Mur de soutènement

Infos
Les murs poids en maçonnerie, tel celui-ci à Rio de Janeiro, sont la plus ancienne technique de soutènement. Le mur de soutènement est un mur vertical ou sub-vertical qui permet de confiner des terres (ou tout autre matériau pulvérulent) sur une surface réduite. Le revêtement des terres par un mur de soutènement répond à des besoins multiples : préserver les routes et chemins des éboulements et glissement de terrain, structurer une berge naturelle en un quai (ports
Mur de soutènement

Les murs poids en maçonnerie, tel celui-ci à Rio de Janeiro, sont la plus ancienne technique de soutènement. Le mur de soutènement est un mur vertical ou sub-vertical qui permet de confiner des terres (ou tout autre matériau pulvérulent) sur une surface réduite. Le revêtement des terres par un mur de soutènement répond à des besoins multiples : préserver les routes et chemins des éboulements et glissement de terrain, structurer une berge naturelle en un quai (ports maritimes et voies navigables), parer les fondations d'édifices de grande hauteur ou de digues, créer des obstacles verticaux de grande hauteur (murs d'escarpe et glâcis dans les fortifications), soutenir des fouilles et tranchées pour travailler à l'abri de l'eau (batardeau), établir des fondations ou créer des parkings souterrains, etc. On trouve des murs de soutènement en pierre de taille, en brique, en béton armé, en acier, voire en bois ou en polymère (vinyl). Dans sa version traditionnelle (mur poids), le mur de soutènement se compose d'un voile et d'une semelle. Cette semelle varie en largeur suivant plusieurs facteurs (surcharge sur la partie supérieure, poids volumique et qualité des sols de fondation, angle de talus naturel des matières en amont du mur). Depuis quelques décennies, les parois préfabriquées se sont largement substituées aux murs en béton banché et aux murs en maçonnerie appareillée, parce qu'elles sont meilleur marché, plus rapides et plus faciles à mettre en œuvre, et plus favorables à l'environnement.

Principe du soutènement

La principale considération dans le dimensionnement des soutènements, quel que soit leur type, est la correcte estimation de la poussée des terres retenues par cette paroi. Dans leur état naturel, les terres tendent à se conformer en un tas pyramidal présentant un angle de talus naturel. L'interposition d'un écran de soutènement dans un massif de terre mobilise une partie du poids de ces terres en une poussée qui tend à faire glisser et basculer le mur de soutènement. Pour combattre cette poussée des terres, le mur peut être constitué de différentes façons :
- opposer un poids (ou une inertie) tel qu'il contrebalance la poussée : tels sont les murs-poids ;
- être ancré dans un massif (sol, corps mort) d'inertie telle que la poussée soit contrebalancée : ce sont les parois ancrées ;
- résister au renversement par une base, ou semelle, de grande surface : contreforts extérieurs, murs en L ;
- réduire la poussée par arc-boutement des terres retenues entre deux contreforts : murs à redans ; Les murs de soutènement, quel que soit leur type, doivent en principe être drainés, car la pression de l'eau interstitielle retenue en arrière du mur augmente d'autant la poussée sur l'ouvrage.

Le mur poids

Le principe du mur-poids est d'opposer le poids de la maçonnerie du soutènement, à la poussée des terres qui tendent à le renverser. La poussée des terres est minimale au sommet du mur et croît avec la profondeur en arrière du mur : c'est pourquoi les murs-poids s'épaississent vers la base. Les murs de soutènement de type ouvrage-poids sont connus depuis l'Antiquité. Ils sont constitués en pierre de taille ou en brique.

La paroi ancrée

Paroi ancrée préfabriquée (Brésil). Les têtes de tirants doivent être protégées des chocs et de la corrosion. La paroi ancrée est formée d'éléments verticaux (pieux, planches ou tubes) liaisonnés entre eux par un procédé quelconque (contredosses, mortier, enclenchement par serrure, lierne de couronnement en partie supérieure), et elle s'oppose à la poussée du sol par des tirants d'ancrage (le plus souvent en acier) qui relient l'écran à une plaque ou en corps mort (rocher ou bloc de maçonnerie liaisonné par un mortier) enterré à une certaine distance en arrière de l'écran : la plaque ou le corps mort mobilisent ainsi une inertie du sol, dite butée. La plupart des parois ancrées (ou rideaux ancrés) sont aujourd'hui constitués de palplanches.

La paroi préfabriquée

La paroi préfabriquée est constituée d'éléments (généralement en béton armé) tels que des parois en L, mis en place à l'avancement et liaisonnés entre eux par des pieux ou par des joints en béton. Il en existe différents types, dont l'un des plus anciens est la paroi berlinoise, composée de plaques verticales empilées entre deux pieux (poutres laminées en acier ou pieu en béton) en H.

Voir aussi

-Restanque Catégorie:Génie civil Catégorie:infrastructure Catégorie:Mur de:Stützmauer en:retaining wall es:Muro de contención it:Muro di sostegno nl:Keermuur
Sujets connexes
Berge   Digue   Fondation (construction)   Fortification   Glissement de terrain   Mur   Palplanche   Quai   Restanque   Talus naturel  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^