Saint-Quay-Portrieux

Infos
Saint-Quay-Portrieux est une commune française, située dans le département des Côtes-d'Armor et la région Bretagne. Ses habitants sont les Quinocéen(ne)s.
Saint-Quay-Portrieux

Saint-Quay-Portrieux est une commune française, située dans le département des Côtes-d'Armor et la région Bretagne. Ses habitants sont les Quinocéen(ne)s.

Géographie

La commune de Saint-Quay Portrieux est dans le département des Côtes d'Armor autrefois appelé les Côtes du Nord, en Bretagne. Elle se situe dans la baie de Saint-Brieuc qui est la préfecture du département. La côte de Saint-Quay Portrieux est appelée la Côte du Goëlo qui s'étend de Saint-Brieuc jusqu'à Paimpol plus au nord, face à l'archipel de Bréhat. Sur ces mêmes côtes et à quelques kilomètres de Saint-Quay Portrieux se trouve la commune de Plouha ou se dressent les plus hautes falaises de Bretagne dont le point le plus haut se trouve à 104 mètres par rapport au niveau de la mer. L'île harbour est un îlot rocheux situé à 1, 8 km du rivage de Saint-Quay-Portrieux, face à la pointe de Saint-Quay encore appelée la pointe du sémaphore.Cette île, surmontée d'un feu datant de 1850 marquant l'archipel des iles Saint-Quay, est la plus haute de son archipel et la seule à abriter de la végétation.

Histoire

Le berceau de Saint-Quay Portrieux est le village de Kertugal signifiant, en langue bretonne, "la demeure des Gaulois" (ker-tud-gal). L'activité de cette population de marins et de paysans se concentrait autour de la petite anse appelée aujourd'hui "Fontaine Saint-Quay". De là, ils commerçaient avec l'Angleterre ou l'Irlande. C'est au que la commune, comme beaucoup d'autres dans la région, fut évangélisée. L’origine du nom de Saint-Quay Portrieux La légende de Saint-Ké La légende prétend que dans une auge de pierre, sans aviron, sans voile, sans vivres, l'ermite Saint-Ké (ou Kénan ou encore Colodoc) débarqua de Cambrie (sud du Pays de Galle). Parvenu, non sans mal, dans l'anse de Kertugal, il fut brutalement accueilli par des lavandières qui prirent peur à sa vue, convaincues qu'il s'agissait d'un démon. Armées de branches de genêt, elles le battirent et le laissèrent pour mort. Le saint homme pria alors la Vierge de lui venir en aide. Elle lui apparut et fit jaillir sous ses pas une source qui soigna ses blessures. Elle le guida ensuite jusqu'à un buisson pour qu'il se repose. Le lendemain, les femmes qui l'avaient battu implorèrent son pardon. La Fontaine Saint-Quay se dresse depuis à l'emplacement d'où jaillit la source et la Chapelle Notre Dame de la Garde, aujourd'hui détruite, trônait à celui où Saint-Ké s'était reposé. Naissance du Portrieux La petite anse de la Fontaine Saint-Quay était exposée aux vents du nord-est, particulièrement violent dans cette zone du Littoral, et n'offrait pas toute la sécurité que les navires recherchaient. Le Port fut donc déplacé vers le site actuel. Son nom, Portrieux, aurait une double origine : Pour certains, il viendrait du nom des filets de pêche utilisés dans la baie, les "rieux", pour d'autres, il s'agirait du nom donné aux feux allumés par les Armoricains sur les points les plus élevés de la falaise pour correspondre d'un village à l'autre ou servir de repère aux marins. Ce nouveau site beaucoup mieux protégé se développa très vite : dès 1612, les premiers bateaux partirent pour la pêche à Terre-Neuve. L'ampleur de ses activités maritimes en fit le premier des ports de la baie de Saint-Brieuc à être aménagé. Les travaux de construction se succédèrent à rythme régulier jusqu'en 1871. Saint-Quay Portrieux a été l'une des toutes premières stations balnéaires du littoral Nord de la Bretagne: Un dimanche de juillet 1841, deux "dames" arrivèrent de Guingamp dans notre commune sur les conseils de leur médecin pour une cure de bains de mer. Aucune maison ne pouvant les recevoir, elles se présentèrent aux religieuses des Sacrés-Cœurs de Jésus et Marie (fondée en 1821, la Congrégation tenait un pensionnat de jeunes filles). Pendant quatre ans, malgré les réticences de la Mère Supérieure, les religieuses durent recevoir après l'intervention de leur évêque, non seulement les deux dames enchantées de leur première expérience, mais aussi " toutes les familles honorables qui souhaiteraient être hébergées en présentant des références". La renommée fut telle que le 1 hôtel ouvrit dès 1845. La fréquentation ne cessa de croître avec l'arrivée du chemin de fer dans la baie, facilitant la venue des Parisiens. Après la 1 Guerre Mondiale, Saint-Quay Portrieux connut une autre période faste sous l'impulsion de Monsieur Delpierre, Maire de l'époque, avec la construction de nombreux équipements touristiques et balnéaires : aménagements des quais, des cales, de la piscine d'eau de mer, du cinéma théâtre, du Casino, ... Ce dernier fut sans doute l'un des premiers établissements de thalassothérapie. Il comportait au rez-de-chaussée le Casino, classique avec orchestre, bar, boules et salon de coiffure. A l'étage, les bains étaient aménagés en plusieurs alcôves avec baignoires d'eau de mer chauffée, douches et tables de massage. Le Casino était alors couvert de terrasses, toute la façade côté mer était en plein air, protégée du vent par des vitrages. Dans les années 70, le développement de la pêche à la coquille St-Jacques fit reprendre les travaux au Portrieux. En 1971, la construction d'une extension permit de fermer le port et d'accroître la capacité d'accueil. Enfin, en 1990, Saint-Quay Port d'Armor, seul port en eau profonde entre Cherbourg et Brest, redonnait tant à la plaisance qu'à la pêche, le dynamisme attendu pour un tel site.

