Saladin

Infos
Al-Malik an-Nâsir Salâh ad-Dîn Yûsufarabe : ʾabū al-muẓẓafar ṣalāḥ ad-dīn al-malik an-nāṣir yūsuf ben najm ad-dīn al-ʾayyūbī ben šāḏī, , Salaheddine ou Saladin (1138-1193)Robert 2 (2001), Saladin, p. 1852 fonda la dynastie ayyoubide, en Égypte et en Syrie. Son nom, an-Nâsir, signifie "celui qui reçoit la victoire de Dieu" et Saladin signifie la "rectitude de la Foi".
Saladin

Al-Malik an-Nâsir Salâh ad-Dîn Yûsufarabe : ʾabū al-muẓẓafar ṣalāḥ ad-dīn al-malik an-nāṣir yūsuf ben najm ad-dīn al-ʾayyūbī ben šāḏī, , Salaheddine ou Saladin (1138-1193)Robert 2 (2001), Saladin, p. 1852 fonda la dynastie ayyoubide, en Égypte et en Syrie. Son nom, an-Nâsir, signifie "celui qui reçoit la victoire de Dieu" et Saladin signifie la "rectitude de la Foi".

Biographie

Youssouf (Joseph), fils d'Ayyûb, est né à Takrit sur le Tigre dans une famille kurde originaire de Dvin, l'Arménie antiqueSelon l'historien kurde Ibn Khallikan, cité par Vladimir Minorsky, The Prehistory of Saladin, Studies in Caucasian History, Cambridge University Press, 1957, pp. 124-132. Avec son oncle Chirkouh, il appartenait à une famille militaire kurde au service de Noureddine, émir turc d'Alep. Celui-ci l'envoie en Égypte pour soutenir la dynastie fatimide, menacée par les Croisés. Saladin entoure la capitale d'un mur de calcaire qui s'étend d'al-Qahira jusqu à Fustat et le Nil. Au centre de ce système défensif se trouve la Citadelle, d'où le nouveau roi gouverne le pays. Ouverte désormais au peuple, al-Qahira, dont les palais sont démolis, abrite les caravansérails, les souks et les demeures des commerçants, des artisans et des bourgeois du nouveau régime. En 1169, il prend la succession de son oncle au poste de vizir au Caire. Après avoir relancé l'économie égyptienne et avoir réorganisé son armée, sur demande de Noureddine, il abolit le califat chiite fatimide en 1171, suite au décès du jeune calife Al-Adid . Il fonde ainsi la dynastie des Ayyoubides qui va régner sur l'Égypte jusqu'en 1250. Il remet son pouvoir au service du calife abbasside de Bagdad Al-Mustadhî bi-'Amr Allah. Son but premier est la guerre sainte pour expulser les francs établis en Syrie et Palestine depuis la première croisade. Il prend alors le titre de sultan. De nombreux turcs Seldjoukides refusèrent de servir sous les ordres d'un Kurde. Comme de plus après une longue lignée de califes enfants le pouvoir en Égypte était instable, la position de Saladin était initialement précaire. En tant que chef d'une armée étrangère, de Syrie, il n'avait pas le contrôle de l'armée égyptienne qui était toujours dirigée par le calife dont c'était le seul pouvoir restant. Avec ses frères, Saladin transforma l'Égypte en un fief de famille, d'abord sous la tutelle de Noureddine, puis pratiquement indépendant après sa mort. Il restaura également le sunnisme en Égypte, contre l'héritage chiite des Fatimides, ce qui bouleversa la vie des chrétiens coptes et des juifs, dont les tolérants fatimides s'étaient servi avec succès dans l'administration, le commerce et les sciences.

