Taliban

Infos
Drapeau des Taliban Un taliban (طالب , étudiant ou chercheur, pl. طلاب en arabe ; طالب , pl. طالبـان en paṣto) est une personne qui adhère à un mouvement fondamentaliste musulman sunnite qui est originaire d'Inde et qui s'est répandu au Pakistan et surtout en Afghanistan en octobre 1994.
Taliban

Drapeau des Taliban Un taliban (طالب , étudiant ou chercheur, pl. طلاب en arabe ; طالب , pl. طالبـان en paṣto) est une personne qui adhère à un mouvement fondamentaliste musulman sunnite qui est originaire d'Inde et qui s'est répandu au Pakistan et surtout en Afghanistan en octobre 1994.

Considérations étymologiques

Le mot taliban est le pluriel d'un mot d'origine arabe talib, désignant celui qui étudie dans une école religieuse. En français, on devrait donc écrire "un taleb" et « des taliban », sans s. Mais dans l'usage courant, dans la presseLe Monde du 17-07-2000, p.14 et selon les règles de la grammaire française, on écrit un taliban, des talibans. Le dictionnaire Le Grand Robert cautionne cet usage (édition de 2001). Taleb y est défini comme « écrivain public en Afrique du Nord », et le mot talibé comme « élève d'une école coranique ». En paṣto, le terme connaît essentiellement l'acception d'étudiant en théologie dans une madrasa, au détriment du sens premier en arabe.

Origine des Taliban

Durant la guerre contre les Soviétiques, des millions de jeunes Afghans furent éduqués dans les madrassas — écoles religieuses — de la zone tribale pakistanaise. Dans ces madrassas ils furent fortement influencés par une école de pensée, l'école de Deobandi, qui prône le retour à « un islam pur », proche de celui existant au temps du Prophète selon leur guide spirituel. Les chefs de guerre qui se déchirent pendant et après l'occupation de l'Afghanistan par les Russes, sont des islamistes, ayant des objectifs politiques : ils veulent d'abord établir un État islamiste, des lois et un état respectant selon eux la parole de Dieu, dans le but qu'ensuite la société et les mœurs deviennent islamiques. Les Taliban, eux, sont des « fondamentalistes ». Au contraire des islamistes, ils veulent d'abord réislamiser les mœurs, la justice, les êtres humains. La forme de l'État n'a pas d'importance pour eux à la condition de respecter la loi divine. Et seuls ceux qui l'ont étudiée, c'est-à-dire bien sûr les Taliban, sont à même de l'expliquer et d'en assurer le respect. C'est pour cela qu'ils déclarent dans leurs premières années qu'ils ne veulent pas le pouvoir politique. C'est aussi pour cela qu'ils attachent tant d'importance à tout ce qui touche à la vie quotidienne, publique ou privée. Durant les premières années de leur prise de pouvoir, les Taliban jouissent d'un réel soutien populaire, surtout mais pas uniquement, de la part des populations pachtounes du sud et de l'est. Les Afghans sont fatigués de leur guerre avec l'URSS et des exactions des chefs de guerre qui ensanglantent le pays, et accueillent volontiers ces religieux qui amènent la paix et la sécurité. Les contraintes morales qui choqueront tant l'Occident quand il daignera s'intéresser au sort des Afghans, ne changent en fait pas grand-chose dans les campagnes où les femmes portent déjà la burqa, où elles ne travaillent ni ne vont à l'école à part une infime minorité. De 1994 à fin 1997, les Taliban profitent aussi d'un soutien moral sinon financier et militaire de la part des services secrets pakistanais, de l'Arabie saoudite et des États-Unis, bien que ce dernier n'a jamais reconnu la légitimité du régime. La présence sur le territoire afghan, à partir de 1996, d'Oussama Ben Laden, qui a déclaré haut et fort qu'il allait s'attaquer aux États-Unis par tous les moyens, change la donne. Et l'Occident découvre alors un régime qui choque ses valeurs fondamentales.

