Exil à Babylone

Infos
L'Exil à Babylone est le nom qu'on donne généralement à la déportation à Babylone des Juifs de Jérusalem et du Royaume de Juda sous Nabuchodonosor II.
Exil à Babylone

L'Exil à Babylone est le nom qu'on donne généralement à la déportation à Babylone des Juifs de Jérusalem et du Royaume de Juda sous Nabuchodonosor II.

L'Exil dans la Bible

Sont directement concernés par cet événement les livres suivants : 2 Rois et 2 Chroniques qui se terminent par l'Exil, Esdras qui commence par lui et raconte la suite, avec Néhémie, et les prophètes Jérémie et Ezéchiel qui le vivent l'un à Jérusalem l'autre à Babylone, et les Lamentations qui témoignent de la catastrophe sur place, tandis Aggée et Zacharie vivent le retour ; des Psaumes y font explicitement référence. Mais l'importance de l'Exil dans la Bible est bien plus grande. Certains pensent aujourd'hui que toute la Bible aurait été mise par écrit, ou au moins retouchée (pour ses parties les plus anciennes), à l'occasion de l'Exil et en fonction de lui (sans doute dans les deux siècles qui ont suivi, plutôt que pendant). L'Exil aurait, semble-t-il, été un traumatisme majeur pour les Exilés, qui auraient dû réinterpréter leur identité et leur religion sans Temple, sans roi et sans terre.

L'Exil des Judéens

La Déportation à Babylone

La déportation des Judéens s'est faite en trois fois (Jérémie 52, 28-30). La première au temps de Joyakim (597 av. J-C ?), suite à la défaite du Royaume de Juda face à Babylone ; le Temple de Jérusalem fut alors partiellement dépouillé et quelques citoyens furent emmenés, choisis parmi les plus importants. Onze ans plus tard (après une révolte contre l'empire sous le règne de Sédécias), la ville fut entièrement rasée et une nouvelle déportation s'ensuivit. Finalement, cinq ans plus tard, un troisième exil vint compléter les autres, toujours selon Jérémie. C'est donc toute l'élite du pays, religieuse, politique et économique, qui fut déportée, mais non la population rurale. Les conditions de cette déportation semblent s'être rapidement améliorées sur place.

Le retour

Après la prise de Babylone par les Perses, Cyrus donna aux Juifs la permission de retourner dans leur pays d'origine et d'y reconstruire le Temple de Jérusalem (538 av. J-C), et l'on dit que plus de quarante mille profitèrent de l'autorisation. Mais les livres bibliques témoignent aussi que beaucoup s'étaient installés et restèrent à Babylone : ils constituèrent le premier centre de la Diaspora. Les Perses avaient une conception politique différente de celle des Babyloniens ou des Assyriens dans l'administration des territoires vaincus : Ils faisaient gouverner la population locale par des gens du cru. Auparavant, les tribus du Royaume d'Israël (le nord du pays) avaient été déportées par les Assyriens, et ne revinrent jamais ; les survivants de l'Exil à Babylone étaient donc, à leurs propres yeux, tout ce qui restait des « enfants d'Israël ».

La nouvelle installation

Quand les descendants des exilés judéens furent rentrés, ils trouvèrent des gens sur place (les « gens du pays » ou « de la terre »), qu'ils assimilèrent aux populations étrangères déportées là par les Assyriens, populations elles-mêmes assimilées aux Samaritains. Leur religion ressemblait sans doute à celle d'avant l'Exil, non épurée par les Prophètes. L'hostilité grandit entre les Juifs revenus et eux : des changements religieux profonds étaient survenus parmi les exilés. On peut ainsi supposer que la farouche pureté religieuse défendue par les Juifs babyloniens revenus de l'Exil et le sentiment de leur identité culturelle, soixante ans après leur déportation, ne pouvait admettre la foi approximative du groupe de survivants israélites qui avaient pratiqué ce qui apparaissait maintenant comme du paganisme pendant des siècles en Israël et Juda, et avaient contracté des mariages avec les populations installées par les Assyriens (ce que Néhémie devait interdire par la suite). La parabole du Bon Samaritain fait référence au mépris que les Judéens, ou Juifs, vouaient aux Samaritains.

La « captivité babylonienne » de l'Église

L'expression « captivité babylonienne » fait écho à cette période biblique à propos du séjour des papes en Avignon, ou de toute situation où l'Église chrétienne est supposée tenue éloignée de la vraie foi (ainsi Luther considérera-t-il la Papauté elle-même !).
- voir aussi Papauté d'Avignon Catégorie:Histoire juive Catégorie:Diaspora juive Catégorie:Tanakh Catégorie:Ancien Testament Catégorie:Exil ar:سبي بابل de:Babylonische Gefangenschaft en:Babylonian captivity es:Cautiverio de Babilonia et:Paabeli vangipõlv fi:Babylonin vankeus he:גלות בבל it:Esilio babilonese ja:バビロン捕囚 nl:Babylonische ballingschap no:Babylonske fangenskap pl:Niewola babilońska pt:Captividade Babilónica ru:Вавилонский плен sv:Babyloniska fångenskapen ur:بابل کی اسیری zh:巴比伦囚虏
Sujets connexes
Aggée   Assyriens   Avignon   Babylone   Bon Samaritain   Christianisme   Cyrus II   Deuxième livre des Chroniques   Deuxième livre des Rois   Diaspora juive   Déportation   Israël (Bible)   Juifs   Jérusalem   Jérémie   Lamentations   Livre d'Esdras   Nabuchodonosor II   Néhémie   Papauté d'Avignon   Pape   Parabole (rhétorique)   Perses   Prophètes   Rois d'Israël   Royaume d'Israël   Royaume de Juda   Samaritains   Temple de Jérusalem   Terre d'Israël   Zacharie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^