Traitement E-6

Infos
Le traitement E-6 est aujourd'hui le principal processus de traitement des films inversibles couleur hormis les Kodachromes. Il a été défini par Kodak.
Traitement E-6

Le traitement E-6 est aujourd'hui le principal processus de traitement des films inversibles couleur hormis les Kodachromes. Il a été défini par Kodak.

Histoire

À l'origine, le premier film inversible permettant de réaliser des diapositives couleur a été le kodachrome. Son développement est complexe dans la mesure où il nécessite d'exposer la pellicule à de la lumière rouge et à de la lumière bleue, et de faire apparaitre séparément, à des moments différents, chaque colorant dans sa couche respective. C'est l'introduction par Agfa de coupleurs au sein de l'émulsion Agfacolor qui a permis la simplification du procédé. Le procédé de développement E6 est apparu à la fin des années 1970. Il fait suite au procédé de développement E4, lui même successeur du procédé E3. La lettre E du nom est très certainement dérivée de la marque Ektachrome déposée par Kodak pour les films inversibles avec coupleurs incorporés. Mais il a permis aussi de développer depuis le début les films Fujichrome et plus tard également les films Agfachrome.

Principe du développement

Le procédé E6 fait appel à 7 bains et 6 lavages intermédiaires qui ne seront pas tous mentionnés. Le développement commence par un passage dans le premier révélateur. Il fait apparaître une image négative noir et blanc. La température et la durée de ce développement sont importantes : elles peuvent influer sur la luminosité de l'image finale. En prolongeant le premier développement, on obtiendra une image plus claire, comme si le film avait été plus sensible à la lumière qu'il ne l'est. On parle d'un développement poussé. Si au contraire, le temps du premier développement est plus court, l'image sera plus sombre comme si le film avait été moins sensible. On parle d'un développement retenu. On peut ainsi pousser un film E6 jusqu'à 2 à 3 diaphragmes ou le retenir jusqu'à 2 diaphragmes. La température du révélateur doit rester constante au 1/2 degré près, une variation de température d'1 °C produit un effet équivalent à une variation de 10 % du temps de développement, soit 25 % de la luminosité de l'image finale. Le 2 bain s'appelle le tannage. C'est un bain d'arrêt. Les révélateurs étant des produits chimiques basiques, on plonge ensuite les films dans des bains acides pour arrêter le développement. Une fois le tannage effectué, on peut éventuellement exposer le film à la lumière, même s'il n'est pas indispensable de le faire. Le 3 bain est le révélateur chromogène. Il réalise un "voile chimique" (qui peut être accéléré par une exposition à la lumière), afin de développer les parties de l'image qui ne l'ont pas été lors du premier développement. Il s'agit donc de développer les parties sombres de l'image finale. Mais en plus du noircissement des sels d'argent de la pellicule, le révélateur chromogène fera apparaitre des colorants dans les couches qu'il est en train de développer. Le développement chromogène doit être suffisamment long être complet pour obtenir des noirs denses sans dominante verte, mais il semble pouvoir être prolongé au delà de la durée préconisée. Après le développement chromogène, le film est quasiment opaque : les parties claires de l'image à obtenir ont été noircies lors du passage dans le premier révélateur, les parties sombres durant le développement chromogène avec en plus des colorants qui se sont formés. La suite du traitement permettra de ne garder plus que les colorants. Le 4 bain est un bain de clarification. Aucun changement d'aspect de la pellicule n'est visible durant ce bain. On peut le considérer comme un bain de transition permettant d'éviter notamment des interactions entre le révélateur chromogène et le bain qui suivra. Le 5 bain est le blanchiment. Il a pour effet d'"annuler" la transformation chimique subie par les couches sensibles à la lumière lors des 2 développements. La pellicule s'éclaircit et on voit apparaitre l'image colorée sur un fond opaque de couleur jaunâtre proche de celui des films non développées. Le 6 bain est le fixateur. Il permet de dissoudre les sels d'argent de la pellicule (qui pourront être récupérés plus tard par électrolyse) afin de ne garder que les colorants. Lors du passage dans le fixateur, la pellicule retrouve sa transparence pour les zones de l'image correspondant aux parties claires. Après le passage dans le fixateur, un lavage prolongé de la pellicule est effectué pour la débrarasser au mieux des différents produits chimiques. Le 7 bain est la stabilisation. Il s'agit d'un bain moussant qui permettra d'une part à la pellicule de sécher sans laisser de traces de gouttes d'eau, d'autre part de protéger les colorants de l'image des dégradations. L'ensemble du développement aura duré environ une demi heure.

Différences entre le traitement E4 et le traitement E6

Ces 2 procédés de développement des diapositives couleur sont identiques au niveau de leur déroulement. Le passage au procédé E6 s'est accompagné d'après les annonces Kodak de l'époque, de l'utilisation de produits chimiques moins polluants. La différence la plus visible concerne la température de développement. Elle était de 28 °C avec le procédé E4 (mais pouvait être de 24 °C avec des bains d'autres sociétés pour les amateurs), elle passe à 38 °C avec le procédé E6. Si c'est tout bénéfice lors de développements industriels par des machines, car plus les bains sont chaud, plus leur action est rapide, il est très difficile pour un amateur de maintenir des bains autour de 38 °C avec une précision suffisante. De plus, le photographe amateur qui développe ses diapositives ne renouvelle pas ses bains de la même manière que le professionnel qui développe de plus grandes séries en machine. L'amateur préparera les bains à raison de 250 cm³ permettant de développer l'une après l'autre 2 pellicules de 36 poses dans le procédé E4, puis il jettera les bains après leur 2 utilisation. Avec le procédé E6, 300 cm³ de bains permettront de développer successivement 3 pellicules. Dans le cas d'un développement en machine, seulement une partie des bains est jetée et remplacée par des bains neufs après chaque développement. De surcroit, comme la composition chimique des produits de développements a été calculée pour fonctionner au mieux avec des bains ayant déjà partiellement servis, elle n'est pas adaptée pour le développement optimisé de la première pellicule d'un lot par un photographe amateur. Les laboratoires professionnels disposent également de "solutions de démarrage" pour commencer une série de développements avec des bains rigoureusement neufs, pas les amateurs. ==
Sujets connexes
Acide   Agfa   Blanchiment   Film inversible   Fixateur   Kodak   Température   Traitement E-6  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^