Louis Massignon

Infos
Louis Massignon (25 juillet 1883 à Nogent-sur-Marne - 31 octobre 1962). =Biographie= Cet auteur d'une thèse monumentale sur la vie du soufi Mansur al-Hallaj, crucifié à Bagdad en 922, n'est pas seulement l'un des plus grands islamologues du , mais aussi l'un des maîtres de la langue française. Sa langue est d'une rare beauté. Il a occupé, provisoirement, le 15 juin 1919 la chaire de sociologie musulmane au Collège de France. Une chaire qu'il va occuper définitivement
Louis Massignon

Louis Massignon (25 juillet 1883 à Nogent-sur-Marne - 31 octobre 1962). =Biographie= Cet auteur d'une thèse monumentale sur la vie du soufi Mansur al-Hallaj, crucifié à Bagdad en 922, n'est pas seulement l'un des plus grands islamologues du , mais aussi l'un des maîtres de la langue française. Sa langue est d'une rare beauté. Il a occupé, provisoirement, le 15 juin 1919 la chaire de sociologie musulmane au Collège de France. Une chaire qu'il va occuper définitivement à partir de janvier 1926 jusqu'au 1954 après la retraite de son prédécesseur Alfred le Chatelier, le créateur de cette chaire. Massignon a consacré des années entières de sa vie à la rédaction de sa thèse qui témoigne d'une grande rigueur scientifique et d'un souci exemplaire d'objectivité pour une matière aussi délicate et sensible que la mystique au sens large, la mystique musulmane en particulier. Il fut aussi un des principaux acteurs de l'établissement d'un dialogue entre l'Islam et l'Église catholique dont l'impact très positif figure dans le concile du Vatican II Nostra Aetate l'année même de sa mort en 1962. S'il est resté attaché durant toute sa vie au catholicisme, on lui a parfois reproché un certain syncrétisme qui ne fait que sa singularité en tant que scientifique et croyant, tel qu'aimait à le décrire le pape Pie XI:"le catholique musulman".

Dates clés dans sa vie

(voir introduction de Jaques Keryell pour une biographie plus détaillée dans L'hospitalité sacrée)
- 1901: Sa rencontre avec Huysmans, un ami de son père le sculpteur Pierre Roche influencera profondément le parcours de sa vie. C'est aussi la date de son premier voyage à Alger.
- 1902: Il a obtenu sa licence ès lettres. Préparation de son diplôme d'études supérieures en choisissant comme sujet de recherche: "tableau géographique du Maroc dans les quinze premières années du d'après Léon l'Africain".
- 1904: Voyage au Maroc pour son travail de recherche. Massignon disait qu'il a fait une randonnée à cheval au Maroc jusqu'à Fez.
- 1906: Il obtient son dilpôme d'arabe classique et d'arabe dialectal. Début de son séjour au Caire où il fut désigné membre temporaire de l'Institut d'archéologie orientale par le grand égyptologue Gaston Maspero. Cette date fut aussi sa première découverte du grand soufi Al-Hallaj via le Mémorial des saints de Farid Al-Din Attar.
- 1907: Dès 24 mars 1907, il décide de faire sa thèse de doctorat ès lettres sur Al-Hallaj.
- 1907-1908: Chargé par le général Beylié de réaliser une mission archéologique en Mésopotamie. Dès son arrivée à Baghdad, il s'est installé le 7 janvier 1908 dans un vieux quartier musulman de la ville. Pendant une période d'un mois et demi, il va s'immiscer avec acharnement dans cette nouvelle culture et apprécier avec ardeur ses coutumes et ses spécificités. Il savait déjà que cette étape est cruciale pour sa thèse sur Al-Hallaj. Il a eu entre autre l'occasion d'apprendre le turc.
- 1913-1918: Le 15 octobre 1913 il demanda au prêtre chargé de sa direction spirituelle de le relever de son vœu de chasteté et épousa le 27 janvier 1914 sa cousine Marcelle Dansaert-Testelin. Mobilisé au début de la première guerre mondiale comme officier dans l'armée d'Orient. Il a appris en janvier 1917 la mort de son ami Charles de Foucauld. Il entrera aux côtés de Lawrence d'Arabie dans Jérusalem libérée de l'occupation ottomane.
- 1919: Nommé après la fin de la guerre comme professeur suppléant au Collège de France afin d'assurer des cours en sociologie et en sociographie musulmanes.
- 1922: Soutenance de sa thèse sur le grand mystique musulman Al-HAllaj.
- 1926: Il devient le 30 mai 1926 titulaire de la chaire de sociologie musulmane au Collège de France.
- 1932: Il est devenu tertiaire franciscain sous le nom d'Abraham.
- 1933-1934: Retour au Caire où il vient d'être nommé comme l'un des cinq membres européens de la langue arabe.
- 1934: Il fonda avec Mary Kahil à Damiette la confrérie spirituelle de Badaliya.
- 1941: Il fonda l'Institut Dar Es Salam au Caire.
- 1947: Il devient président des "Etudes iraniennes".
- 1954: Il crée le pèlerinage des Septs Dormants d'Ephèse au Vieux-Marché dans les Côtes-d'Armor.
- 1956: Il devient président des amis de Gandhi.
- 1962: Le 31 octobre 1962, une crise cardiaque l'emporta aux premières Vêpres de la Toussaint. Il a été inhumé dans la commune de Pordic (Côtes-d'Armor) Parmi ses étudiants figurent: Henry Corbin, philosophe et grand spécialiste du grand mystique chi'ite Sohrawardi (Shaykh Al-Ishraq); Abdurrahman Badawi, penseur et philosophe islamique égyptien ; Abd al-Halim Mahmud, grand cheikh de l'Université d'Al-Azhar; et aux Etats-Unis, George Makdisi; Herbert Mason et James Kritzeck. =L'œuvre= A sa mort, le 31 octobre 1962, Louis Aragon a écrit : « Un des hommes qui signifient la France vient de disparaître ». En effet, c'est dans l'œuvre même de cet homme qu'on peut comprendre la profondeur de l'hommage que lui rend Aragon. La réflexion de Massignon sur le parcours de vie exceptionnel de Mansûr Al-Hallaj l'a amené à réfléchir sur des archétypes communs référence, citation ou lien entre Islam et Christianisme dont: 1/ Abraham le modèle par excellence de tous les croyants monothéistes. 2/ Fâtima la fille du prophète Muhammed, dont la figure mariale lui paraît être la réciproque dans le catholicisme. 3/ Les Sept Dormants d'Éphèse (ou Ahl al-kahf) d'où le nom de la sourate Al-Kahf dans le Coran. 4/ Salmân al-Farîsi (ou Salmân Pâk), un chrétien converti et compagnon persan du Prophète de l’Islam. et de s'attacher à deux concepts clés qui apparaissent en filigrane dans toute son œuvre : "l'hospitalité sacrée" et "l'intercession" (ou substitution mystique). L'œuvre de Massignon n'est pas exempte de critiques, parfois acerbes. Ainsi Edward Saïd considère la figure de Al-Hallâj comme "non pertinente", marginale, non représentative de l'Islam. Le même Edward Saïd note que que la grande proximité de Massignon avec "l'esprit" de l'Islam a pu fausser chez lui une vision sereine du catholicisme.

