Vieux norrois

Infos
Le vieux norrois (ou norrois, norois ou encore vieil islandais) correspond aux premières attestations écrites d'une langue scandinave médiévale.
Vieux norrois

Le vieux norrois (ou norrois, norois ou encore vieil islandais) correspond aux premières attestations écrites d'une langue scandinave médiévale.

Distribution

L'extension du vieux norrois et des langues apparentées au début du : Le vieux norrois à influencer de nombreuses langues, du russe, l'anglais mais aussi le français via le normand. Les langues qui lui sont aujourd'hui le plus proche sont les langues scandinaves.

Place du norrois dans l'évolution des langues scandinaves

On distingue traditionnellement trois périodes dans l'évolution des langues scandinaves :
- avant le , le stade de 'ancien scandinave', qui ne comprenait pas encore de variantes dialectales significatives;
- entre le et le , celui du vieux scandinave, qui se différenciait en deux dialectes très similaires :
- le dialecte du scandinave oriental, parlé au Danemark et en Suède, qui s'est différencié à partir du en vieux suédois et vieux danois (on ajoute souvent à ces deux dialectes une troisième branche, le vieux gutnisk parlé sur l'île de Gotland;
- le dialecte du scandinave occidental, usuellement désigné par le nom de (vieux) norrois, parlé en Norvège et dans les anciennes colonies de l'Ouest (Islande, îles Féroé, îles Shetland, îles Orcades, île de Man, la plus grande partie de l'Irlande, certaines parties de l'Écosse, et le Groenland). : Les descendants actuels du scandinave occidental sont l'islandais, le féringien (des îles Féroé) et le norvégien; des trois, c'est ce dernier qui a changé le plus radicalement, en partie à cause de l'influence du danois et du suédois, mais surtout du fait de l'orientation donnée par l'évolution linguistique générale de la Scandinavie.
- à partir du , enfin, on entre dans l'ère des langues scandinaves modernes : principalement le norvégien, le danois, le suédois et l'islandais. Le vieux norrois est de loin la variété la mieux attestée d'ancien scandinave; le norrois « classique » est le langage dans lequel ont été rédigées les sagas islandaises des XII et s, dont la plus connue, l'Edda décrivant avec une neutralité étonnante de la part d'un clerc la mythologie viking.

Système phonologique du norrois

Les graphies et leur valeur phonétique

L'ancien scandinave est attesté sous deux formes graphiques :
- en écriture runique, aussi appelée futhark
- en alphabet latin, qui fut introduit en même temps que le christianisme peu après l'an 1000. Dans l'alphabet latin, il a été nécessaire d'ajouter certains signes pour représenter tous les sons de l'ancien scandinave. Voici un tableau des voyelles de l'ancien scandinave telles qu'elles étaient représentées dans l'alphabet latin : Les symboles ǫ, ę (n'est plus utilisé et n'apparaît donc pas dans le tableau) et ø (à l'origine une ligature par superposition de o et e) datent du XIIe siècle. Ils ont été proposés pour l'orthographe du vieil islandais par l'auteur du Premier traité de grammaire. Æ est emprunté au vieil anglais. L'ancien norrois connaissait en outre trois diphtongues : æi, ǫu et æy. Ces diphtongues étaient transcrites par des digrammes dans les manuscrits. Pour les consonnes, on emprunta les graphèmes þ (th dur, comme dans faith en anglais, souvent translittéré th) et ð (th doux, comme dans le the anglais ; souvent translittéré dh) au vieil anglais ; le signe y transcrivant la voyelle labiale d'avant fermée fut aussi emprunté à l'anglo-saxon. Consulter aussi Transcription des langues germaniques.

L'accentuation

Le norrois faisait la différence entre syllabes accentuées et syllabes non-accentuées. L'accent portait habituellement sur le radical des mots, c'est-à-dire, dans la plupart des cas, sur la première syllabe. Dans les mots composés, le premier élément portait en général l'accent primaire, mais un accent secondaire apparaissait sur le deuxième élément. Dans certains cas, c'était le préfixe qui était porteur de l'accent (et le radical restait alors inaccentué).

