Dogme

Infos
Du grec δόγμα (dogma), « opinion », un dogme est une affirmation considérée comme fondamentale, incontestable et intangible par une autorité politique, philosophique ou religieuse qui emploiera dans certains cas la force pour l'imposer. Historiquement, le dogme a été une formulation d'un article de foi, utilisée devait être utilisé par le pouvoir judiciaire, lorsque le pouvoir temporel (historiquement, l'empire romain d'orient) sanctionnait pénalement sur
Dogme

Du grec δόγμα (dogma), « opinion », un dogme est une affirmation considérée comme fondamentale, incontestable et intangible par une autorité politique, philosophique ou religieuse qui emploiera dans certains cas la force pour l'imposer. Historiquement, le dogme a été une formulation d'un article de foi, utilisée devait être utilisé par le pouvoir judiciaire, lorsque le pouvoir temporel (historiquement, l'empire romain d'orient) sanctionnait pénalement sur le couple orthodoxie/hérésie, voir hérésie. A/ Dans son sens propre, le mot dogme (mot attesté en 1580, issu du latin ecclésiastique dogma, lui-même du grec δόγμα , « opinion ») appartient au vocabulaire philosophique et religieux. Le mot dogme est d'origine philosophique puis devient religieux avec le christianisme. Pour la liste des dogmes catholiques, voir l'article Dogmes catholiques B/ Certaines croyances non religieuses sont souvent appelées dogmes, notamment en politique ou en philosophie. Cet usage est en général péjoratif et sous-entend que les gens soutenant une telle croyance le font par conformisme et sans critique. Il est utilisé par analogie dans d'autres domaines:
- En biologie, concerne la réplication de l'ADN. Voir Central dogma.
- Dans le monde du cinéma, les films dits du Dogme font référence au Dogme95 lancé par Lars von Trier ou avec le film Dogma.

Nature juridique d'un dogme

Le dogme est directement lié à la notion d'autorité, selon le Vocabulaire technique et critique de la philosophie de Lalande (PUF) :
-par son origine étymologique : « décision politique d'un souverain ou d'une assemblée » ;
-par son sens philosophique : « opinion philosophique reconnue dans une école » qui peut être interprété comme une opinion admise entre personnes qui adhèrent à la même autorité produisant la même doctrine ;
-par son sens théologique : « Doctrine reconnue par l'autorité d'une Église ». Par la définition de la « foi droite » (l'orthodoxie) le dogme définit en contrechamp, l'hérésie qui professe une opinion différente sur un point discuté, du point de vue de l'autorité qui le promulgue. Les conciles des premiers siècles statuèrent dans ce cadre sur des questions de christologie. La nature juridique du dogme remonte à la crise arienneSource : Lucien Jerphagnon, « Arius sème la zizanie », dans Historia-thématique, mars-avril 2003, Les hérétiques.. Auparavant, les conciles sont locaux : ce sont des tribunaux où l'on juge les minoritaires, tel celui de Hiérapolis qui avait exclu Montan en 175. Avec la crise arienne au lieu d'être local (assorti de conséquences locales) le concile, par la volonté de l'empereur, devient œcuménique et les conséquences s'étendent à tout l'empire. La seule issue pour l'hérétique condamné est alors l'exil. L'émergence du christianisme comme religion officielle de l'État entraîna parfois une double confusion :
- Confusion entre religion et ordre social : Dans une société où la religion est un élément fondateur, une hérésie constitue une remise en cause de l'ordre social. Ceci conduisit à l'utilisation du dogme à des fins judiciaires, et à une répression de l'opinion schismatique.
- Confusion entre dogme et foi: Le combat contre l'hérésie conduisit à exiger de chacun qu'il énonce publiquement les dogmes de la Foi pour prouver son orthodoxie (ce qui est à l'origine de l'introduction du Credo dans la messe), faisant de la récitation du dogme un critère explicite de la foi.

Théologie du dogme dans le catholicisme

Transfiguration. Pologne, fin / début .L'image de l'amande, dont il faut casser l'écorce pour trouver la substance nourrissante, se retrouve dans l'art: c'est à cause de cette symbolique que dans les icônes, le Christ est parfois représenté au centre d'une figure en forme d'amande.

Dogme et foi

Pour le catholicisme, la question première à se poser face à un dogme est ce qu'il signifie, ou plus exactement : en quoi la compréhension de ce que recouvre cet énoncé peut-il rapprocher le croyant de Dieu ? Dans cette perspective, ce que les systèmes religieux doivent essayer de transmettre à travers leurs dogmes n'est pas une philosophie arbitraire, mais quelque chose dont la légitimité se justifie par le fruit expérimental et collectif de milliers d'années de méditations. Pour le catholicisme, la foi n'est pas une connaissance intellectuelle, mais un cheminement vers Dieu, où les dogmes jouent le rôle de moyens. Le lien organique entre la Foi et le dogme conduit parfois à confondre les deux dans une approche (justement dénoncée comme dogmatique) pour laquelle la foi consisterait à adhérer à la vérité des dogmes. Cela reviendrait à croire que c'est la connaissance qui permet d'être sauvé, comme le croient par exemple les gnostiques. Une telle conception serait aux yeux de la majorité des chrétiens une hérésie.

