Art nouveau

Infos
Vase Daum (Nancy) vers 1900 L'Art nouveau est un mouvement artistique de la fin du et du début du , également appelé selon les pays : Tiffany (d'après Louis Comfort Tiffany aux États-Unis), Jugendstil (en Allemagne), Sezessionstil (en Autriche), Nieuwe Kunst (aux Pays-Bas), Stile Liberty (en Italie), Modernismo (en Espagne), Style sapin (en Suisse) ou Modern Style (en Grande-Bretagne), bien que la plupart de ces styles
Art nouveau

Vase Daum (Nancy) vers 1900 L'Art nouveau est un mouvement artistique de la fin du et du début du , également appelé selon les pays : Tiffany (d'après Louis Comfort Tiffany aux États-Unis), Jugendstil (en Allemagne), Sezessionstil (en Autriche), Nieuwe Kunst (aux Pays-Bas), Stile Liberty (en Italie), Modernismo (en Espagne), Style sapin (en Suisse) ou Modern Style (en Grande-Bretagne), bien que la plupart de ces styles se différencient légèrement les uns des autres. En France, l'Art nouveau était également appelé par ses détracteurs le style nouille en raison des formes en arabesques caractéristiques, ou encore le style métro, à cause des bouches de métro parisiennes réalisées en 1900 par Hector Guimard.

Débuts

Sgraffite de Paul Cauchie, Bruxelles 1900 Les fondements théoriques de l'Art nouveau apparaissent en Grande-Bretagne, avec l'émergence de la mouvance Arts & Crafts et les thèses de William Morris, John Ruskin. Ennemis des dérives de l'industrialisation et de l'assèchement créatif qu'elle entraîne, ils prônent un retour à l'esprit des guildes médiévales, à l'étude du motif naturel, à l'emploi de formes épurées : la régénération de la société ne se fera que par la vérité des formes qui l'entourent et dont elle use. En France, le propos est moins moraliste et plus rationnel : Eugène Viollet-le-Duc ne rejette pas le matériau moderne (le fer notamment), mais veut au contraire l'afficher en lui donnant une fonction ornementale et esthétique, à la manière des structures gothiques du Moyen Âge. Paradoxalement connu comme le chef de file du mouvement Néo-Gothique, Viollet-le-Duc sera l'inspirateur de nombreux architectes de l'Art nouveau. Certaines de ses œuvres, notamment ses fresques peintes au chateau de Roquetaillade (1850), sont de parfaits exemples du lien de filliation entre le mouvement Néo-Gothique et l'Art Nouveau. C'est ainsi qu'en 1893 est érigé à Bruxelles, par Victor Horta, l'Hôtel Tassel, considéré comme le tout premier édifice Art nouveau, où la fluidité des espaces fait écho aux courbes végétales qui investissent ferronneries, mosaïques, fresques et vitraux - éléments tant structures qu'ornements, dans la plus parfaite ligne d'Eugène Viollet-le-Duc. L'expression « Art Nouveau » est employée pour la première fois par Edmond Picard en 1894 dans la revue belge L'Art moderne pour qualifier la production artistique d'Henry van de Velde. Elle passe en France, lorsque, le 26 décembre 1895, elle devient l'enseigne de la galerie d'art de Siegfried Bing, sise 22, rue de Provence à Paris. Y exposent de grands noms des mouvances symbolistes et Art nouveau : outre van de Velde, citons Munch, Rodin, Tiffany ou encore Toulouse-Lautrec. Empruntant une voie plus solitaire, Hector Guimard fait figure de génie prolifique et isolé, créant son propre univers, le « style Guimard ». Mais c'est Nancy qui va se constituer le plus bel ensemble d'Art nouveau français, lorsque, ne souhaitant pas rester sous administration allemande après l'annexion de l'Alsace et de la Moselle en 1870, beaucoup de Lorrains-annexés passent en Lorraine libre. L'Art nouveau y devient le moyen d'expression d'un régionalisme revendiqué ; Émile Gallé, Daum Frères, Jacques Grüber, et bien d'autres, donnent une assise au mouvement en créant 'École de Nancy'. Ces créateurs authentiques sont vite rattrapés par le succès d'une mode dont ils sont (involontairement) les inspirateurs, et qui triomphe à l'Exposition universelle de Paris en 1900, notamment dans une bimbeloterie envahissante (dénoncée par Bing et van de Velde) qui ternira pendant longtemps la mémoire de l'Art nouveau.

