Nicolas Joseph Maison

Infos
Nicolas Joseph MaisonGravure d'Aloys Senefelder. Nicolas Joseph Maison est un maréchal de France, né le 19 décembre 1771 à Épinay-sur-Seine et mort le 13 février 1840 à Paris. Il a également été ministre des Affaires étrangères, puis de la Guerre.
Nicolas Joseph Maison

Nicolas Joseph MaisonGravure d'Aloys Senefelder. Nicolas Joseph Maison est un maréchal de France, né le 19 décembre 1771 à Épinay-sur-Seine et mort le 13 février 1840 à Paris. Il a également été ministre des Affaires étrangères, puis de la Guerre.

Carrière sous la Révolution française

Dès 1789, Nicolas Maison s’engage dans la Garde nationale, où il passe tous les grades pour être capitaine en 1791. Maison s’engage dans les bataillons de volontaires de Paris le 22 juillet 1792, et sert dès le début dans les Guerres de la Révolution dans l’infanterie. Il redevient capitaine en août 1792, mais est dénoncé et destitué le 5 décembre 1793. Il se justifia, fit la campagne de 1794 à l'armée du Nord et se trouva à la bataille de Fleurus. Il redevient capitaine le 1 mai 1796. Attaché ensuite, jusqu'en 1797, à la division Bernadotte, Maison devint chef de bataillon en juillet 1796 et déploya partout la même valeur. Nommé en 1799 adjudant-général et premier aide de camp de Bernadotte, alors ministre de la guerre, il fut chargé d'une mission à l'armée du Rhin, et sabra près de Manheim les hussards de Szecklers qui inquiétaient la cavalerie française. En 1800, il fut blessé presque mortellement au village de Schout (Hollande) en repoussant un corps d'Anglo-Russes.

Carrière sous l’Empire

En 1805, il rejoignit le 1 corps de la Grande Armée et cueillit sa part des lauriers de la bataille d'Austerlitz. Il devient général de brigade durant la campagne de Prusse de 1806, au sein du corps de maréchal Bernadotte. Il assista à la bataille d'Iéna. Peu après, il prend part à la chasse de l’armée prussienne, ce fut Maison qui traversa le premier la Saale pour culbuter le prince de Wurtemberg et pénétra ensuite dans Lubeck. En 1807, il fut nommé chef de l'état-major général du 1 corps et fit la campagne que termina la paix de Tilsitt. En 1808, il sert en Espagne sous le maréchal Victor et se distingua à la bataille d'Espinosa. A l'attaque de Madrid, il eut le pied droit fracassé par une balle, ce qui l'obligea de rentrer en France. En 1809, lors du débarquement des Anglais en Hollande, il était à Anvers avec le prince de Ponte-Corvo. Puis, après l'évacuation de l'île de Walkeren, il commanda successivement à Berg-op-Zoom, à Rotterdam et au camp d'Utrecht. En 1812 il participe à la campagne de Russie. Il est promu général de division lors du franchissement de la Bérésina et fait baron. Après la blessure du maréchal Oudinot, il prend le commandement du II Corps et fait retraite vers la Vistule. Dans la retraite, il déploya autant de zèle que d'habileté. En 1813, Maison, à la tête du 5 corps, battit les Prussiens à Mockern et prit la ville de Halle. Ce fut lui qui, le jour même de la bataille de Lützen, marcha sur Leipzig, s'en empara et empêcha l'ennemi de détruire les ponts de l'Elster Blanche. A Bautzen, avec deux régiments, il repoussa les charges combinées de six colonnes de cavalerie et les mit en déroute. Il fut blessé à la bataille de Wachau et à celle de Leipzig. Après la défaite du maréchal Macdonald à Katzbach il est chargé de conduire la retraite. Après la bataille de Leipzig, où il est blessé, il est décoré de la Grande Croix de la Légion d'honneur et fait comte. En janvier 1814, il commandait le 1 corps chargé de couvrir la Belgique et le port d’Anvers. Il défendit quelque temps, malgré une grande infériorité numérique, les approches d'Anvers. Son intention était de se porter sur la capitale, à marches forcées; et déjà il s'était dirigé sur Valenciennes pour attaquer les Saxons, lorsqu'il apprit à Quiévrain l'abdication de Napoléon Ier. Il conclut alors un armistice et gagna Lille, d'où il envoya son adhésion au nouveau gouvernement.

