Anne Comnène

Infos
Anne Comnène (1083-1148), est la fille de l'empereur byzantin Alexis I Comnène et d'Irène Doukas. Fille d' Alexis I, le restaurateur de Byzance au , et donc princesse porphyrogénète, cette forte personnalité tenta de jouer un rôle politique à Constantinople. A seulement quelques jours, elle est fiancée à Constantin Doukas, selon une volonté de son père de multiplier les liens avec la dynastie précédente, puis en raison du décès de son fiancé, fut remariée à N
Anne Comnène

Anne Comnène (1083-1148), est la fille de l'empereur byzantin Alexis I Comnène et d'Irène Doukas. Fille d' Alexis I, le restaurateur de Byzance au , et donc princesse porphyrogénète, cette forte personnalité tenta de jouer un rôle politique à Constantinople. A seulement quelques jours, elle est fiancée à Constantin Doukas, selon une volonté de son père de multiplier les liens avec la dynastie précédente, puis en raison du décès de son fiancé, fut remariée à Nicéphore Bryennios, général vaincu par Alexis I Comnène, probablement dans un souci d’apaisement et de consensus. Anne se différencie par sa formation intellectuelle. Elle bénéficie d’un enseignement soigné en philosophie, (formation d’excellence en raison de son amour pour les lettres). Elle explique également dans la préface de son oeuvre qu'elle maîtrisait la rhétorique et les mathématiques. Elle anime d'ailleurs un cercle intellectuel à Constantinople, auquel elle commande des commentaires sur l'oeuvre d'Aristote. Anne est donc très familière de la littérature byzantine, et notamment de l’œuvre de Psellos. Cette femme écrit dans un style très pur, proche de celui de l'antiquité classique. Enfin, cette formation intellectuelle était exceptionnelle pour une femme à cette époque. A la mort d’Alexis I, en 1118, elle est mal connue. On la connaît par ce qu’elle nous dit d’elle, et par l'éloge funèbre que fit d'elle Georges Tornikès. Ce que l'on sait, c'est qu'elle s’oppose fermement à la sucession sur le trône impérial de son frère, le futur Jean II, au profit de son mari, Nicéphore Bryennios, comme le souhaite également sa mère, Irène Doukaeina. Ayant échoué par la faiblesse de Nicéphore (ou bien par son desinterressement du trône), elle est contrainte de se retirer au monastère constantinopolitain de la Théotokos Kécharitôméné (de la vierge pleine de grâces) après le succès de son frère Jean. Elle entre au monastère en 1118, mais ne se fait moniale que sur son lit de mort. Elle dirige l’école de ce monastère, et elle rédige après 1148, l’Alexiade. C’est une continuation de l’histoire que Nicéphore Bryennios avait rédigée, à l’instigation d’Irène Doukaeina. C’est une histoire achevée. Après avoir résumé l'ouvrage de son mari, elle la continue en racontant la prise de pouvoir d’Alexis. L’Alexiade est une histoire en 15 livres, consacrée principalement aux guerres conduites par Alexis. Elle s’appuie sur les témoignages de ses contemporains et sur ses propres souvenirs. L’Histoire commence avec l’arrivée au pouvoir d’Alexis en Avril 1081. Elle se poursuit avec le récit des Guerres d’Alexis contre les Normands, les Turcs, et enfin par le récit des croisades. Elle nous laisse aussi une description de Bohémond de Tarente, seigneur normand et héros de la Première Croisade. En 1098, il s'empare d'Antioche mais ne parvient pas à conserver sa principauté. Il doit alors se résoudre à accepter l'aide de l'empereur Alexis I, dont il devient le vassal comme prince d'Antioche. Anne raconte les opérations conduites par son père contre les Turcs d’Ikonion. L'Alexiade est donc une source majeure pour s'informer sur les guerres et les complots politiques de l’époque. Elle décrit le retour de l’armée après ses campagnes, mais aussi l’orphelinat restauré par son père : le grand orphelinat de Constantinople. Alexis apparaît en effet comme très soucieux du sort des prisonniers qu’il a délivrés, et des enfants orphelins qu’il a ramenés avec lui à Constantinople. Quand cela est possible il essaye de les replacer à Constantinople au sein de familles d'accueil, apparentées à la famille de l'enfant. Sinon, il les place au sein de monastères constantinopolitains, voire au Grand orphelinat, qu’il a lui-même restauré. L’Alexiade est une source apologétique qui a pour fonction de glorifier sa famille. En puisant dans des sources officielles ou dans ses souvenirs, Anne Comnène cherche à exalter la mémoire d'Alexis I, le montrant toujours à son avantage, contre les Turcs, ou contre les Francs, qu'elle déteste tout particulièrement. Catégorie:Famille Comnène Catégorie:Historien byzantin Catégorie:Naissance en 1083 Catégorie:Décès en 1148 be:Анна Комніна bg:Анна Комнина bs:Ana Komnena ca:Anna Comnè de:Anna Komnena el:Άννα Κομνηνή en:Anna Komnene es:Ana Comnena fi:Anna Komnena he:אנה קומננה it:Anna Comnena ja:アンナ・コムネナ ko:안나 콤네나 mk:Ана Комнен nl:Anna Komnene no:Anna Komnena pl:Anna Komnena ro:Ana Comnena ru:Анна Комнина sh:Ana Komnina sl:Ana Komnena sr:Ана Комнина sv:Anna Komnena uk:Анна Комніна
Sujets connexes
Alexis Ier Comnène   Antioche   Bohémond de Tarente   Comnène   Irène Doukas   Liste des empereurs byzantins   Liste des princes d'Antioche   Principauté d'Antioche   Vassalité  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^