Macédoine grecque

Infos
La Macédoine (en grec Μακεδονία, Makedonía) est une région historique et géographique de Grèce qui correspond à la plus grande partie — centre, sud et est — de la Macédoine historique, comprise entre le Nestos à l'Est, la chaîne du Pinde à l'Ouest, et le mont Olympe au Sud. Elle correspond aux trois régions administratives grecques suivantes : Macédoine de l'Ouest, Macédoine centrale et Macédoine de l'Est et Thrace (en partie
Macédoine grecque

La Macédoine (en grec Μακεδονία, Makedonía) est une région historique et géographique de Grèce qui correspond à la plus grande partie — centre, sud et est — de la Macédoine historique, comprise entre le Nestos à l'Est, la chaîne du Pinde à l'Ouest, et le mont Olympe au Sud. Elle correspond aux trois régions administratives grecques suivantes : Macédoine de l'Ouest, Macédoine centrale et Macédoine de l'Est et Thrace (en partie seulement).

Origine du nom

L'empire d'Alexandre à son apogée Le nom Macédoine est la forme latine d'un toponyme grec ancien pour décrire cette partie de l'Europe. Cette persistance a été largement due aux effets de la conquête turque. L'ignorance des langues des Balkans et le manque de relevés topographiques ont restreint l'utilisation de noms de lieux contemporains. Le siècle comptait toujours des érudits d'Europe occidentale pensant la géographie des Balkans selon les conceptions de Ptolémée et Strabon. Réutilisé à cette époque le terme de Macédoine renvoie au royaume de Philippe II et d'Alexandre (le Grand) dans l'Antiquité, mais n'avait plus été par la suite qu'un terme géographique pour désigner une région de l'Empire byzantin et l'Empire ottoman.

Géographie

La Macédoine, la plus grande des dix régions de la Grèce, avoisine au sud la mer Egée et la Thessalie, à l’est la Thrace occidentale, à l’ouest l’Epire et au nord la Bulgarie, l’Albanie et la République de Macédoine. Ancienne partie de la Macédoine Antique, cette province a été attribuée à la Grèce par les actes du Traité de Bucarest, le 10 août 1913 - décision ratifiée par le Traité de Versailles, le 28 juin 1919. C’est là que se trouvent la république théocratique du mont Athos et Thessalonique, capitale de la Grèce du nord. Le paysage est relativement varié en raison du caractère essentiellement montagneux de la Macédoine occidentale et orientale, à l’exception de quelques grandes vallées fertiles, tandis qu’en Macédoine centrale se trouve la plaine de Thessalonique – la deuxième du pays par son étendue.

Villes de Macédoine

Carte de la Macédoine Le réseau urbain de la Macédoine remonte à la colonisation grecque de l'époque archaïque, mais doit beaucoup aussi au royaume de Macédoine et à la colonisation romaine. Une partie de la région a connu une profonde rupture suite des invasions slaves des - siècles, de telle sorte que le renouveau urbain de l'époque mésobyzantine (-) se fait, en partie, sur de nouveaux sites. La conquête ottomane a représenté une nouvelle rupture dans l'organisation de ce réseau urbain en entraînant la disparition de nombreuses villes, qui étaient déjà sur le déclin. Enfin, l'État grec moderne a créé un nombre de nouvelles villes dans son entreprise d'établir ses populations de réfugiés qui furent déplacées par la Grande catastrophe de 1922.

Population

Selon le recensement de 2001, la population de la Macédoine s'élevait à 2492232 habitants et l’actuelle à 2625681 habitants (évaluation 2006).

Histoire

La célèbre Macédoine a une histoire très riche, de la Grèce antique à la Grèce actuelle en passant par l'empire d'Alexandre le Grand (Philippe II), le Royaume de Macédoine (Macédoine romaine), l'Empire byzantin (Macédoine byzantine), l'Empire romain, la domination ottomane (Macédoine ottomane du siècle à la libération de 1913), les guerres balkaniques et la guerre civile.

Administration

La Macédoine est administrativement divisée en 3 « régions », appelées périphéries, elles-mêmes subdivisées en 13 « départements », appelés nomes (du grec nomos, pluriel nomoi), qui incluent également la Thrace. Il existe en outre une région administrative autonome : le Mont Athos. L'aire géographique macédonienne est aujourd'hui divisée: Ces régions sont administrées par le ministère du gouvernement national de Macédoine et de Thrace .