Lutte contre les croisés

Saladin à l'assaut de Jaffa. Il veut alors réaliser son ambition de chasser les croisés du Proche-Orient. Pour cela il va d'abord réunir la Syrie sous la seule autorité des Ayyoubides. Le zengide Nur ad-Din qui menait la lutte contre les croisés, pensait pouvoir compter sur l'aide de Saladin. Il avait pour cela réunifié la Syrie sous son autorité. Saladin ne participa pas aux invasions menées par Nur ad-Din en 1171 et 1173 contre le royaume de Jérusalem, il espérait que le royaume croisé resterait en place, agissant comme une zone « tampon » entre l'Égypte et la Syrie. En 1174, Nur ad-Din s’apprête à se rendre en Égypte pour y affronter Saladin. Il est saisi par une fièvre qui le terrasse. Son fils, le jeune As-Salih Ismail al-Malik devint l'héritier légitime, et Saladin se déclara son vassal. Saladin prend le contrôle de la Syrie. Il marche sur Damas qui lui ouvre ses portes (octobre), prend Homs et Hama puis assiège Alep (décembre). Pendant ce siège, le faible As-Salih Ismail al-Malik qui est en titre sultan d'Égypte et de Syrie, se voit dépossédé par Saladin. Lui et ses conseillers décident de recourir aux services des Assassins pour se débarrasser de Saladin. Le 22 mai 1176, un attentat dans le camp de Saladin échoue. Les batinis sont massacrés. Saladin se fait investir par le calife du gouvernement de l’Égypte et de la Syrie. Saladin réalise pour son propre compte le rêve de Nur ad-Din. En revanche Alep et Mossoul, les deux autres grandes cités que Nur ad-Din dirigeait, n'ont jamais été prises. Saladin réussit à imposer son influence et son autorité sur elles en 1176 et en 1186 respectivement. Saladin épouse la veuve de Nur ad-Din, vainc les autres prétendants au trône et prend les rênes du pouvoir en Syrie en 1185. Tant qu'il n'a pas terminé l'unification de la Syrie et de l'Égypte et consolidé son pouvoir, Saladin laisse tranquille le royaume des croisés. En 1177 le roi Baudouin IV lui inflige une lourde défaite à la Bataille du mont Gisard. Renaud de Châtillon, en particulier, attaque les routes musulmanes de commerce et de pèlerinage et menaçe d'attaquer La Mecque avec une flotte sur la Mer Rouge. C'est seulement dix ans plus tard, en 1185, à l'approche de la mort de Baudouin IV de Jérusalem, qu'il décide de relancer le Djihad (tombé en désuétude dans le monde musulman). En juillet 1187, Saladin envahit le royaume de Jérusalem, affaibli par les disputes entre les Templiers et les barons francs et anéantit l'armée croisée, encerclée après une marche épuisante, sur la colline de Hattin.

La prise de Jérusalem

Saladin capture et fait exécuter Renaud de Châtillon; il capture également le roi Guy de Lusignan. Ensuite il s'empare de Jérusalem le 2 octobre 1187. Il reprit rapidement toutes les cités croisées, Tyr exceptée. Il permet aux chrétiens de quitter les villes conquises et de regagner la côte sains et saufs avec une partie de leurs biens, générosité exceptionnelle pour l'époque et qui lui valut l'estime de ses adversaires. À Jérusalem, il rendit à l'islam l'église du Temple (mosquée Al-Aqsa) mais laissa aux chrétiens le Saint-Sépulcre et rendit aux juifs le Mur des Lamentations et leurs synagogues, supprimées par les Croisés. Cette mansuétude qui contraste avec le massacre qui avait eu lieu lors de la prise de Jérusalem en 1099 par les croisés font beaucoup pour l'édification de l'image du « Chevalier de l'islam ». Hattin et la chute de Jérusalem provoquèrent la Troisième croisade. Cette croisade reprit Acre et Saladin fut battu encore une fois par un roi chrétien, Richard I d'Angleterre, à la bataille d'Arsouf en 1191. La relation entre les deux hommes était mêlée de respect et de rivalité militaire. Quand Richard fut blessé, Saladin offrit le service de son médecin personnel, le grand Moïse Maïmonide ; à Arsuf, quand Richard perdit son cheval, Saladin lui en envoya deux en remplacement. Il y eut même le projet de marier la sœur de Richard avec le frère de Saladin. Les deux arrivèrent à un accord pour Jérusalem en 1192 aux termes duquel la cité resterait musulmane mais serait ouverte aux pèlerins chrétiens. Peu après le départ de Richard, Saladin mourut en 1193 à Damas, où sa tombe est une attraction touristique majeure et sur laquelle on peut lire « seigneur, accorde lui sa dernière conquête, le paradis ».

