Jean-Jacques Paulet

Infos
Jean-Jacques Paulet est un médecin et mycologue français, né le 26 avril 1740 à Anduze (Gard) et mort le 4 août 1826 à Fontainebleau. Il fait des études de médecine à Montpellier où il est reçu docteur le 1764. Il fait paraître en 1765 à Paris un ouvrage sur l’histoire de la petite vérole sous le titre d’Histoire de la petite vérole, avec les moyens d’en préserver les enfants..., suivi d’une traduction en français du Traité de la petite vérol
Jean-Jacques Paulet

Jean-Jacques Paulet est un médecin et mycologue français, né le 26 avril 1740 à Anduze (Gard) et mort le 4 août 1826 à Fontainebleau. Il fait des études de médecine à Montpellier où il est reçu docteur le 1764. Il fait paraître en 1765 à Paris un ouvrage sur l’histoire de la petite vérole sous le titre d’Histoire de la petite vérole, avec les moyens d’en préserver les enfants..., suivi d’une traduction en français du Traité de la petite vérole d’Abu Bakr Mohammad Ibn Zakariya al-Razi ( ou ) ; il complète cet ouvrage par la parution d’un Mémoire pour servir à l’histoire de la petite vérole, dans laquelle on démontre la possibilité de préserver un peuple entier de cette maladie (Paris, 1768), du Secret de la médecine ou Préservatif contre la petite vérole (Paris, 1768), de Petite vérole anéantie, ou nouveaux faits et observations qui confirment qu’un particulier, un village, une ville, une province, un royaume, peuvent également se préserver de cette maladie (Amsterdam et Paris, 1776), Le Seul préservatif de la petite vérole... (Amsterdam et Paris, 1776). Paulet s’intéresse au feu de Saint-Antoine et publie dans les Mémoires de l’Académie de médecine aux côtés notamment de Henri Alexandre Tessier (1741-1837) et de Charles Jacques Saillant (1747-1814). Paulet fait paraître en 1776 ses Recherches historiques et physiques sur les maladies épizootiques. Il se fait connaître pour son opposition contre le magnétisme animal dans L’Antimagnétisme, ou origine, progrès, décadence, renouvellement et réfutation du magnétisme animal (Londres, 1784), traduit en allemand en 1788, ainsi qu'un petit livre intitulé Mesmer justifié. Il fait paraître en 1805 un petit Traité de la morsure de la vipère aspic de Fontainebleau et en 1815 d’un Examen de l’histoire de la médecine par Sprengel. Ce sont surtout ces ouvrages de mycologie qui lui assurent une grande notoriété, notamment son Traité complet sur les champignons (1775) qui est considéré comme l’un des ouvrages fondateurs du groupe des champignons. Il sera suivi en 1791 d’un Tabulæ plantarum fugorsarum, ainsi que de deux autres ouvrages sur la botanique : Examen de l’ouvrage de M. Stackhouse sur les genres de plantes de Théophraste (1816) et La Botanique ou Flore et Faune de Virgile (1824). Paulet est élu correspondant de l'Académie des sciences dans la section de médecine et chirurgie le 22 octobre 1821.

Publications

Source :
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Source

- Amédée Dechambre (1885). Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales. G. Masson (Paris).

Notes et références

Paulet, Jean-Jacques Paulet, Jean Jacques Paulet, Jean Jacques Paulet, Jean Jacques pt:Jean-Jacques Paulet
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^