Morphologie du norrois

Les noms

Les noms du norrois se classent selon deux critères :
- leur suffixe d'origine
- leur genre.

Suffixes forts et suffixes faibles

Il y avait deux possibilités :
- le suffixe accentué d'origine se terminait par la voyelle a, o long, i ou u : le nom relevait alors de la déclinaison forte;
- le suffixe accentué d'origine se terminait par la séquence an, on ou in : le nom relevait alors de la déclinaison faible. À cette déclinaison appartenaient également quelques noms se terminant en nd ou en r, ou bien ceux qui ne se terminaient pas par un suffixe accentué.

Le genre nominal

Le norrois comportait 3 genres : masculin, féminin, et neutre. Le genre dépendait généralement du suffixe accentué originel du nom; en général :
- les noms en -a étaient masculins ou neutres;
- les noms en -o long étaient féminins;
- les noms en -u, masculins;
- les noms en -n, nd ou r étaient soit masculins soit féminins.

Le nombre

A l'origine, il existait trois nombres grammaticaux : le singulier, le pluriel et le duel, comme en grec ancien. À l'époque classique, toutefois, le duel s'était depuis longtemps fondu avec le pluriel... en ce qui concerne les noms, du moins

Les déclinaisons nominales

Les déclinaisons du norrois comprenaient quatre cas, les mêmes que ceux que l'on retrouve en allemand moderne : nominatif, accusatif, génitif et datif. Exemple de déclinaison forte : (Précédés d'un point, les formes d'ancien scandinave reconstituées; à leur suite, les formes attestées en norrois classique). Exemple de déclinaison faible :

Les adjectifs

A l'origine, les adjectifs étaient déclinés comme les noms; cependant, déjà en proto-germanique, on adopta certaines formes pronominales qui donnèrent naissance à une déclinaison adjectivale particulière, mixte des déclinaisons nominale et pronominale. Les formes spécifiquement pronominales sont : Les autres formes utilisent :
- les terminaisons en a au masculin et au neutre;
- et les terminaisons en ō au féminin. Cette déclinaison est utilisée lorsque l'adjectif fonctionne comme prédicat ou modifie une phrase nominale indéfinie. Cette déclinaison est aussi appelée « déclinaison forte ». Dans les phrases nominales définies, on utilise en revanche une « déclinaison faible » :
- terminaison an au masculin et au neutre singulier;
- terminaison ōn au féminin singulier;
- au pluriel, terminaison um au datif pour tous les genres, et u à tous les autres cas. Comparatif et superlatif Il existait deux systèmes en norrois :
- la plupart des adjectifs utilisaient le suffixe -ar pour former le comparatif et -ast pour le superlatif : ríkr --> ríkari --> ríkarstr, « puissant ».
- mais un petit groupe d'adjectifs formaient leur comparatif et leur superlatif avec les suffixes -r et -st associés à une inflexion provenant d'un i disparu qui précédait la finale : langr --> lengri --> lengstr, « long ».

Les pronoms personnels

La série des pronoms est, en norrois, composée de trois systèmes morphologiques distincts :
- les pronoms personnels proprement dits
- les pronoms de la troisième personne
- les pronoms démonstratifs de distance et de proximité. Les trois séries s'organisent selon des systèmes différents.