Objectifs

Porte « Art nouveau » L'Art nouveau est le fait d'une génération d'artistes qui sortent de leur tour d'ivoire pour prendre en main le décor de la vie et couper avec l'exploitation des styles du passé afin de proposer une alternative à un historicisme officiel qui empêche le renouveau des formes. C'est dans cette optique que les anciens matériaux comme le bois, la pierre ont été élégamment mariés avec les nouveaux comme l'acier, le verre. Pour chacun d'eux, des artistes ont poussé leurs recherches à l'extrême pour en tirer le meilleur. C'est ainsi que les pâtes de verres multicouches, les rampes d'escalier à entrelacs de ferronneries, les meubles aux ondulations de bois ont permis de mettre l'art à disposition de tous pour un coût abordable tout en gardant une volonté d'innovation formelle, inspirée de la nature. Cet art est tout de même lié à de nombreux mécènes et se propage dans un milieu élitiste bourgeois. En effet, les motifs habituellement représentés sont des fleurs, des plantes, des arbres, des insectes ou des animaux, ce qui permettait non seulement de faire entrer le beau dans les habitations mais aussi de faire prendre conscience de l'esthétique dans la nature. L'utilisation de l'acier a aussi permis l'évolution architecturale des immeubles de plus en plus hauts pour réaliser enfin des gratte-ciel. L'art nouveau inspire bien sûr l'architecture de nombreux immeubles parisiens mais surtout celle, parfois très soignée de nombreuses villas anciennes en meulière, construires pour la plupart au début du et que l'on peut découvrir lors de ballades en banlieue parisienne, notamment dans les villes de banlieue du Val de Marne, de l'Essonne et de Seine saint Denis. Elles se caractérisent par leurs audaces en fer forgé, leurs décors de briques et de faïence, leurs pignons et parfois leurs petites tours. C'est dans ces banlieues que des architectes français expérimentent de nouveaux matériaux et de nouveaux styles inaugurant l'Art nouveau qui, par opposition à l'académisme se veut total. Après la Première Guerre mondiale, un nouveau mouvement artistique prendra la relève : l'Art déco (1920-1940). Dans le même esprit de rupture avec la norme, certains artistes hippie (Bob Masse, Wes Winston) s'inspireront de l'Art nouveau pour créer l'Art psychédélique dans les années 1960. Cela va des similitudes dans la typographie et les courbes jusqu'à la recolorisation des affiches de Mucha en version fluo.

Quelques œuvres architecturales majeures

Le Grand Bazar de la rue de Rennes, Paris, construit par Henry Gutton entre 1906 et 1907
- les bouches du métropolitain (métro) de la ville de Paris par Hector Guimard
- l'hôtel Tassel par Victor Horta à Bruxelles en 1893
- l'hôtel Hankar de Paul Hankar à Bruxelles
- la maison Cauchie de Paul Cauchie à Bruxelles
- la Maison dorée à Charleroi, avec des sgraffites de Gabriel van Dievoet
- la maison Delune de Léon Delune à Bruxelles
- la Sagrada Família d'Antoni Gaudí, à Barcelone, encore en cours de construction
- les affiches d'Alfons Mucha
- la villa Majorelle à Nancy de Henri Sauvage
- l'hôtel du Parc (ex hôtel Métropole) de Plombières-les-Bains
- le théâtre municipal de Tunis par Jean-Émile Resplandy construit en 1902. L'Art nouveau a également laissé de nombreuses œuvres dans les villes de Nancy et Bruxelles qui furent des centres de développement de ce mouvement. Il est également intéressant de noter que Rīga contient la plus grande concentration d'Art nouveau en Europe.