Le dogme dans l’initiation catholique

La compréhension d'un dogme s'appuie sur un parcours initiatique, qui demande un travail personnel et du temps. C'est l'enseignement réaffirmé par le concile de Vatican II: un dogme n'est pas un énoncé arbitraire, mais quelque chose qui doit trouver un écho dans la vie personnelle du fidèle: Celui qui y réfléchit par lui-même, et compare le résultat à ce qu'on lui a dit, finit par reconnaître le concept qui se cachait sous les mots. C'est un symbole, au sens étymologique : le dogme tient de la formule de reconnaissance, il indique à celui qui n'a pas encore franchi l'étape initiatique qu'il y a quelque chose au delà, et il permet à celui qui l'a franchie de savoir qu'il a passé la bonne porte. C'est ainsi que le comprend Saint Augustin: Pour un catéchumène, et même pour le chrétien confirmé qui poursuit l'approfondissement de sa foi, la question n'est pas de savoir si ce qu'énonce un dogme est vrai ou non (on ne peut en discuter qu'après avoir franchi l'étape correspondante), mais s'il a compris ou non ce qu'il signifie. Chacun progresse à son rythme dans la compréhension de la foi. Il est normal et respectable de ne pas comprendre tel ou tel enseignement, et de se poser des questions sur sa signification.

Foi et raison

Le rejet du dogmatisme au nom du rationalisme y est justifié par l'idée que la religion est une source d'autorité arbitraire et irrationnelle. De fait, le dogme n'est pas immédiatement accessible à la raison: il semble souvent un énoncé arbitraire, voire incompréhensible, pour celui qui le découvre. Par sa nature, en effet, un dogme n'est pas immédiatement compréhensible - sinon ce ne serait qu'une vérité scientifique banale. L'Église ne revendique cependant que d'être qu'un conservatoire de sagesse et d'expérience spirituelle : la transmission des dogmes n'est pas un acte d'autorité, mais un service dû à la Vérité. Traditionnellement, la vérité est vue comme une amande enfermée dans sa coquille de mots : il faut casser l'écorce. Rejeter comme faux ce qui n'a pas été compris revient à jeter le bébé avec l'eau du bain : c'est simplement que l'on n'a pas réussi à casser la coquille pour atteindre l'amande. L'attitude ouverte face au dogme consiste à mettre l'idée de côté ("ça, je ne sais pas ce que ça signifie"), et progresser intérieurement, jusqu'au jour où on s'aperçoit que l'on peut casser la coquille ("c'était donc ça…").

Dogme dans les religions chrétiennes

Pour les catholiques, le seul enseignement ne devrait être que la parole de Dieu, puisqu'il n'y a pas d'enseignement humain possible (Thomas d'Aquin, De Magistro, De veritate). Pour les Églises issues de la Réforme,
-quand elles sont fondamentalistes, la conception inérrantiste est indiscutablement dogmatique. Seule la source du dogme diffère ; au lieu de la tradition, l'Écriture Sainte (la Bible) est l’autorité souveraine. Pour le Christianisme évangélique, d'un dogme principal l'autorité et l'inhérence verbale de la Bible découlent tous les autres qui sont réputés scripturaires. Dans les églises congrégationnalistes, le pasteur et, le plus souvent, les anciens, forment un magistère de fait sinon de droit.
-Si toute prédication, toute décision doctrinale, doivent se soumettre à l'interprétation des écritures, la variété des écoles théologiques conduit, dans les autres églises que citées ci-dessus, le libre examen est la tendance dominante, comme indiqué dans la colonne de droite du tableau ci-dessus. Aucun magistère n'a compétence à interpréter de façon exclusive ou définitive, le texte biblique.

Philosophie

Histoire du dogmatisme

Le dogmatisme est une philosophie de la connaissance qui considère que l'homme a la possibilité d'atteindre une vérité absolue au moyen de la raison, même dans les recherches métaphysiques. Avec des nuances importantes, elle fait le fond des doctrines de Platon, Aristote, des Stoïciens et des néo-platoniciens. Au contraire, les dogmes sont rejetés par des écoles philosophiques comme le rationalisme et le scepticisme. Plus tard, elle se retrouve chez Descartes, Leibnitz et Spinoza. Dans l'histoire de la philosophie, il s'oppose d'ordinaire au scepticisme. Pourtant, dès l'antiquité, une solution intermédiaire qu'on appelle le probabilisme, a été proposée par Carnéade. Le débat de la connaissance est encore entre le dogmatisme, le scepticisme et le probabilisme. Sous l'influence de la critique de Kant et du positivisme, bien des penseurs contestent effectivement la valeur absolue des métaphysiques "rationnelles", mais croient possible de réaliser une approximation croissante de la vérité, même dans la métaphysique.

