Bataille de Jengland

Infos
Le 22 août 851, la bataille de Jengland-Beslé, ou bataille du Grand-Fougeray opposa les troupes franques de Charles le Chauve aux Bretons d’Erispoë, et fut remportée par ce dernier. Cette victoire bretonne déboucha sur le traité d'Angers signé en septembre 851.
Bataille de Jengland

Le 22 août 851, la bataille de Jengland-Beslé, ou bataille du Grand-Fougeray opposa les troupes franques de Charles le Chauve aux Bretons d’Erispoë, et fut remportée par ce dernier. Cette victoire bretonne déboucha sur le traité d'Angers signé en septembre 851.

Prémices

Après avoir respecté la paix conclue avec Charles le Chauve en 846, Nominoë, à la tête des Bretons, reprend l’offensive en 849. Il semble désormais chercher à établir l’indépendance totale de sa principauté, comme en témoigne sa déposition des évêques en place – fidèles au Métropolitain de Tours – sous des accusations de simonie et leur remplacement par des fidèles (par exemple : Gislard nommé évêque à Nantes, puis à Guérande et Courantgwen à Vannes). En 850, Charles lève une armée, mais l’affrontement n’a pas lieu et le roi se contente de renforcer les comtés limitrophes. En 851, les garnisons laissées l’année précédente à Rennes et Nantes capitulent devant Nominoë, qui pousse ses dévastations profondément vers l’Est (il ravage Le Mans). Voulant pousser à son avantage ses conquêtes nouvelles, Nominoë décide d'avancer sur Chartres, mais meurt subitement en montant à cheval, près de Vendôme. Erispoë, sont fils, reprend le commandement de l’armée bretonne et poursuit l’offensive en compagnie du Franc renégat Lambert. Devant la menace, Charles conclut une entente d’aide réciproque avec ses frères, obtenant un contingent de Saxons de Louis le Germanique. L’ost est convoqué dans l’ouest du royaume à la fin de l’été.

Les forces en présence

Faute de données précises, les effectifs des deux camps doivent être estimés sous toutes réserves. Il faut se garder de répéter les évaluations fantaisistes d’autrefois, qui accordent jusqu’à 40 000 hommes à Charles, alors que Charlemagne lui-même n’en a sans doute jamais conduit autant au champ de bataille, à une époque où l’empire était encore entier. On peut néanmoins supposer qu’après son échec cuisant à Ballon, Charles cherche à éviter de commettre deux fois la même erreur en se présentant avec trop peu d’hommes, même s’il sait les Bretons peu nombreux. Une mobilisation massive en Francie occidentale pourrait représenter de quatre à six mille hommes – 30 à 50% du maximum théorique du royaume, car le roi doit alterner les régions convoquées à l’ost d’une année à l’autre pour éviter l’épuisement des ressources et des hommes. Sur ce nombre, il faut compter peut-être 10% de cavaliers lourds, leurs écuyers, s’ils sont eux-mêmes montés, pouvant éventuellement former une cavalerie légère. Quant au contingent de mercenaires saxons, on peut se hasarder à lui accorder de 500 à 800 hommes, soit à peu près les effectifs d’une bande de guerre germanique (par analogie avec les bandes de guerres scandinaves). Chez les Bretons, l’armée étant apparemment constituée d’une seule cavalerie légère, seuls les hommes d’un certain rang social, c’est-à-dire ayant les moyens de posséder un cheval, pouvaient y participer. Malgré tout, la proportion d’hommes possédant des chevaux pourrait être supérieure à ce qu’elle est en Francie à la même époque. En effet, l’élevage tient une place prépondérante dans les activités de production de la société celtique de l’époque, du moins chez la classe libre, à en croire les relations contemporaines et l'analogie avec les autres nations celtiques du haut Moyen-âge. La culture des champs, peu valorisée, est l’affaire de la classe servile, exclue du privilège de porter les armes. La richesse et le pouvoir se calculent en têtes de bétail et en peaux. Ainsi, la population de la Bretagne d’alors – moins de 150 000 âmes, sans compter la population romane acquise dans les comtés de Rennes et de Nantes – mène à une estimation de 500-800 cavaliers pour une région gallo-franque, où la petite noblesse, qui a le quasi-monopole du cheval, représente de 2 à 2, 5% de la population. On peut supposer la proportion supérieure chez les Bretons. Un seul point de repère historiographique : en 873, Charles convoque Salomon, successeur d’Erispoë, pour venir faire conjointement le siège d’Angers où se sont retranchés des Vikings ; le roi breton s’y rend avec 1 000 hommes selon les sources de l’époque.