Restauration

Après l’abdication de l’Empereur, il se rallie à Louis XVIII, qui le fait chevalier de Saint-Louis. Pendant les Cent-Jours, il reste loyal aux Bourbons. Au 20 mars 1815, Maison qui venait d'être nommé gouverneur de Paris, accompagne Louis XVIII en Belgique à Gand. Il est fait commandant de la 1 division militaire après Waterloo. Chargé de juger le maréchal Ney, accusé de trahison pour s’être rallié à Napoléon, il se déclare incompétent avec plusieurs de ses collègues. Cela lui vaut une rétrogradation au commandement de la 8 division, à Marseille. L'Empereur l'avait fait baron et comte, les Bourbons le firent marquis en 1816 et Pair de France. En 1828, Charles X lui confia le commandement du corps expéditionnaire français en Morée, contre Ibrahim pacha. À son retour en France en 1829, il est fait maréchal de France. Mais toutes ces faveurs n'altérèrent pas le caractère vraiment indépendant, du maréchal Maison.

Monarchie de Juillet

Il rejoint la Révolution de Juillet. En 1830, il accepta de Louis-Philippe Ier la mission de se rendre avec MM. Odilon Barrot et Auguste de Schonen auprès des princes déchus pour les décider à quitter la France. Le 4 novembre 1830, il est ministre des Affaires étrangères pendant deux semaines, puis nommé ambassadeur à Vienne, puis à Saint-Pétersbourg en 1833. Le 30 avril 1835, il est nommé ministre de la Guerre, fonction qu’il occupe jusqu’à son retrait de la vie publique, le 19 septembre 1836. Il mourut à Paris le 13 février 1840.
- Ses manœuvres autour de Lille, dans la crise de 1814, avaient attiré mon attention, et l'avaient gravé dans mon esprit. Jugement de Napoléon sur Maison.)

Honneurs

- Anoblissement : il est fait baron d’Empire le 2 juillet 1808, puis comte le 14 août 1813, et enfin marquis le 31 juillet 1817.
- grades successifs :
- Garde nationale : grenadier, caporal, sergent-major puis capitaine ;
- Armée : capitaine le 1 août 1792, chef de bataillon (6 juillet 1796 à titre provisoire, le 16 août définitivement), adjudant général chef de brigade le 3 juillet 1799, général de brigade le 10 février 1806, puis de division le 21 août 1812.
- Dignités :
- maréchal de France le 22 février 1829.
- pair de France le 4 juin 1817
- Décorations françaises:
- Légion d'honneur : grand-croix le 22 juillet 1814).
- Ordre de la Réunion : grand-croix le 19 novembre 1813.
- Ordre de Saint-Louis : grand-croix le 30 septembre 1818.
- Décorations étrangères :
- Bavière : chevalier de l’Ordre du Mérite militaire de Maximilien-Joseph.
- Belgique : grand-croix de l’Ordre royal de Léopold.

