Extinction du Crétacé

Infos
Fossile de Tarbosaurus L'expression extinction du Crétacé ou extinction KT désigne l'extinction massive des dinosaures, à l'exception des oiseaux, à la fin du Crétacé, il y a 65 millions d'années environ. Ce sujet passionne le grand public et les spécialistes depuis des décennies. Il s'avère aujourd'hui que cette extinction n'a pas touché que les dinosaures, mais aussi une grande proportion d'espèces animales et végétales de l'époque. La
Extinction du Crétacé

Fossile de Tarbosaurus L'expression extinction du Crétacé ou extinction KT désigne l'extinction massive des dinosaures, à l'exception des oiseaux, à la fin du Crétacé, il y a 65 millions d'années environ. Ce sujet passionne le grand public et les spécialistes depuis des décennies. Il s'avère aujourd'hui que cette extinction n'a pas touché que les dinosaures, mais aussi une grande proportion d'espèces animales et végétales de l'époque. La théorie la plus communément acceptée est la chute d'une météorite dans l'actuel Mexique.

Théories

- Destruction des nids de dinosaures par des mammifères mangeurs d’œufs.
- Intoxication des dinosaures par les alcaloïdes contenus dans de nouvelles lignées de plantes.
- Inversion du champ magnétique de la Terre.
- Modification de la gravité.
- Épidémie fulgurante.
- Explosion atomique : des glissements de terrain auraient amené des gisements d'uranium naturel au-delà de la masse critique. Ces théories sont aujourd'hui très minoritaires dans le monde scientifique. Avec le développement des recherches, il s’est avéré que de nombreux groupes d’animaux, et pas seulement des dinosaures, avaient disparu à cette époque. Les familles d’insectes semblent bien passer la limite entre le Crétacé et le Tertiaire, mais les groupes de reptiles marins (Mosasaures, Plésiosaures), de reptiles aériens (Ptérosaures), de nombreux animaux aquatiques et de nombreux groupes de mammifères disparurent aussi. Toute explication sur la disparition des dinosaures doit donc aussi faire état de la disparition de ces autres espèces. Trois théories sont dominantes au début du pour expliquer cette disparition de masse :

Régression marine

Il semble que l’époque ait été marquée par un recul des océans. Il est donc supposé que ce recul ait entraîné des modifications climatiques de grande envergure, qui ont mené à la disparition des groupes susmentionnés. Si cette hypothèse est la bonne, on doit donc assister à un déclin progressif des espèces concernées dans les derniers millions d’années avant la fin du crétacé. Compte tenu du manque de données sur une courte période, il est difficile de trancher quant à l’évolution des populations animales et végétales sur quelques millions d’années seulement. Il semble cependant, en particulier en Amérique du Nord, qu’existaient encore de vastes communautés dinosauriennes peu de temps avant la fin du Crétacé. Une modification de ces faunes semble cependant s’opérer à cette période. Un changement climatique a donc peut-être bien eu lieu.

Volcans du Dekkan

On a constaté qu’à peu près à la fin du Crétacé, d’énormes éruptions volcaniques ont eu lieu, sur une période estimée à 500 000 années, dans le Dekkan ou Deccan, dans l’Inde actuelle. On a en effet retrouvé des couches de lave gigantesques dans cette région (Trapps du Deccan) : il peut y avoir jusqu'à 2 400 mètres d'épaisseur de basalte, et la surface actuellement couverte dépasse les 500 000 km² (à partir d'une surface originale sans doute supérieure à 1 500 000 km²). Les simulations informatiques sur les effets de ces éruptions indiquent que les quantités de poussières, de cendres et de gaz carbonique (CO2) rejetées auraient pu avoir un effet climatique très perturbant pour les écosystèmes. Néanmoins, comme pour toute simulation, il reste d’importantes incertitudes sur les effets environnementaux exacts de ce phénomène.

Météorite de Chicxulub

Vue d'artiste d'une chute de météoriteDans les années 1980, il a été remarqué que dans certaines couches géologiques, on notait une couche d'argile noire de quelques centimètres d'épaisseur entre les strates du Crétacé et du Tertiaire. On parle d’elle sous le nom de limite Crétacé-Tertiaire, de limite CT ou de limite KT. Cette limite géologique, bien visible en certains points du globe, présente un taux anormal d'iridium. Celui-ci est rare sur Terre, mais est plus abondant dans certaines météorites. On a alors émis la théorie de la chute d’une météorite à cette période Voir aussi Famille d'astéroïde Baptistina. À la même époque, les scientifiques commençaient à réfléchir à la notion d’« hiver nucléaire » : un hiver mondial de plusieurs années que provoquerait un échange de centaines d’armes nucléaires projetant des millions de tonnes de poussières dans l’atmosphère, et la refroidissant par une sorte de nuit artificielle. Par extension, le physicien américain Luis Walter Alvarez et son fils, le géologue Walter Alvarez, ont émis l’hypothèse d’un « hiver d’impact », aux effets similaires, provoqué par la chute de la météorite. Mais le cratère de cette hypothétique météorite restait à être découvert. Quelques années plus tard, on découvrit le cratère de Chicxulub, au Mexique. Dans l’intervalle, de nombreuses autres traces de cet impact ont été découvertes, comme des quartzs « choqués » (portant la marque d’un choc énorme).

Synthèse

Aujourd’hui, l’existence de la météorite de Chicxulub et le caractère cataclysmique de son impact font consensus dans la communauté scientifique. Mais son influence exacte dans l'extinction des dinosaures et des autres groupes disparus de la fin du Crétacé fait toujours débat :
- rôle marginal, donnant le coup de grâce à une faune et une flore affaiblie par la régression marine et la « pollution » des volcans du Dekkan;
- rôle partiel, mélangé avec ces mêmes causes;
- rôle dominant ou exclusif. L’analyse des articles scientifiques parus entre 2000 et 2005 montre une domination de la troisième thèse, qui fait de la météorite de Chicxulub (peut-être d’ailleurs associée à d’autres météorites) la cause essentielle ou exclusive de l’extinction de masse de la fin du Crétacé. La difficulté à trancher de façon définitive vient de l’impossibilité actuelle de définir un biotope sur quelques milliers ou même millions d’années de façon très précise. Seule cette précision permettrait de dire si les groupes d’espèces ont disparu en quelques jours (ce qui confirmerait définitivement la thèse de la météorite comme cause dominante), ou en quelques centaines de milliers d’années (ce qui ferait plutôt pencher pour les trapps du Dekkan, ou pour un mixte Dekkan, régression marine et météorite).

Autres extinctions de masse

L’extinction de masse de la fin du Crétacé n’est pas la seule enregistrée. Les scientifiques estiment en avoir repéré au moins cinq autres.

Notes et références

==
Sujets connexes
Alcaloïde   Années 1980   Arme nucléaire   Biotope   Crétacé   Dinosaure   Explosion atomique   Extinction des espèces   Extinction massive   Géologie   Hiver nucléaire   Inde   Insecte   Inversion du champ magnétique de la Terre   Iridium   Luis Walter Alvarez   Mammifère   Masse critique   Mexique   Mosasaure   Météorite   Oiseau   Physique   Quartz (minéral)   Tarbosaurus   Tertiaire (géologie)   Trapps du Deccan   Uranium  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^