Gaston Bachelard

Infos
Gaston Bachelard, né à Bar-sur-Aube le 27 juin 1884 et mort à Paris le 16 octobre 1962, est un philosophe des sciences et de la poésie français. Épistémologue illustre, il est l'auteur d'une impressionnante somme de réflexions liées à la connaissance et à la recherche. Chaque ligne de son œuvre est une citation potentielle et une porte ouverte vers le savoir.
Gaston Bachelard

Gaston Bachelard, né à Bar-sur-Aube le 27 juin 1884 et mort à Paris le 16 octobre 1962, est un philosophe des sciences et de la poésie français. Épistémologue illustre, il est l'auteur d'une impressionnante somme de réflexions liées à la connaissance et à la recherche. Chaque ligne de son œuvre est une citation potentielle et une porte ouverte vers le savoir.

Parcours

-Études secondaires au collège de Bar-sur-Aube.
-1902 : Répétiteur au collège de Sézanne.
-1903 à 1905 : Service militaire au 12 Régiment de Dragons de Pont-à-Mousson.
-1907 à 1913 : Commis des Postes et Télégraphes à Paris.
-1913 à 1914 : En disponibilité pour raison d'études (préparation au concours d'élèves ingénieurs des Télégraphes).
-Mobilisé du 2 août 1914 au 16 mars 1919, 38 mois de front dans les unités combattantes.
-Croix de guerre (citation à l'ordre de la division).
-1919-1930 : Professeur de physique et de chimie au Collège de Bar-sur-Aube.
-1922 : Agrégation de philosophie
-1930 à 1940 : Professeur de philosophie à la Faculté des Lettres de Dijon.
-1940 à 1955 : Professeur à la Sorbonne (Chaire d'Histoire et de Philosophie des Sciences), directeur de l'Institut d'Histoire des Sciences et des Techniques.
-1951 : Officier de la Légion d'honneur.
-1959 : Commandeur de la Légion d'honneur.
-1961 : Grand Prix national des Lettres.

Sa pensée

Dans son ouvrage essentiel : Le nouvel esprit scientifique (1934), Gaston Bachelard opère un dépassement du débat empirisme/rationalisme, tout comme Karl Popper, deux auteurs que l'on oppose parfois. Pour Bachelard, le matérialisme rationnel se trouve au centre d'un spectre épistémologique dont les deux extrémités sont constituées par l'idéalisme et le matérialisme. Dans son œuvre, Bachelard se livre à une critique sévère de l'inductivisme et de l'empirisme. Le fait scientifique est construit à la lumière d'une problématique théorique. La science se construit contre l'évidence, contre les illusions de la connaissance immédiate. C'est en ce sens que Bachelard parle d'une « philosophie du non ». L'accès à la connaissance comme l'histoire des sciences est donc marquée par une « coupure épistémologique », qui opère une séparation avec la pensée pré-scientifique. Produire des connaissances nouvelles, c'est donc franchir des "obstacles épistémologiquesExpression désignant chez Bachlard toutes les représentations qui bloquent ou freinent les avancées scientifiques", selon l'expression de Bachelard qui parle aussi de rupture épistémologique. Pour Bachelard, toute connaissance est une connaissance approchée : « Scientifiquement, on pense le vrai comme rectification historique d'une longue erreur, on pense l'expérience comme rectification de l'illusion commune et première. » Bachelard plaide pour une épistémologie concordataire. Il considère qu'il faut dépasser l'opposition entre empirisme et rationalisme : « Pas de rationalité à vide, pas d'empirisme décousu ». L'activité scientifique suppose la mise en œuvre d'un « rationalisme appliqué » ou d'un « matérialisme rationnel. » Ses idées ayant de nombreuses affinités avec celles de Ferdinand Gonseth, il contribua avec celui-ci à la création et rayonnement de la revue Dialectica. Dans la deuxième partie de son œuvre, Bachelard se consacre à une étude approfondie de l'imaginaire poétique. Dans un texte resté celèbre, le dormeur éveillé, il déclare : « Notre appartenance au monde des images est plus forte, plus constitutive de notre être que notre appartenance au monde des idées". Il plaide alors pour les douceurs de la rêverie et se laisse aller aux évocations que lui inspire "la flamme d'une chandelle. »

