henri Laurens   Jean Bazaine   Jean Le Moal   Liberté   Louis Vauxcelles   Marchand   Max Jacob   Montmartre (Seine)   Montrouge   Musée d'Art moderne Lille Métropole   Métier (activité)   Nef   Normandie   Orphisme (art)   Peinture   Pierre Faniest   Puteaux   René Margotton   Riehen   Robert Delaunay   Ruche   Tapisserie   Ville   Vitrail  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^