États de service

- Garde nationale d’Épinay
- du 22 juillet 1792 au 1 août 1792 : 3 bataillon de volontaires de Paris.
- jusqu’au 5 décembre 17 : 9 bataillon de fédérés.
- du 20 janvier 1794 au 22 avril : aide de camp du général Goguet.
- jusqu’au 3 septembre 1796 : adjoint de l'adjudant général Mireur.
- jusqu’au 5 février 1797 : chef de bataillon d’un bataillon de grenadiers.
- jusqu’au 23 septembre 1802 : aide de camp du général Bernadotte.
- jusqu’au 31 mai 1804 : chef d’état-major de la 27 division militaire.
- jusqu’au 29 août 1805 : premier aide de camp du maréchal Bernadotte.
- jusqu’au 8 août 1806 : sous-chef d'état-major du 1 corps de la Grande Armée.
- jusqu’au 30 novembre 1806 : général commandant la 2 brigade de la 1 division du 1 corps de la Grande Armée.
- jusqu’au 12 janvier 1808 : chef d'état-major du 1 corps de la Grande Armée.
- jusqu’au 24 mars 1808 : général commandant la 1 brigade de la 2 division du 1 corps de la Grande Armée.
- mars-juillet : convalescence.
- jusqu’au 1 février 1809 : général commandant de la 1 brigade de la 2 division du 1 corps de l’armée d'Espagne.
- juin 1809 au 13 août 1809 : corps d'observation de l'Elbe.
- jusqu’au 26 août 1809 : armée d'Allemagne.
- jusqu’au 12 juillet 1810 : armée du Nord.
- jusqu’au 25 décembre 1810 : corps d'observation de Hollande.
- jusqu’au 25 juillet 1811 :17 division militaire.
- jusqu’au 30 novembre 1811 : commandant du département de la Lippe.
- jusqu’au 25 décembre 1811 : commandant d’Utrecht.
- jusqu’au 1 avril 1812 : commandant de la 2 brigade de la 6 division du corps d'observation de l'Elbe.
- jusqu’au 21 août 1812 : commandant de la 3 brigade de la 6 division du 2 corps de la Grande Armée.
- jusqu’au 9 mars 1813 : commandant de la 8 division du 2 corps de la Grande Armée.
- jusqu’au 31 mars 1813 commandant de la 1 division du corps d'observation de l'Elbe.
- jusqu’au 21 décembre 1813 : commandant de la 16 division du 5 corps de la Grande Armée.
- jusqu’au 1 juin 1814 : commandant du 1 corps de l'armée du Nord.
- jusqu’au 20 mars 1815 commandant de la 1 division militaire (Paris).
- du 8 juillet 1815 au 25 septembre 1815 : commandant de la 1 division militaire (Paris).
- du 10 janvier 1816 au 17 février 1819 : commandant de la 8 division militaire (Marseille).
- jusqu’au 19 août 1821 : commandant de la 1 division militaire (Paris), puis mis en disponibilité
- du 24 juillet 1828 à 1829 : commandant en chef du corps expéditionnaire de Morée. Il est possible de voir son portrait en pied au musée des Invalides. Sa devise était L'Être est mon roy. Armoiries : Ecartelé:au 1 d'azur à épée haute en pal d'argent, montée d'or, au 2et3 d'azur à maison d'argent, ajournée et façonnée de sable, girouettée d'or de deux girouettes et surmontée en chef de 3 étoiles d'argent, au 4 d'azur de rocher d'argent, sommé d'un épervier essorant d'or, tenant dans son bec un anneau d'argent. Marié à Madeleine Weydold, il laisse trois fils et une fille. Dont Eugène, vicomte Maison (1806-1885) maître de requêtes au conseil d'état (dont postérité).

Source partielle

----- Catégorie:Militaire français Catégorie:Général de la Révolution ou du Premier Empire Catégorie:Maréchal de France Catégorie:Personnalité politique de la monarchie de Juillet Catégorie:Ministre français des Affaires étrangères Catégorie:Ministre français de la Guerre Catégorie:Grand-croix de la Légion d'honneur Catégorie:Naissance en 1771 Catégorie:Décès en 1840 Catégorie:Pair de France cs:Nicolas-Joseph Maison de:Nicolas-Joseph Maison el:Νικόλαος-Ιωσήφ Μαιζών en:Nicolas Joseph Maison nl:Nicolas Joseph Maison
Sujets connexes
Aide de camp   Aloys Senefelder   Ambassadeur   Anvers   Armée d'Allemagne   Armée du Nord   Armée du Rhin   Auguste de Schonen   Bataille d'Austerlitz   Bataille d'Espinosa   Bataille d'Iéna   Bataille de Fleurus (1794)   Bataille de Katzbach   Bataille de Leipzig   Bataille de Lützen (1813)   Bataille de Waterloo   Bataille de la Bérézina   Bautzen   Bavière   Belgique   Cent-Jours   Charles X de France   Elbe (fleuve)   Expédition de Morée   France   François Mireur   Gand   Garde nationale (1789)   Grande Armée (Premier Empire)   Général de division   Halle   Hollande   Hôtel des Invalides   Leipzig   Lille   Lippe (département)   Liste des grands-croix de la Légion d'honneur   Louis-Philippe Ier   Légion d'honneur   Madrid   Marseille   Maréchal de France   Michel Ney   Ministre de la Guerre   Nicolas Charles Oudinot   Noblesse d'Empire   Odilon Barrot   Ordre de la Réunion   Paris   Quiévrain   Rotterdam   Révolution française   Saale   Saint-Pétersbourg   Trois Glorieuses   Utrecht   Valenciennes   Vienne (Autriche)   Vistule  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^