Rococo

Infos
Basilique rococo à Wies (Bavière) Le rococo est un mouvement artistique touchant principalement la peinture et l’architecture, dérivé du baroque et qui se caractérise par un enrichissement décoratif particulièrement chargé.
Rococo

Basilique rococo à Wies (Bavière) Le rococo est un mouvement artistique touchant principalement la peinture et l’architecture, dérivé du baroque et qui se caractérise par un enrichissement décoratif particulièrement chargé.

Historique

Si le terme est apparu en France vers 1700, le style se propage en Europe tout au long du . En France, il trouve son apogée sous la Régence et surtout sous le règne de Louis XV, après l’austérité des dernières années du règne de Louis XIV. Il sera remplacé à partir de 1760 par le néoclassicisme qui est, comme par un mouvement de pendule, un retour à l’austérité. En Allemagne le Rokokozeit suit le Barockzeit (Spätbarock : baroque tardif) comme en Italie où le Barocco suit le Rococo. Le terme rococo est aussi, dérivé du mot rocaille, pour désigner une ornementation imitant les rochers et les pierres naturelles.

Nuance du baroque ou style autonome ?

Pour Heinrich WölfflinHeinrich Wölfflin : Renaissance et Baroque (1888), c'est une nuance du baroque, mais pour Hans Sedlmayr avec H. R. Hitchcock puis Philippe MinguetPhilippe Minguet : Esthétique du rococo (1966), Baroque et rococo en Belgique (1987), France baroque, (1988), le rococo est une catégorie de style autonome. Le rococo serait autant distinct du baroque qui le précède, que du néoclassicisme qui le suit. S'il existe un style rococo en peinture en sculpture et en architecture il n'existe pas d'exemples de musique ou de littérature rococo. Selon Delécluze, le terme « rococo » fut inventé vers 1797 en dérision par Pierre-Maurice Quays, élève de Jacques-Louis David, maître à penser du mouvement des Barbus et chantre d’un classicisme poussé a l’extrême. Il serait une association des termes rocaille et Baroco. Le terme garda longtemps son aspect péjoratif avant d’être accepté par les historiens d’art vers le milieu du .

Peinture

Les principaux représentants

France

- Antoine Watteau
- François Boucher
- Fragonard
- Jean Pillement
- Antoine Pesne
- François de Cuvilliés, architecte et décorateur
- Nicolas Pineau (architecte décorateur)

Italie

- Corrado Giaquinto
- Giambattista Tiepolo
- Antonio Balestra
- les Guardi
- Francesco Solimena
- Alessandro Magnasco
- Giovanni Domenico Ferretti

Flandres

- Peter Angelis

Autriche

- Franz Anton Maulbertsch

Caractéristiques stylistiques

- Art du plaisir
- Reflet d’une société préservée cultivant les loisirs
- Art ostentatoire
- Inspiré de l’empirisme (Locke)
- Instantanéité (tout est esquissé)
- Condensé de sensations fugitives
- Symbole de la jouissance et du luxe
- Surenchère dans la décoration
- Aucune dimension spirituelle (art gratuit)
- Inspiration exotique (Chine, Turquie)
- Éclatement de toutes formes de structures
- Art érotique
- Souvent, thèmes champêtres

Œuvres principales

Zwiefalten Muenster
- Les fêtes vénitiennes, Watteau
- Le Pierrot, Watteau
- Le Déjeuner, Boucher
- Le Bain de Diane, François Boucher
- Leda et le cygne, Boucher
- L’Escarpolette, Jean Honoré Fragonard
- Les Baigneuses, Jean Honoré Fragonard
- La Gimblette, Jean Honoré Fragonard
- Le Pèlerinage sur l’ile de Cythère, Antoine Watteau
- Le Verrou, Jean-Honoré Fragonard
- Le décor intérieur de l’hôtel de Soubise, Germain Boffrand

Architecture

Le rococo (terme dérivé du mot rocaille, tendance décorative française qui repose sur des motifs en plâtre évoquant des coquillages) voit le jour à la cour de Louis XIV. Ce style est essentiellement utilisé pour des décorations intérieures (Hôtel de Sully, Paris). Ce style surchargé atteint son apogée non pas en France, mais en Bavière (pavillon d’Amalienburg (1734-1739) du château de Nymphenburg). En Prusse, le rococo frédéricien s’incarne de manière éclatante dans le palais de Sanssouci, réalisé pour le compte de Frédéric le Grand. En architecture, le style rococo se reconnaît par ses lignes courbes et l’abondance des décorations (têtes sculptées en façade). Les habitations de ce style sont munies d’un entresol (comme tous les bâtiments jusqu’au ), de petits balconnets arrondis en encorbellement, de garde-corps en fer forgé. On constate aussi la hauteur décroissante des étages et le 1 (ou le 2) étage est un étage noble. À la fin du règne de Louis XV, on voit, avec le courant néoclassique, réapparaître les styles grec et romain.

Théories et signification

L’étude la plus complète sur la signification idéologique, historique et esthétique du mouvement est due à l’esthéticien belge Philippe Minguet, membre du Groupe µ.

Notes et références

Bibliographie

- Fiske Kimball, Le Style Louis XV ; origine et évolution du rococo, Paris, A. et J. Picard, 1949, 1943.
- Roger Laufer, Style rococo, style des "Lumières", Paris, J. Corti, 1963.
- Philippe Minguet, Esthétique du rococo, Paris, J. Vrin, 1966.
- Cornelius Gurlitt : Die Geschichte des Barockstiles, des Rokoko und des Klassizismus.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Alessandro Magnasco   Allemagne   Antoine Pesne   Antoine Watteau   Antonio Balestra   Architecture   Baroque   Bavière   Civilisation chinoise   Classicisme   Corrado Giaquinto   Empirisme   Europe   Fragonard   France   Francesco Solimena   François Boucher   François de Cuvilliés   Frédéric II de Prusse   Giambattista Tiepolo   Giovanni Domenico Ferretti   Groupe µ   Guardi   Heinrich Wölfflin   Hôtel de Sully   Italie   Jean Pillement   John Locke   Les Barbus   Louis XV de France   Néoclassicisme   Palais de Sanssouci   Peinture   Peter Angelis   Philippe Minguet   Pierre-Maurice Quays   Prusse   Rocaille (style)   Rococo frédéricien   Turquie   Wies  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^