Citations

-« C'est près de l'eau que j'ai le mieux compris que la rêverie est un univers en émanation, un souffle odorant qui sort des choses par l'intermédiaire d'un rêveur. Si je veux étudier la vie des images de l'eau, il me faut donc rendre leur rôle dominant à la rivière et aux sources de mon pays. Je suis né dans un pays de ruisseaux et de rivières, dans un coin de Champagne vallonnée, dans le Vallage, ainsi nommé à cause du grand nombre de ses vallons. La plus belle des demeures serait pour moi au creux d'un vallon, au bord d'une eau vive, dans l'ombre courte des saules et des osières. » (L'Eau et les Rêves)
-« C'est en se tenant assez longtemps sur la surface irisée que nous comprendrons le prix de la profondeur. » (L'Eau et les Rêves)
-« Et, quoi qu’on en dise, dans la vie scientifique, les problèmes ne se posent pas d’eux-mêmes. C’est précisément ce sens du problème qui donne la marque du véritable esprit scientifique. Pour un esprit scientifique, toute connaissance est une réponse à une question. S’il n’y a pas eu de question, il ne peut y avoir de connaissance scientifique. Rien ne va de soi. Rien n’est donné. Tout est construit. » (La Formation de l'esprit scientifique, p. 14, Librairie Philosophique J. Vrin, 1970)
-« La connaissance du réel est une lumière qui projette toujours quelque part des ombres. » (La Formation de l'esprit scientifique)
-« Au-dessus du sujet, au-delà de l’objet, la science moderne se fonde sur le projet. Dans la pensée scientifique, la méditation de l’objet par le sujet prend toujours la forme du projet. » (Le Nouvel Esprit scientifique)
-« Toute nouvelle vérité naît malgré l’évidence » (Le Nouvel Esprit scientifique)
-« C'est l'objectivation qui domine l'objectivité ; l'objectivité n'est que le produit d'une objectivation correcte. » (Études)

Œuvres

- Essai sur la connaissance approchée (1927)
- Étude sur l'évolution d'un problème de physique. La propagation thermique dans les solides. (1928)
- La Valeur inductive de la Relativité (1929)
- Le Pluralisme cohérent de la chimie moderne (1932)
- L'Intuition de l'instant (1932)
- Les Intuitions atomistiques (1933)
- Le Nouvel Esprit scientifique (1934). ISBN 2130443745
- L'Expérience de l'espace dans la physique contemporaine (1937)
- La Formation de l'esprit scientifique (1938). ISBN 2711611507
- La Psychanalyse du feu (1938)
- Lautréamont (1939)
- La Philosophie du non (1940). ISBN 2130525784
- L'Eau et les rêves (1942). ISBN 2253060992
- L'Air et les songes (1943). ISBN 225306100X
- La Terre et les rêveries du repos (1946). ISBN 2714302998
- La Terre et les rêveries de la volonté (1948). ISBN 2714308236
- Le Rationalisme appliqué (1949). ISBN 2130395910
- La Dialectique de la durée (1950). ISBN 213045660x
- Le Matérialisme rationnel (1953). ISBN 2130430376
- La Poétique de l'espace (1957)
- La Poétique de la rêverie (1960)
- La Flamme d'une chandelle (1961). ISBN 2130539017

Bibliographie

- Dominique Lecourt, L’épistémologie historique de Gaston Bachelard (1969). Vrin, Paris, 11e édition augmentée, 2002.
-Dominique Lecourt, Bachelard, Epistémologie, textes choisis (1971). PUF, Paris, 6e édition, 1996.
-Suzanne Bachelard (éditeur), Fragments d'une poétique du feu, PUF, Paris, 1988. ISBN 2130414540
-Guy Lafrance, Gaston Bachelard, profils épistémologiques, Presse de l'Université d'Ottawa, 1987. ISBN 2760301532
-Michel Vadée, Bachelard ou Le nouvel idéalisme épistémologique, Éditions Sociales, Paris, 1975. ==
Sujets connexes
Bar-sur-Aube   Croix de guerre 1914-1918   Dijon   Dominique Lecourt   Empirisme   Ferdinand Gonseth   France   Idéalisme   Imaginaire   Inductivisme   Jean-Louis Le Moigne   Karl Popper   L'Eau et les Rêves   La Flamme d'une chandelle   Légion d'honneur   Matérialisme   Paris   Pont-à-Mousson   Poésie   Rationalisme   Science   Sorbonne   Suzanne Bachelard   Sézanne  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^