La guerre civile au temps des Taliban

Après leur apparition sur la scène afghane en octobre 1994, les Taliban prennent en quelques mois le contrôle de la moitié sud du pays. En février 1995, ils sont à Maydan Shahr à une vingtaine de kilomètres au sud de Kaboul, et à une centaine de kilomètres d'Hérat dans l'ouest. Ceux-ci ayant défait le Hezb-i-Islami dans le Logar et ayant tué Mazari, le chef hazara du Hezb-i-wahdat, Ahmad Shah Massoud en profite pour prendre le contrôle total de Kaboul. La capitale est détruite à 40%L'Express du 28-06-2006, p.111 par les combats de la guerre civile. Hérat est prise en septembre 1995, Kaboul le 27 septembre 1996 et les Taliban en profitent pour tuer l'ancien président Communiste Mohammed Nadjibullah qui avait trouvé refuge dans une maison de l'ONU depuis sa destitution. Le Mollah Omar, chef des Taliban, devient de facto le nouveau chef d'état sous le titre de Commandeur des Croyants. Mazar-i-Sharif est prise une première fois en 1997 mais cela s'avère être un piège dans lequel environ Taliban seront froidement massacrés, et lorsque les Taliban reprennent Mazar en 1998, ils se vengent en massacrant à leur tour plusieurs dizaines de milliers de Hazaras, hommes, femmes et enfants. L'Hazaradjat est alors presque encerclé et tombe après la chute de Bamiyan en septembre 1998. Les Taliban font dynamiter les deux bouddhas sculptés de Bamiyan. Dessin de femme portant une burqa. L'Alliance du Nord, rassemblement de frères ennemis mais unis contre les Taliban, se désagrège alors. La plupart de ses chefs se réfugient à l'étranger et Ahmad Shah Massoud reste le seul leader de l'Alliance à résister depuis son fief montagneux du Panchir d'où il garde le contrôle du nord-est de l'Afghanistan. Ailleurs dans le pays, seules quelques poches de résistance en Hazaradjat, sous le commandement de Khalili, continuent de harceler les Taliban, provoquant vengeances, massacres de civils et une totale destruction de la ville de Bamiyan et de ses alentours. Le 20 août 1998, les États-Unis lancent des douzaines de missiles de croisière sur des camps d'entraînement présumés de Oussama Ben Laden, en représaille aux attentats contre leurs ambassades de Nairobi et Dar es Salam. Le 9 septembre 2001 à Khwadja Bahuddin, Ahmad Shah Massoud est tué lors d'un attentat suicide commis par deux Taliban se faisant passer pour des journalistes munis de faux passeports belges. Après les attentats du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center à New York dont la planification est attribuée à Oussama Ben Laden, la guerre est déclarée à l'Afghanistan par le gouvernement des États-Unis qui mène une coalition mandatée par l'ONU. Le pouvoir taliban s'écroule en quelques jours début novembre 2001. Après quelques mois de transition, une Loyah Jirgah investit Hamid Karzai.

La vie sous les Taliban

Statue de Bouddha à Bamyan, avant la destruction par les Taliban Le régime imposé par les Taliban fut basé sur un respect strict et littéral d'une certaine vision de l'islam, particulièrement rigoriste. La culture de l'opium est réduite mais les zones contrôlées par les taliban poursuivent leur production, environ 35 tonnes en 2001 selon le PNUCID (Programme des Nations unies pour le contrôle international des drogues) malgré l'interdiction de culture décrétée par le le mollah Mohammed Omar en l'an 2000, Collectif Liberté Afghanistan, 3.8.2001. L'Afghanistan vivait alors sous la coupe de à Taliban, motivés par un retour à la pureté originelle de l'islam. Le « ministère pour la promotion de la vertu et la répression du vice » contrôle tous les aspects de la vie des Afghans.

L'intolérance institutionnalisée

Le théâtre, le cinéma et la télévision étaient interdits ; la possession d'appareils photographiques et de magnétoscopes devint illégale. Le ministère de l'Information interdisait aux journalistes étrangers de parler aux femmes, de prendre des clichés et de se promener seulsL'Express du 28-06-2006, p.112. Un seul hôtel était ouvert aux reporters occidentaux dans Kaboul. Les relations sexuelles hors mariage sont prohibées et punies de 100 coups de fouetL'Express du 28-06-2006, p.112. Au nom de l'iconoclasme, les Taliban ont dynamité les statues de bouddhas géants de Bamiyan vieilles de quinze siècles. La diffusion d'idées « non-musulmanes » était également prohibée. En 2001, les minorités hindoues doivent porter un signe distinctifL'Express du 28-06-2006, p.117. Les Taliban brûlaient les instruments de musique et les cassettes, frappaient et emprisonnaient les musiciens, interdisaient la danse. La boxe, comme beaucoup d'autres sports, étaient prohibésL'Express du 28-06-2006, p.107. Chaque jour, la radio des Taliban énumérait de nouveaux interdits : peindre en blanc les vitres des maisons pour ne pas voir les femmes à l'intérieur, expéditions punitives pour casser les téléviseurs, magnétoscopes, déchirer les photographies de famille. Les autorités faisaient aussi vérifier que l'on n'écoutait pas de musique dans les maisons ou au cours des mariagesL'Express du 28-06-2006, p.110. Les systèmes médical et scolaire furent dédoublés en fonction du genre, tout en donnant la priorité aux hommes. La Charia devint la base du droit afghan. Notamment, l'amputation et la lapidation furent parmi des peines appliquées sous les Taliban. Toute représentation humaine était illégale, même pour les poupées des petites fillesL'Express du 28-06-2006, p.114. Les homosexuels sont condamnés à mort : on fait s'écraser sur eux un mur, et on utilise un bulldozer pour achever la peineL'Express du 28-06-2006, p.114. Dans les écoles, la moitié du temps est consacré à la religion. Les cours de sports et d'art ont été éliminés des programmes scolaires.