Les pronoms personnels proprement dits

Ils s'organisent en trois nombres (singulier, duel, pluriel) et quatre cas, mais ne font pas de différences entre les genres. Ce sont les pronoms de la première et de la deuxième personne, et les réflexifs de la troisième personne. Parmi les nombres, le duel correspond, comme en grec ancien, aux situations où deux individus (ou deux groupes), pas plus, sont face à face. Tableau des pronoms personnels proprement dits :

Les pronoms personnels de la troisième personne

Cette série s'organise en distinguant les genres (masculin et féminin) et correspond à une racine germanique caractérisée par un préfixe h-. En norrois, ce système s'utilise uniquement au singulier et seulement pour les genres masculin et féminin. Le génitif tient lieu de pronoms et d'adjectifs possessifs. Déclinaison des pronoms de la troisième personne :

Les pronoms démonstratifs de distance et de proximité

Cette série se divise en deux groupes :
- les démonstratifs de distance : ils sont formés sur deux paradigmes, sa (qui n'est utilisé que pour le nominatif singulier et le féminin), et þa :
- et les démonstratifs de proximité. Ces derniers étaient à l'origine formés sur la base des démonstratifs de distance, à laquelle on ajoutait les suffixes -si ou -a, voire les deux comme dans l'ancien scandinave þansi. Ce système n'est cependant jamais attesté de façon consistante; la racine et le suffixe semblent s'être mêlés très tôt pour former un nouveau radical de déclinaison très irrégulière. C'est pourquoi les formes de ce type de pronom démonstratif a beaucoup varié en fonction des lieux et des époques.

Les pronoms interrogatifs

Les verbes

Comme les autres langues germaniques, le norrois fait la distinction entre verbes forts et verbes faibles. À l'origine, les verbes faibles étaient formés d'un simple radical auquel on ajoutait un suffixe accentué; au passé, on se contentait d'ajouter une terminaison dentale à ce suffixe accentué. Les verbes forts, au contraire, ne possédaient pas de suffixe accentué; le changement de temps était marqué par une alternance vocalique dans le radical. En norrois, le système temporel se construit autour d'une seule opposition : passé face à tout ce qui n'est pas passé (en particulier, le présent). On retrouve un système similaire dans les langues sémitiques, qui opposent l'accompli à l'inaccompli (voir l'article langue arabe).

Syntaxe du norrois

Au Présent La phrase s'organise de la manière suivante: Complement Sujet Verbe exemples: Chez moi je retourne. Avec mon cheval en ville tu vas.

Divers

- code ISO 639-3 : non

Voir aussi


- linguistique
- dictionnaire des langues
-
- langues par famille
-
- langues indo-européennes
-
-
- langues germaniques
-
-
- langues scandinaves
- Projet consacré à la Scandinavie médiévale Catégorie:Langue germanique Vieux norrois bg:Нордически език br:Norseg ca:Nòrdic antic da:Norrønt de:Altnordische Sprache el:Αρχαία σκανδιναβική γλώσσα en:Old Norse eo:Norena lingvo es:Nórdico antiguo et:Vanapõhja keel fi:Muinaisnorja gd:Sean-Lochlannais is:Fornnorræna it:Lingua norrena ja:古ノルド語 ko:고대 노르드어 la:Lingua Nordica Antiqua nl:Oudnoords nn:Norrønt språk no:Norrønt språk oc:Noroèc pl:Język staronordyjski pt:Nórdico antigo ru:Древнеисландский язык sk:Praseverčina sv:Fornnordiska tr:Eski Nors dili zh:古諾爾斯語
Sujets connexes
Accusatif   Allemand   Alphabet runique   Alternance vocalique   Anglais   Anglo-saxon (langue)   Arabe littéral   Cas   Danemark   Danois   Datif   Digramme   Diphtongue   Français   Féringien   Gotland   Graphème   Grec ancien   Groenland   Gutnisk   Génitif   ISO 639   Irlande   Islandais   Islande   Langue germanique   Langue sémitique   Langues indo-européennes   Langues par famille   Langues scandinaves   Linguistique   Nominatif   Normand   Norvège   Norvégien   Orcades   Radical (linguistique)   Russe   Scandinave occidental   Scandinave oriental   Scandinavie   Shetland   Suède   Suédois   Transcription des langues germaniques   Umlaut  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^