Henri Léon Lebesgue

Infos
Henri Lebesgue Henri Léon Lebesgue (28 juin 1875 à Beauvais - 26 juillet 1941 à Paris) est un mathématicien français. Il est reconnu pour sa théorie d'intégration publiée initialement dans sa dissertation Intégrale, longueur, aire à l'Université de Nancy en 1902.
Henri Léon Lebesgue

Henri Lebesgue Henri Léon Lebesgue (28 juin 1875 à Beauvais - 26 juillet 1941 à Paris) est un mathématicien français. Il est reconnu pour sa théorie d'intégration publiée initialement dans sa dissertation Intégrale, longueur, aire à l'Université de Nancy en 1902.

Biographie

Son père était employé dans une imprimerie, et mourut quand il était très jeune. Ensuite, sa mère a travaillé très dur pour qu'il puisse faire des études. Élève brillant dès l'école élémentaire, Lebesgue étudia plus tard à l'École Normale Supérieure. Il a enseigné au lycée de Nancy et à celui de Rennes. Il se fera alors connaître par sa théorie de la mesure, laquelle prolonge les premiers travaux importants d'Émile Borel, l'un de ses professeurs et plus tard son ami. Il mit au point une théorie des fonctions mesurables (1901) en se basant sur les résultats d'Émile Borel : les tribus boréliennes. Henri Léon Lebesgue a révolutionné et généralisé le calcul intégral. Sa théorie de l'intégration (1902-1904) est extrêmement commode d'emploi, et répond aux besoins des physiciens. En effet, elle permet de rechercher et de prouver l'existence de primitives pour des fonctions « irrégulières » et recouvre différentes théories antérieures qui en sont des cas particuliers :
- fonctions en escalier et fonctions continues de Riemann
- fonctions bornées de Darboux
- fonctions à variation bornée de Stieltjes. Il est nommé professeur à la Sorbonne en 1910, puis au collège de France en 1921. Il donne également des cours à l' École supérieure de physique et de chimie industrielles de 1927 à 1937 et à l'Ecole normale supérieure de Sèvres. Il sera élu à l'Académie des sciences en 1922. Comme son père, Henri Léon Lebesgue a eu une santé déficiente tout au long de sa vie. Il se maria avec la sœur d'un de ses camarades de l'École normale supérieure, et eut deux enfants, Suzanne et Jacques.

Anecdotes et témoignages

-« j'ai assisté au premier cours de Lebesgue... Il faut dire que par tradition c'était très solennel, le professeur raconte un peu son passé, il parle des personnes qui l'ont précédé dans sa chaire ou qui furent ses maîtres (...) Je dois dire qu'il n'y avait pas un cours de Lebesgue où l'on ne riait pas d'une manière infiniment agréable. Je soupçonne même qu'au moins le tiers des gens venait au cours de Lebesgue pour s'amuser ; il n'y avait rien de vulgaire, ni d'ordinaire dans plaisanteries lorsqu'il faisait des sorties. Mais c'était infiniment intéressant, infiniment profond. Lebesgue était un peu comme Bernstein à ce point de vue, il n'a jamais su faire une démonstration léchée, mais il était très inspirant parce que très inspiré. Lebesgue était à peu près du même âge que Bernstein et je crois qu'il s'inspirait de la même idée, que pour faire un cours, il faut réfléchir pendant qu'on le fait, et non pas se rappeler. (...) Les cours d'Appell, c'était trop beau, je n'ose pas dire pour être honnête, mais enfin c'était trop beau pour être de la mécanique. Avec Lebesgue, au contraire c'était chaque fois : Ah, j'ai dit une bêtise, laissez-moi recommencer. Il recommençait et tout le monde réfléchissait en même temps.» (Szolem Mandelbrojt)
-« Au début de 1941, Henri Lebesgue donna au Collège de France son dernier enseignement annuel. Déjà, le mal qui devait l'emporter quelques mois plus tard était venu s'ajouter aux souffrances morales de la défaite et de l'occupation ennemie. Il ne pouvait guère se déplacer à pied et la ville était dépourvue de moyens de transport en surface. Il dut faire appel à ces appareils tenant de la chaise à porteur et de la bicyclette qui servaient alors pour les malades et put ainsi faire son cours. À ses yeux cela signifiait faire son devoir, discipline plus nécessaire que jamais pour ceux qui, comme lui, avaient foi dans la libération et le relèvement de la Patrie. » (Paul Montel)

Œuvres

-Leçons sur l'intégration et la recherche des fonctions primitives (2e éd. 1928), éd. Gauthier-Villars, Paris
-Leçons sur les séries trigonométriques (1906), éd. Gauthier-Villars, Paris
-Sur la mesure des grandeurs (1915), éd. A. Kundig, Genève
-Les coniques (1942, posth.), éd. Gauthier-Villars, Paris
-Leçons sur les constructions géométriques (1950, posth. à partir des notes de Mlle J. Félix), éd. Gauthier-Villars, Paris
- Les lendemains de l'intégrale. Lettres à Emile Borel, (2004), éd Vuibert, Paris.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Académie des sciences (France)   Beauvais   Bernhard Riemann   Bicyclette   Collège de France   Fonction en escalier   Fonction mesurable   Fonction à variation bornée   Gaston Darboux   Intégrale de Lebesgue   Mathématicien   Mesure (mathématiques)   NUMDAM   Nancy   Occupation   Paris   Paul Appell   Paul Montel   Pousse-pousse   Primitive   Rennes   Sorbonne   Szolem Mandelbrojt   Thomas Joannes Stieltjes   Tribu borélienne  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^