Œuvres de Massignon

- La Passion de Al-Hallâj, Paris, Gallimard, 1975, 4 vol. (trad. anglaise par Herbert Masson, The Passion of Hallâj, Princeton, 1982)
- Al-Hallaj, Recueil d'oraisons et d'exhortations du martyr mystique de l'Islam, Paris, J. Vrin, collection "Etudes musulmanes", 1975. Edition bilingue. Une biliographie exhaustive se trouve dans : Youakim Moubarac, "L'œuvre de Louis Massignon", Pentalogie islamo-chrétienne, Beyrouth, 1972, t. 1. Principaux ouvrages de L. M. :
- Parole donnée, Paris, Julliard, 1962.
- Essai sur les origines du lexique technique de la mystique musulmane, 1922, réédition J. Vrin, Paris 1954. L'ensemble des nombreux articles et textes inédits de Louis Massignon (à quelques rares exceptions près, notamment), a été publié par le père Youakim Moubarac : Opera minora, Paris, PUF, 1969 3 vol. (réédition de l'édition de Beyrouth, 1963).
- L'hospitalité sacrée, nouvelle cité: Paris, 1987.(préface de René Voillaume / textes inédits présentés par Jacques Keryell)

Quelques ouvrages sur Massignon

- Louis Massignon et ses contemporains, sous la direction de Jacques Keryell, Khartala, 1997.
- Christian Destremau, Jean Moncelon, Massignon, Paris, Plon, 1994, bibliogr. (ISBN 2-259-00400-8) (la biographie de référence sur Louis Massignon).
- Jacques Keryell, Jardin donné, Louis Massignon à la recherche de l'Absolu, éd. Saint-Paul, Paris, 1993.
- Pierre Rocalve, Louis Massignon et l'Islam, Institut Français de Damas, 1993.
- Herbert Mason, Massignon - Chronique d'une amitié, Desclée de Brouwer, 1990.
- Vincent Mansûr Monteil, Le Linceul de feu, Vegapress, 1987. (un témoignage unique sur la vie et l'œuvre de Louis Massignon)
- Collectif, Présence de Louis Massignon, Paris, Maisonnneuve et Larose, 1987, bibliogr.
- Combats pour l'Homme, Centenaire de la naissance de Louis Massignon, UNESCO, Paris, 1983.
- Guy Harpigny, Islam et Christianisme selon Louis Massignon, Louvain-la-Neuve, 1981 (la première thèse consacrée à Louis Massignon)
- Massignon, Cahiers de l'Herne, 1970.
- Camille Devret, Massignon et Gandhi, Le Cerf, 1967.
- Jean Morillon, Massignon, Classiques du XXe siècle, 1964. (première biographie de Louis Massignon)
- Mémorial Louis Massignon, Dar el-Salam, Le Caire, 1963 (hors commerce). Sous la direction de Youakim Moubarac et des textes arabes de Ibrahim Madkour, Abd al-Rahman Badawi, Taha Hussein, etc.
- Hommage à Louis Massignon, Revue de la Faculté des Lettres de Téhéran, X, 1962.
- J.J. Waardenburg, L'islam dans le miroir de l'Occident, La Haye, Mouton, 1962.
- Hommage à Louis Massignon, Les Lettres Françaises, 15 novembre 1962. (avec un éditorial de Louis Aragon) ==
Sujets connexes
Abraham   Al-Azhar   Bagdad   Catholicisme   Charles de Foucauld   Chasteté   Christianisme   Collège de France   Coran   Côtes-d'Armor   Damiette   Edward Saïd   Farid Al-Din Attar   Gandhi   Gaston Maspero   Henry Corbin   Islam   Jérusalem   Lawrence d'Arabie   Louis Aragon   Léon l'Africain   Mansur al-Hallaj   Maroc   Mésopotamie   Nogent-sur-Marne   Pie XI   Pierre Roche   Pordic   Sept Dormants d'Éphèse   Sohrawardi   Tertiaire   Toussaint   Vêpres   Youakim Moubarac  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^