La bataille

En août 851, Charles le Chauve quitte le Maine pour pénétrer en Bretagne par la voie romaine de Nantes à Corseul. Au pont de Beslé, l’armée bretonne lui barre la route. Le premier jour, le roi dispose ses troupes sur deux lignes : les Francs derrière, les mercenaires saxons devant pour briser la charge de la cavalerie bretonne, dont il connaît la mobilité et la ténacité. Aux premiers instants de l’engagement, canardés de javelots, les Saxons se replient derrière la ligne franque. Les Francs sont pris au dépourvu par la tactique de l’ennemi. Au lieu d’engager le corps à corps, les Bretons harcèlent à distance l’armée lourde des Francs, un peu à la façon des peuples nomades d’Asie centrale, l’arc et la flèche étant remplacés par le javelot. Ils alternent charges furieuses, débandades soudaines et feintes incitant les Francs à la poursuite, les Bretons étant entraînés à viser aussi bien devant eux que derrière. Dès que quelques Francs se détachent d’une colonne, les Bretons se regroupent pour les encercler. Après deux jours de combat, les pertes en hommes et en montures sont catastrophiques chez les Francs, minimes chez les Bretons. La frayeur gagne le roi, qui fuit à la faveur de la nuit, abandonnant tout son vestiaire. Lorsque sa disparition est remarquée au petit jour, la panique s’empare des soldats et tous ne songent plus qu’à sauver leur peau. Les Bretons ne tardent pas à s’en apercevoir et fondent sur le camp à grand cri, s’emparant des trésors et des armes, massacrant autant de fuyards qu’ils le peuvent.

Les conséquences : Le traité d'Angers

À l’issue de cette bataille, les relations entre Francs et Bretons sont redéfinies. Charles le Chauve accepte de rencontrer Erispoé à Angers ville située aux limites de l'avancée bretonne. Selon les Annales de Saint-Bertin : « Erispoé, fils de Nominoé, venant à Charles, dans la Cité d’Angers se commanda à lui (= se soumet) et reçut en don aussi bien les symboles de la royauté que les ressorts de son père, étant ajoutés le Rennais, le Nantais et le Retz. »Annales de Saint-Bertin, in Histoire de la Bretagne, tome 1, Des Mégalithes aux Cathédrales, collectif, éditions Skol Vreizh Par ce traité d'Angers, signé en septembre 851, si Erispoé, Prince de la Bretagne, demeure en principe sujet de Charles le Chauve , il se considère désormais comme l'égal du même Charles, dans ses charges de roi de Francie occidentale, puisqu’il portera désormais lui-même le titre de « rex ». Charles reconnait l'autorité des Princes bretons sur le pays rennais, le pays nantais et le pays de Retz, qui formaient auparavant la Marche de Bretagne, et y incorporait en même temps une population d'origine gallo-romaine et franque de langue romane. Ce traité d'Angers délimite les frontières du futur Duché de Bretagne et de la Bretagne historique. Il marque aussi un tournant dans les relations entre la Francia et la Bretagne : les Normands attaquent la Neustrie et la Bretagne, une paix intérieure, faute d'une alliance solide et volontaire, est necessaire pour contrer ces incursions (à partir de 799) de plus en plus pressante.

Les limites du traité d'Angers

Le traité d'Angers vole en éclat quelques années plus tard sous Salomon de Bretagne qui repart en guerre contre le pouvoir central français en 863. Salomon pousse ses troupes jusqu'à Orléans. par le traité d'Entrammes (à la limite du Maine et de l’Anjou historique), il acquiert sur les Francs le Maine et une partie de l'Anjou. En 868, le traité de Compiègne lui concède le Cotentin, l'Avranchin ainsi que les îles Anglo-Normandes. La Bretagne atteint alors son extension géographique maximale. Mais le duché de Bretagne est déstabilisé par les occupations et les incursions des Vikings au début du ainsi que par les contre-attaques des forces armées royales. En effet, La Bretagne perd ses dernières conquêtes sur l'Anjou, le Comté du Maine et la Normandie. En 909, à la suite de la mort d'Alain le Grand, Foulque Ier d'Anjou reçoit le comté de Nantes. Il est chargé de lutter contre les Normands et les Bretons. Le comté de Nantes sera alors étroitement lié à l'Anjou et à la dynastie des Plantagenêts jusqu'en 1203. Reconstituée mais affaiblie, par le duc Alain II de Bretagne et ses suivants, la Bretagne n'est plus qu'un duché (parfois appelé simplement comté) qui reprend globalement les limites du Traité d'Angers. Les ducs continuent toutefois d’exercer les prérogatives royales de leurs prédécesseurs et maintiendront des alliances avec le pouvoir central français par des mariages le plus souvent avec des princesses de la noblesse française.

Références

Jengland-Beslé Catégorie:Bretagne médiévale Catégorie:873
Sujets connexes
Alain II de Bretagne   Alain Ier de Bretagne   Angers   Anjou   Annales de Saint-Bertin   Avranchin   Bataille de Ballon   Bretagne   Bretons continentaux   Charlemagne   Charles II le Chauve   Chartres   Comté (domaine)   Comté du Maine   Corseul   Cotentin   Duché   Erispoë   Foulque Ier d'Anjou   Francs   Grand-Fougeray   Guérande   Le Mans   Marche de Bretagne   Mercenaire   Nantes   Nominoë   Normandie   Orléans   Rennes   Salomon de Bretagne   Saxons   Simonie   Vannes   Vendôme   Viking  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^