Alliance pour la préservation de l'anglais au Canada

Infos
Alliance pour la préservation de l'anglais au Canada (en anglais: The Alliance for the Preservation of English in Canada (APEC)) était un groupe de lobbying politique d'extrême-droite du Canada qui fait ouvertement campagne contre la politique de bilinguisme officiel. Le groupe a été créé par Irene Hilchie, une employée du gouvernement qui se sentait discriminée parce qu'elle ne parlait pas le français. Cependant, son membre le plus emblématique fut certainemen
Alliance pour la préservation de l'anglais au Canada

Alliance pour la préservation de l'anglais au Canada (en anglais: The Alliance for the Preservation of English in Canada (APEC)) était un groupe de lobbying politique d'extrême-droite du Canada qui fait ouvertement campagne contre la politique de bilinguisme officiel. Le groupe a été créé par Irene Hilchie, une employée du gouvernement qui se sentait discriminée parce qu'elle ne parlait pas le français. Cependant, son membre le plus emblématique fut certainement Jock Andrew, auteur du livre controversé Bilingual Today, French Tomorrow (Bilingue aujourd'hui, tout en français demain) qui dénonce la politique du bilinguisme officiel comme un complot pour faire du Canada un pays complètement unilingue français. Le groupe était surtout influent vers la fin des années 1980, lorsqu'il s'engagea dans des activités qui contribuèrent à l'échec des accords du Lac Meech. En 1989, un petit groupe de membres de l'APEC brûla un drapeau du Québec à Brockville en signe de protestation. Le groupe s'est impliqué dans plusieurs campagnes auprès de municipalités ontariennes afin qu'elles se déclarent exclusivement anglophones, en réponse à la Loi sur les services en français du gouvernement ontarien. Bien que la loi expliquât très clairement ne pas s'appliquer aux services municipaux, l'Alliance a délibérément mal interprété cette réalité pour pousser ses résolutions. L'incident le plus fameux fut la résolution du conseil municipal de Sault Ste-Marie, en Ontario, le 29 janvier 1990, qui précisait que la ville était unilingue anglaise. Les Québécois ont perçu la résolution de Sault Ste-Marie et l'incident de Brockville comme les sentiments du Canada anglais à leur encontre, et ces événements ont contribué directement à la résurgence du souverainisme québécois et du référendum de 1995 au Québec. Les membres de l'Alliance travaillaient étroitement avec le Parti Confederation of Regions et le Parti réformiste du Canada, deux partis politiques qui partageaient la même vision sur le bilinguisme et sur le rôle du Québec dans la confédération. En plus de leurs efforts contre le bilinguisme, les membres de l'Alliance sont également engagés dans le soutien d'idées conservatrices telles que l'opposition à l'avortement, à l'immigration et à l'homosexualité. Le groupe a même été soutenu par le Front de l'Héritage, un groupe néo-nazi canadien. Bien que le groupe soit encore officiellement actif, ses membres n'ont pas attiré l'attention médiatique depuis la fin du débat sur le lac Meech. Seulement quelques références d'après 1997 peuvent encore être trouvées sur Internet.

Voir aussi

-Canadians for Language Fairness Catégorie:Groupe de lobby politique au Canada Catégorie:Bilinguisme au Canada en:Alliance for the Preservation of English in Canada es:Alianza para la Conservación del Inglés en Canadá
Sujets connexes
Accord du lac Meech   Années 1980   Avortement   Bilingual Today, French Tomorrow   Bilinguisme au Canada   Brockville (Ontario)   Canada   Canadians for Language Fairness   Homosexualité   Immigration   Lobbying   Ontario   Parti réformiste du Canada   Québec   Référendum de 1995 au Québec   Sault-Sainte-Marie (Ontario)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^