Malik al-Salih Ayyoub

Infos
Al-Malik as-Sâlih Najm ad-Dîn Ayyûbarabe : ʾabū al-fatiḥ najm ad-dīn al-malik aṣ-ṣāliḥ ʾayyūb ben nāṣir ad-dīn muḥammad, (1207-1249) sultan ayyubide d’Égypte (1240-1249), fils d’al-Kamel.
Malik al-Salih Ayyoub

Al-Malik as-Sâlih Najm ad-Dîn Ayyûbarabe : ʾabū al-fatiḥ najm ad-dīn al-malik aṣ-ṣāliḥ ʾayyūb ben nāṣir ad-dīn muḥammad, (1207-1249) sultan ayyubide d’Égypte (1240-1249), fils d’al-Kamel.

Biographie

Gouverneur de Mésopotamie, il la défend contre les Tartares et prend Damas en 1238. En 1240, il succède en Égypte à son frère Al-`Adil Sayf ad-Dîn, déposé par des officiers turcs qui l’appellent au pouvoir. Se méfiant des éléments traditionnel de l’armée ayyoubide (soldats kurdes libres, régiment d’esclaves mamelouk créés par ses prédécesseurs comme le Salahiya de Saladin et le Kamiliya d’al-Kamel), il s’entoure d’une garde mamelouke de sa création, casernée sur une île du Nil (Bahr an-Nil), qui lui donne le nom de Bahriya as-Salihiya ce qui donnera le nom de Mamelouks Bahrites à ceux qui vont prendre la succession des Ayyoubides. Il renouvelle le traité de 1229 avec Richard de Cornouailles et restitue au royaume de Jérusalem la région de Sidon, la Galilée orientale avec Tibériade, le pays de Jaffa et d’Ascalon (1241). En 1247, il reprend Ascalon et la Galilée orientale. Maître de Damas, il rétablit sa suzeraineté sur Homs, luttant pour le contrôle de la Syrie avec son cousin, maître d’Alep. Les croisés français de Louis débarquent à Damiette le 6 juin 1249, qui est abandonnée sans combats. Le sultan Ayyoub, immobilisé par la tuberculose, propose à Louis d’échanger Damiette contre Jérusalem. Louis refuse de traiter avec un « infidèle ». Ayyoub prend alors l’offensive. Il se fait transporter en litière vers Mansourah, « la victorieuse », ville construite par son père al-Kamel sur le site de la défaite franque de 1221. Il tombe dans le coma le 20 novembre, alors que les Francs, encouragés par la décrue du Nil, quittent Damiette en direction de Mansourah. Trois jours plus tard, Ayyoub meurt. Son épouse favorite, Chajar ad-Durr, « l’arbre aux joyaux », une esclave arménienne, rassemble les familiers du sultan et leur ordonne de garder le silence sur sa mort avant le retour de l’héritier du trône, al-Mu'adham, alors en Irak. L’émir Kahreddin écrit une lettre au nom du sultan pour appeler au jihad. Après la bataille de Mansourah, la mort de Kahreddin et la capitulation de Louis IX, son fils et successeur al-Mu'adham sera tué par les mamelouks en mai 1250. La domination mamelouke en Égypte commence avec la dynastie des Bahrites (1250-1382).

Notes

Voir aussi

===
Sujets connexes
Al-Adil II Sayf ad-Din   Al-Kamel   Al-Mu'adham   Alep   Arabe   Ascalon   Ayyoubides   Bataille de Mansourah   Chajar ad-Durr   Damas   Damiette   Galilée (région)   Homs   Irak   Jihad   Kurdes   Louis IX de France   Mamelouk   Mansourah   Mésopotamie   Période ayyoubide de l'Égypte   Richard de Cornouailles   Royaume de Jérusalem   Saladin   Sidon   Syrie   Tibériade  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^