Contentieux avec la République de Macédoine

Le nom de la Macédoine et sa revendication par deux peuples différents, les Grecs et les Slavo-Macédoniens, est au cœur des disputes nationalistes dans cette région des Balkans depuis la fin du . Les nationalistes grecs n’acceptent pas, en effet, que la République de Macédoine se nomme « Macédoine » au prétexte qu'historiquement le seul État souverain à porter ce nom fut le royaume de Macédoine des Argéades et des Antigonides. Selon l'étymologie, le nom Macédoine provient du mot grec μάκος (mākos), et de l'adjectif μακεδνός (makednós), qui signifie haut. Le caractère hellénique du royaume macédonien antique est donc généralement accepté et sert de base aux revendications d'exclusivité de l'État grec moderne sur ce toponyme. À l'inverse, les Slavo-Macédoniens ont progressivement construit leur propre identité nationale à la fin du et au début du autour de ce toponyme qui désignait à cette époque en grande partie le territoire où ils résidaient, et n'entendent donc pas y renoncer. L'extension du royaume argéade à l'époque de son apogée, sous le règne de Philippe II et de son fils Alexandre le Grand est volontiers prise comme référence par les Grecs pour déterminer les territoires qui peuvent ou non, selon eux, être désignés sous le nom de Macédoine. Le thème de la Macédoine grecque joue ainsi un rôle capital dans la mythologie nationale grecque contemporaine, en grande partie fondée sur l'idée de continuité entre les États grecs antiques et la République hellénique contemporaine. Les succès militaires de ce nouvel État grec dans les deux premières guerres balkaniques lui ont permis de prendre le contrôle de la plus grande partie de ces territoires, et d'y mener une vigoureuse politique de « réhellénisation », en procédant à des déplacements de population et au changement systématique des toponymes slaves et turcs remplacés par des toponymes néo-attiques. Une partie importante de l'afflux massif des réfugiés grecs d'Asie mineure et du Pont qui suivit la défaite dans la guerre gréco-turque de 1922 fut dirigée vers la Macédoine ainsi recolonisée. Citation de Strabon : « La Macédoine fait partie de la Grèce » (Ἔστιν οὖν Ἑλλὰς καὶ ἡ Μακεδονία) C'est en vertu de ce raisonnement historique que les Grecs souhaiteraient que la République de Macédoine soit nommée d’après les toponymes et les noms ethniques antiques suivants : « Dardanie », « Agrianes », « Péonie », ou même « Slavomacédoine ». Les noms qui ont la préférence du gouvernement grec est « Republika Skopje », « Republika Vardar », « Republika Slavomakedonija », « Nova Makedonija » ou « Republika Makedonija-Skopje », c'est-à-dire une transcription slavisée de Macédoine accompagnée d'un qualificatif ne laissant pas d'ambiguïté sur la parenté, pourtant confirmée, entre cet État et l'État antique. La principale crainte des Grecs est que cette dernière ne revendique son territoire en lien avec la revendication du nom et de toute son histoire grecque en demandant l'exclusivite de l'usage. Cette crainte pour la revendiquation territoriale est complètement infondée notamment après l'ajout d'un amendement de la constitution dans lequel la République de Macédoine s'engage à respecter l'intégrité territoriale de ses voisines et rejette toute éventualité de prétention de ce type.

Les symboles de la Macédoine

d'Alexandre sur le front de mer de Thessalonique, Macédoine, Grèce L'étoile de Vergina L'affirmation sans cesse renouvelée du caractère grec de la Macédoine passe par la célébration d'un certain nombre de symboles : la figure héroïsée d'Alexandre le Grand (voir sa statue à Thessalonique ci-contre), l'adoption de l'étoile de Vergina, le symbole solaire figurant sur le coffret funéraire de la tombe dite de Philippe II fouillée sur ce site, comme une icône nationale, et différents chants patriotiques tels que cet hymne à la Macédoine: Fichier son :20px (vocal) :20px (instrumental)

Photos

Image:White Tower.jpg|Tour blanche de Thessalonique. Image:Serres Old Metropolis.jpg|La basilique Saints-Théodores, ancienne métropole de Serrès. Image:Serres overview.jpg|Vue générale de la ville moderne de Serrès depuis l'acropole. Image:Thessaloniki View.jpg|Boulevard de la Victoire (Leoforos Nikis) de Thessalonique. Image:THES Arch of Galerius E face.jpg|La voûte de Galerius en Salonique. Image:Kavala old town.jpg|La vieille ville de Kavala. Image:Mamatsios.jpg|La tour de l'horloge de Kozani. Image:Pella House atrium.jpg|Atrium avec mosaïque de galets à décor géométrique dans une grande demeure de Pella. Image:Pella Lion Hunt Mosaic.jpg|Chasse au lion sur une mosaïque de Pella.

Références

Voir aussi

===
Sujets connexes
Albanie   Alexandre le Grand   Alphabet grec   Antigonides   Argéades   Balkans   Bulgarie   Béroia   Capitale   Chalcidique   Colonisation   Dardanelles   Empire byzantin   Empire ottoman   Empire romain   Flórina   Grec moderne   Grevena   Grèce   Grèce antique   Guerre civile grecque   Guerres des Balkans   Karyès   Kastoria   Kateríni   Kavala   Kilkís (municipalité)   Kozani   Macédoine-Centrale   Macédoine-Occidentale   Macédoine-Orientale-et-Thrace   Macédoine (pays)   Macédoine (province romaine)   Mont Athos   Nationalisme   Nome de Dráma   Nome de Flórina   Nome de Grevena   Nome de Kilkís   Pella   Philippe II de Macédoine   Population   Ptolémée   Périphéries de la Grèce   Royaume de Macédoine   Serrès   Slaves   Strabon   Superficie   Thessalie   Thessalonique   Thrace  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^