Le personnage

Statue de Saladin à Damas Éloge de Saladin par Usâma ibn Munquidh qui fut l'un de ses compagnons d'arme : Plaise à Dieu d'embellir l'islam et ses fidèles en donnant longue vie à Salâh ad-Dîn, en les aidant par le tranchant de son épée et ses décisions, en les abritant dans l'ampleur de son ombre! Et comme il a, pour eux, lavé de toute impureté les sources de ses mérites, puisse-t-il de même soumettre la terre à son très haut pouvoir de commander ou de défendre, et les têtes de ses ennemis à la sentence de son sabre. Le même ne se prive pas par ailleurs de trouver Saladin d'une brutalité excessive. Au cours d'une bataille près de Homs la pluie a rendu le sol impraticable pour les chevaux. Les fantassins se battent en corps à corps, l'un d'entre eux s'éloigne pour se réfugier dans Homs : Salâh ad-Dîn était posté avec moi, et nous regardions devant nous ces fantassins. L'un d'eux courut rejoindre ceux de Homs, auxquels il se mêla. Salâh ad-Dîn, qui l'avait vu dit à l'un de ses compagnons : :-Amenez ici l'homme qui était à côté du fuyard ! Quand ce fut fait , il demanda : :- Quel était celui qui se trouvait à côté de toi et s'est enfui pour aller à Homs ? :– Par Dieu, Seigneur, répondit le fantassin, je ne le connais pas :- Tranchez le par le milieu! ordonna Salâh ad-Dîn Salah ad-Din dit : :- Quand quelqu'un déserte, on prend celui qui était à ses côtés et on lui coupe le cou., ou bien on le tranche par le milieu. On l'entrava comme le voulait l'usage, et on le coupa en deuxUsâma ibn Munquidh, ibidem, p.335 Malgré sa farouche opposition à la puissance chrétienne, Saladin gagna en Europe une immense réputation de souverain chevaleresque, à tel point qu'il exista au un poème épique sur ses exploits et que Dante l'inclut parmi les âmes païennes des limbes. L'empereur d'Allemagne Guillaume II lors de sa visite à Damas en 1898, a offert à l'empire Ottoman la restauration du mausolée de Saladin construit en 1193, et un sarcophage de marbre. Actuellement dans le mausolée qui se trouve près de la mosquée des omeyyades, il y a deux sarcophages : celui en marbre resté vide et celui en bois qui contient le corps de Saladin. Pour Guillaume II, il s'agissait d'honorer celui qui a vaincu à la fois l'Angleterre et la France. La province de l'Irak actuelle qui contient la ville de Tikrit s'appelle en son honneur Salah ad-Din.

Notes et références

Filmographie

-Kingdom of Heaven, un film de Ridley Scott, 2005.
-Saladin (الناصر صلاح الدين, Al Nasser Salah Ad-Din), un film de Youssef Chahine, 1963. Ces deux films ne reflètent pas la vraie histoire de Saladin. En effet, le premier n'est pas un film sur Saladin et le deuxième contient beaucoup d'erreurs historiques.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abbassides   Accord   Acre (Israël)   Al-Adid   Al-Afdhal Nur ad-Din Ali   Al-Aziz Imad ad-Din Uthman   Al-Mustadhi (Abbasside)   Alep   André Miquel   Arabe   Arménie   Ayyoubides   Bagdad   Bataille d'Arsouf   Bataille de Hattin   Bataille du mont Gisard   Batin   Baudouin IV de Jérusalem   Calife   Caravansérail   Chiisme   Christianisme   Croisade   Damas   Dvin   Décembre   Fatimides   Guillaume II   Guillaume II d'Allemagne   Guy de Lusignan   Hama   Homs   Ibn Khallikan   Irak   Issa al awwam   Jaffa   Jérusalem   Kingdom of Heaven   Kurde   La Mecque   Limbes   Maïmonide   Mosquée Al-Aqsa   Mossoul   Mur des Lamentations   Nur ad-Din   Omeyyades   Ordre du Temple   Oussama Ibn Mounqidh   Première croisade   Pèlerinage   Période ayyoubide de l'Égypte   Renaud de Châtillon   Richard Ier d'Angleterre   Ridley Scott   Royaume de Jérusalem   Saint-Sépulcre   Saladin   Saladin (film)   Salah ad-Din (province)   Seldjoukides   Souk   Sultan   Sunnisme   Synagogue   Syrie   Tigre (fleuve)   Tikrit   Troisième croisade   Turc   Tyr   Vizir   Youssef Chahine   Zengides  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^