Condition des femmes

Les femmes furent exclues du marché de l'emploi, elles devaient être entièrement couvertes par le vêtement traditionnel, la burqa (ou tchadri), et ne pouvaient quitter leur maison qu'accompagnées de leur mari ou d'un parent proche. La burqa était une sorte de tente plissée et opaque, sur laquelle est découpée une grille bordée au niveau des yeux. Les femmes refusant ce code vestimentaire étaient fouettées. De même, les hommes devaient porter une barbe d'au moins 10 cm : la longueur était vérifiée dans la rue. Les personnes devaient se raser le pubis et les aissellesL'Express du 28-06-2006, p.113. Les femmes jugées pour crimes d'adultère étaient fusillées publiquement dans des stades. L'enseignement secondaire était interdit aux filles. Mais le régime fermait les yeux sur des écoles privées et clandestinesL'Express du 28-06-2006, p. 105. Les femmes battues furent légions, les suicides augmentaient...

Les Taliban après 2001

Prospectus visant à inciter la population à dénoncer les taliban auprès des autorités
-16 juillet 2004 : une roquette tombe près d’un collège visité quelques minutes plus tard par le président Hamid Karzaï. Les Taliban revendiquent l'attentat.
-29 août 2004 : attentat à la voiture piégée, à Kaboul, faisant au moins 12 morts et une trentaine de blessés. Les Taliban visaient l'entreprise de sécurité américaine Dyncorps, qui s’occupe de la protection du président afghan Hamid Karzaï.
-9 juillet 2005 : six policiers ont été décapités et quatre autres ont été tués dans le sud du pays par des rebelles Taliban. D'après les autorités afghanes, il y aurait eu 500 morts dans le premier semestre 2005 à cause d'attaques et d'attentats dans le pays. Dans la capitale, Kaboul, la vie est normalisée et relativement calme. Le reste du pays est aux mains de groupes tribaux ou de seigneurs de la guerre formellement soumis au gouvernement légal, mais parfois très indépendants. Certaines zones rurales du sud pachtoune, surtout le long de la frontière avec le Pakistan, restent sous la coupe des Taliban. Depuis le début de l'année 2005, 150 jeunes femmes ont préféré se suicider en s'immolant par le feu plutôt que d'être mariées de force. Les mariages forcés comptent parmi les pratiques anti-islamiques que les Taliban s'efforcent d'éradiquer de la société afghane par l'établissement de la charia. Depuis août 2006, les actions violentes des taliban ont redoublé au sud du pays (ville de Kandahar et sa région), entraînant en réponse de vastes opérations de l'Armée nationale afghane et des contingents de l'OTAN pour les contrer. L'annonce de la mort du mollah Dadullah, confirmée par l'OTAN le 13 mai 2007 est considérée, par les perpétrateurs, comme un coup dur porté aux Taliban.

Notes

Voir aussi

Bibliographie

-Ahmed Rashid, L'Ombre des Taliban, Autrement, 2001, ISBN 2746701731
-Françoise Causse, Quand la France préférait les taliban - Massoud in memoriam. Editions de Paris-Max Chaleil, 2004. ISBN 9782846210560
-Alberto Masala, Taliban. Trente-deux preceptes pour les femmes, N&B, Collection Ultima Verba, ASIN 2911241304
-Marc Epstein, «Afghanistan. Voyage au cœur de la barbarie», dans L'Express, 28/06/2001
-Michael Barry, Le Royaume de l'insolence, l'Afghanistan : 1504-2001, Flammarion, 2002, ISBN 2082101029
-Bernard Dupaigne, Gilles Rossignol, Le carrefour afghan, Gallimard (folio, le Monde actuel), 2002, ISBN 2070425959
-Gilles Dorronsoro, La Révolution afghane, des communistes aux tâlebân, Khartala, 2000
-Sylvie Gelinas, L'Afghanistan, du communisme au fondamentalisme, L'Harmattan, 2000
- Asne Seierstad, Le libraire de Kaboul ===
Sujets connexes
Afghanistan   Alliance du Nord   Arabe   Arabie saoudite   Armée nationale afghane   Attentat   Bouddhas de Bâmiyân   Burqa   Charia   Dar es Salam   Deobandi   Fondamentalisme   Février   Guerre   Hamid Karzaï   Hérat   Iconoclasme   Islam   Islamisme   Kaboul   Kandahar   Loya Jirga   Mahomet   Maydan Shahr   Mohammed Nadjibullah   Médersa   Nairobi   New York   Novembre   Occident   Octobre   Opium   Organisation des Nations unies   Organisation du traité de l'Atlantique Nord   Oussama Ben Laden   Pachto   Paix   Pakistan   Politique   Septembre   Sécurité   Théologie   World Trade Center  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^