Economie

Saint Quay Portrieux est aujourd'hui le 10 port de pêche français et la Capitale de la Coquille St-Jacques en France. Le port est géré par la Chambre de commerce et d'industrie des Côtes d'Armor.

Administration

Démographie

Patrimoine

Le patrimoine de Saint-Quay Portrieux est riche de chapelles, de calvaires et de manoirs : l' Eglise Saint-Quay (entre 1879 et 1884). La première pierre est bénie le 9 août 1879. L'église est bénie solennellement le 10 mai 1884 et consacrée le 9 novembre 1884. Elle abrite une statue de Notre-Dame de la Ronce qui date du XV-, ainsi qu'une statue de saint Quay qui date du XVII-. La chapelle Sainte-Anne de Portrieux (1770), qui a succédé à un édifice du , reconstruit en 1729. L'édifice du est bâti entre 1450 et 1475 et a remplacé un édifice primitif du . L'édifice actuel est restauré en 1962. L'un des tableaux représente le port en 1777 avec la jetée de la Priauté. L'autel de marbre venant de Carrare en Italie, fut presque exclusivement financé par les pêcheurs et ramené d'Italie dans les cales d'une goélette. La chapelle Notre-Dame de la Garde de Kertugal (1828-1829). Elle à la forme d'une rotonde d'environ 13 mètres de diamètre. L'autel date de 1864. Un ex-voto représente le naufrage de la "Perle" en 1836. La chapelle Saint-Joseph (1869), bâtie pour la communauté des Dames des Saints-Cœurs de Jésus et de Marie. La chapelle est consacrée le 20 avril 1873. Le calvaire de la Croix Claude (1643), édifié par l'abbé Marc Glau, ancien recteur de Saint-Quay-Portrieux. Le calvaire de la Rue-Louais ( Le manoir de la ville Fréhour Le manoir du Tertre au Gac (1448) situé à Kertugal et édifié par Guillaume Jehannot Le manoir de la rue Louais (1528) édifié par Mathurin et Prigent Nicol Le manoir des Fontaines (1483) edifié par Jehan Berthou Le manoir Le Minihi (1536) édifié par Jacques Berthou La fontaine Saint-Quay (1580) reconstruite en 1862 située boulevard du Littoral. Les dolmens et menhirs (au lieu-dit « Terre des druides ») de Kertugal (époque néolithique) Le sémaphore : Il fut édifié vers 1860. Afin de prévenir toute invasion ennemie, les Romains avaient déjà installé une tour de guet sur la Pointe du Sémaphore. Idéalement placé en un endroit où la côte peut être surveillée sur des dizaines de lieues, devenu par la suite "cabane" de douanier, cet édifice disparut au début du 18 siècle. Un premier sémaphore sera construit en 1860 et le bâtiment actuel verra le jour en 1986. D'ici, à une hauteur de 100 mètres au dessus du niveau de la mer, toute la baie de Saint-Brieuc se découvre au regard. Par temps clair, la vue porte à près de 180 degrés du Cap d'Erquy jusqu'à l'archipel de Bréhat. L’ile de la Comtesse : La cité connut de la fin du 18 jusqu'au milieu du 19 siècle les éclats d'une guerre larvée opposant une Comtesse (la comtesse des Thuilais) irascible et vindicative aux maires successifs. Considérée comme une forteresse imprenable par ses pairs, elle régnait en maîtresse femme sur l'île qui porte son nom, allant même jusqu'à s'y octroyer le droit de justice ! Après sa mort, le parfumeur Rimmel racheta l'île et y cultiva des essences rares pour créer ses fragrances. En 1872, ce fut un nouveau riche original qui en devint propriétaire. Voulant en faire un domaine de prestige, il y fit construire un manoir ... qui ne fut jamais achevé, faute d'argent, sans doute. Laissé à l'abandon, ce lopin de terre sur lequel il ne reste que quelques murs branlants envahis par les broussailles fut racheté en 1975 par la municipalité de Saint-Quay Portrieux. L’île de la Comtesse est aujourd’hui entretenue et l’on peut y découvrir sa végétation au grés d’un sentier accessible à marée basse. La Villa Ker-Moor ou Château de Calan édifié au . Les moulins à vent : Les ruisseaux alimentaient en énergie des moulins à eaux, un peu partout dans le pays. Certains étés secs assèchant ceux-ci, il fallut trouver d'autres moyens. C'est ainsi que, comme tout au long de cette côte balayée par les vents, plusieurs moulins furent construits sur les hauteurs. On retient entre autre le moulin de Malgrétous ou Malgré-Tout, le moulin des Fontaines, le moulin Saint Michel (1875). Ce dernier fût édifié en 1822, puis reconstruit en 1875 et fonctionna jusqu'en 1910. Il est aujourd’hui entièrement restauré et en état de marche grâce à quelques passionnés réunis en association. Plus récent, le Cinéma Arletty classé monument historique. Il fût inauguré en 1927 par Joséphine BAKER en personne.

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

- Communes des Côtes-d'Armor
- Trois chansons d'avant-guerre à Saint-Quay-Portrieux
- Bagad Sant Ke ==
Sujets connexes
Arrondissement de Saint-Brieuc   Bagad Sant Ke   Bréhat   Canton d'Étables-sur-Mer   Communes des Côtes-d'Armor   Côtes-d'Armor   Feu directionnel   France   Gentilé   Goëlo   Paimpol   Saint-Brieuc   Trois chansons d'avant-guerre à Saint-Quay-Portrieux  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^