Principaux représentants

Margaret MacDonald Mackintosh - « Oh ye, all ye that walk in Willowood » - (1902) L'Art nouveau est surtout un mouvement répandu en Europe mais il existe aussi quelques développements aux États-Unis. Voici les principaux pôles et intervenants de l'Art nouveau à travers le monde : En Grande-Bretagne, où l'Art nouveau a ses racines, Charles R. Ashbee, William Bradley, William Morris, John Ruskin à Londres, Glasgow forment les précurseurs. Il se développe ensuite à Glasgow avec Charles Rennie Mackintosh et son épouse Margaret MacDonald Mackintosh, qui ont formé avec la sœur de Margaret, Frances Mac Donald et Herbert MacNair, le collectif de l'« École de Glasgow » (Glasgow School) connu sous le nom « The Four » (Les Quatre). En Belgique, Victor Horta inaugure les premiers édifices de l'Art nouveau ; il est suivi par Paul Hankar, Ernest Blerot, Paul Cauchie, Gustave Strauven, Paul Saintenoy, Léon Delune, , Philippe Wolfers, Jules Brunfaut, Gabriel van Dievoet, Gustave Serrurier-Bovy Victor Rousseau et bien d'autres. L'intellectuel du mouvement, Henry van de Velde, développera son art en Allemagne. En France, outre Hector Guimard, Paris s'enorgueillit de personnalités comme René Lalique, Eugène Gaillard ou Samuel Bing. Mais l'ensemble le plus cohérent est constitué par les membres de l'École de Nancy tels que les Frères Daum, Émile Gallé, Jacques Grüber, Louis Majorelle, Eugène Vallin… Aux États-Unis, Louis Sullivan, Louis Comfort Tiffany à New York et Chicago. Alfons Mucha pour la Tchécoslovaquie (Prague). Jan Toorop et H.P. Berlage pour la Hollande. Ernesto Basile, Raimondo d'Aronco, Giuseppe Sommaruga, Carlo Bugatti, Giuseppe Brega pour l'Italie. Antoni Gaudí pour l'Espagne, surtout à Barcelone. L'Allemagne est représentée par August Endel, Hermann Obrist, et Josef Maria Olbrich à Munich, Berlin et Darmstadt. L'Autriche par Gustav Klimt et Otto Wagner à Vienne. En Lettonie (Rīga) et en Russie (Petrograd), Mikhaïl Eisenstein, architecte et père du cinéaste Sergueï Eisenstein Et la Norvège a eu les toiles d'Edvard Munch à Ålesund ou Trondheim. Seul centre de création Art nouveau en Suisse, l'École d'art de La Chaux-de-Fonds est représentée par le Style sapin. La première réalisation dans ce pays, la maison Sandreuter à Bâle, est l´œuvre de Flora Steiger-Crawford.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Alfons Mucha   Allemagne   Alsace   Années 1960   Antoni Gaudí   Architecture gothique   Art déco   Art nouveau en France   Arts & Crafts   August Endel   Auguste Rodin   Autriche   Barcelone   Belgique   Belle Époque   Berlin   Bruxelles   Bâle   Carlo Bugatti   Charleroi   Charles Rennie Mackintosh   Chicago   Darmstadt   Daum Frères   Deutscher Werkbund   Edvard Munch   Ernest Blerot   Ernesto Basile   Espagne   Eugène Gaillard   Eugène Vallin   Eugène Viollet-le-Duc   Europe   Exposition universelle   Flora Steiger-Crawford   France   Gabriel van Dievoet   Giuseppe Brega   Giuseppe Sommaruga   Glasgow   Grande-Bretagne   Gustav Klimt   Gustave Serrurier-Bovy   Gustave Strauven   Hector Guimard   Henri Sauvage   Henri de Toulouse-Lautrec   Henry Gutton   Henry van de Velde   Hermann Obrist   Hippie   Historicisme (style)   Hollande   Hôtel Tassel   Jacques Grüber   Jan Toorop   John Ruskin   Josef Maria Olbrich   Jugendstil   Jules Brunfaut   La Chaux-de-Fonds   Lettonie   Londres   Lorraine   Louis Comfort Tiffany   Louis Majorelle   Louis Sullivan   Léon Delune   Maison Cauchie   Maison dorée (Charleroi)   Margaret MacDonald Mackintosh   Maxim's   Meulière   Mikhaïl Eisenstein   Modernismo   Moselle (département)   Moyen Âge   Munich   Métro   Nancy   New York   Nieuwe Kunst   Norvège   Otto Wagner   Paris   Paul Cauchie   Paul Hankar   Paul Saintenoy   Philippe Wolfers   Plombières-les-Bains   Prague   Première Guerre mondiale   Raimondo d'Aronco   René Lalique   Russie   Réseau Art Nouveau Network   Rīga   Sagrada Família   Samuel Bing   Sergueï Eisenstein   Sgraffite   Style sapin   Suisse   Tchécoslovaquie   The Four   Théâtre municipal de Tunis   Trondheim   Victor Horta   Victor Prouvé   Victor Rousseau   Vienne (Autriche)   Villa Majorelle   William Bradley (artiste)   William Morris  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^