Le Dogme du point de vue des Sciences religieuses

Dans le tableau qui suit, on utilise la distinction établie par Louis-Auguste Sabatier entre Religions d'autorité et Religion de l'esprit, soit du libre examen, soit les orthopraxies. En effet, toutes les religions n'ont pas de dogmes (doctrines attirant une adhésion plus ou moins obligatoire) ; c'est une spécialité chrétienne. Dans les confessions chrétiennes où le dogme est "obligatoire", la foi est confondue avec les croyances. Dans les autres confessions et plus largement les autres religions abrahamiques, la foi est réputée venir de Dieu ou des dieux et n'a pas de lien avec les croyances.

Critique du dogme

La science n'admet aucun dogme du fait que toute théorie scientifique est sujette à la critique, les axiomes de départ pouvant être remis en cause. En principe, une théorie scientifique ne comporte pas de jugement de valeur et repose sur des faits dûment observés et vérifiés. C'est l'interprétation de ces faits qui peut être sujette à caution, même si leurs auteurs scientifiques admettent, parfois avec difficulté, la remise en cause de leurs découvertes. Le dogmatisme de l'Église catholique fut vivement critiqué par les scientifiques et les philosophes des Lumières, particulièrement l'attitude de certains théologiens au au sujet de l'affaire Galilée et de sa condamnation pour le dialogue sur les deux grands systèmes du monde (1633). La révolution copernicienne s'effectua du XVIe au en réaction à l'obscurantisme. Les philosophes des Lumières, en particulier Rousseau dans le Contrat Social aboutissent au système d'équations suivant : :Eglise--> hétéronomie :Etat --> autonomie Marcel Gauchet fait observer « La Révolution est amenée à refaire pour son compte le chemin de pensée conduisant de la subordination politique de la religion à l’affirmation métaphysique de l’autonomie. » (La religion dans la Démocratie, page 70)

Liens et références

Bibliographie

- sur le christianisme hellénistique qui opère un syncrétisme entre les idées mises en avant par le mouvement de Jésus et le néo-platonisme hellénistique , Jacques Schlosser, Jésus de Nazareth, éd Noesis.
- Théo - Nouvelle encyclopédie catholique. Drouguet-Ardant/Fayard, 1989. ISBN 2-7041-0336-4.
- Abrégé de l'histoire des dogmes d'Adolph von Harnack (1851–1930), chez Fishbacher, à Paris - Traduit de Grundriss der Dogmengeschichte (1re éd., 1873) en allemand, les traductions française et anglaises sont abrégées.

Notes

Voir aussi

- Foi
- Relation entre science et foi
- Dogme95
- Dogme 2002 pour le théâtre
- Dogma le film Catégorie:Concept philosophique ar:دوجماطيقية ca:Dogma cs:Dogma da:Dogme de:Dogma el:Δόγμα en:Dogma eo:Dogmo es:Dogma et:Dogma fi:Dogmi he:דוגמה hu:Dogma ia:Dogma id:Dogma it:Dogma ja:教義 lt:Dogma nl:Dogma (christendom) no:Dogme pl:Dogmat pt:Dogma ru:Догмат simple:Dogma sk:Dogma sl:Verske resnice sv:Dogm tr:Dogmatizm uk:Догмат uz:Dogma
Sujets connexes
Arianisme   Aristote   Arius   Axiome   Baruch Spinoza   Bible   Biologie   Carnéade   Catholicisme   Catéchisme de l'Église catholique   Catéchumène   Christianisme   Christologie   Concile   Connaissance   Credo (religion)   Dialogue sur les deux grands systèmes du monde   Dieu   Dogma (film)   Dogme95   Dogme 2002 pour le théâtre   Dogmes catholiques   Emmanuel Kant   Foi   Fondamentalisme   Galileo Galilei   Gnosticisme   Grec ancien   Hiérapolis   Hérésie   Interprétation   Jacques Schlosser   Jean-Jacques Rousseau   Jésus de Nazareth   Lars von Trier   Latin   Leibnitz   Libre examen   Louis-Auguste Sabatier   Lucien Jerphagnon   Marcel Gauchet   Messe   Méditation   Néoplatonisme   Obscurantisme   Orthodoxie   Pape   Philosophie   Platon   Politique   Positivisme   Rationalisme   Relation entre science et foi   Religion   René Descartes   Révolution copernicienne   Scepticisme   Science   Siècle des Lumières   Symbole   Syncrétisme   Thomas d'Aquin   Théologie   Théorie   Transfiguration (christianisme)   Vérité   XVIe siècle  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^