Phénicie

Infos
Localisation des principaux sites du Levant de la première moitié du millénaire avant J.-C. Le territoire de la Phénicie correspond au Liban auquel il faudrait ajouter certaines portions de la Syrie, d'Israël et de la Palestine. D'origine cananéenne, les Phéniciens étaient un peuple antique d'habiles navigateurs et commerçants. Partis de leurs cités-États en Phénicie, ils fondèrent dès - 3000 de nombreux comptoirs en bordure de la Méditerranée or
Phénicie

Localisation des principaux sites du Levant de la première moitié du millénaire avant J.-C. Le territoire de la Phénicie correspond au Liban auquel il faudrait ajouter certaines portions de la Syrie, d'Israël et de la Palestine. D'origine cananéenne, les Phéniciens étaient un peuple antique d'habiles navigateurs et commerçants. Partis de leurs cités-États en Phénicie, ils fondèrent dès - 3000 de nombreux comptoirs en bordure de la Méditerranée orientale, notamment Carthage (en - 814). Rivaux des Mycéniens pour la navigation en Méditerranée à l'époque archaïque (II millénaire av. J.-C.), les Anciens s'accordèrent cependant à dire qu'ils furent les meilleurs navigateurs de l'Antiquité. L'invasion des Peuples de la Mer va ravager leurs cités, de même que Mycènes et les autres territoires qu'ils traversent, mais c'est ce qui va permettre aux phéniciens de trouver leur indépendance vis à vis des puissances voisines qui les avaient assujetis en ce qu'elles seront elles aussi détruites par ces invasions. La chute de Mycènes en particulier va leur permettre de dominer les mers. Après avoir supporté les assauts des Athéniens, des Assyriens, de Nabuchodonosor puis de Darius III, la Phénicie disparut finalement avec la conquête par Alexandre le Grand en - 332. Le nom phénicien leur a été donné par les Grecs qui faisaient ainsi allusion à leur faculté à produire de la pourpre, qui se dit phoinix en grec. Ce nom évolua en latin en Punicii d'où le nom des guerres puniques. Selon Pline, « le peuple phénicien a l'insigne honneur d'avoir inventé les lettres de l'alphabet ».

Un empire maritime

Leur pays est prospère, très boisé, fertile, mais étroit entre la chaîne montagneuse du Liban et la mer. Ils ne pouvaient donc espérer bâtir un empire dans l'hinterland, peuplé par leurs puissants voisins. C'est donc vers la mer qu'ils vont se tourner. Bientôt Tyr va devenir la capitale de leur empire maritime. Ainsi trouveront-ils ailleurs les ressources que ne leur offre pas l'exiguité de leur territoire, et la motivation première qui les poussera vers d'autres rivages sera essentiellement d'ordre mercantile. Pour s'y implanter comme ils le firent, il leur faudra certes beaucoup d'astuce, mais aussi beaucoup de courage pour affronter la mer et ses horizons inconnus. Ils sauront, durant des siècles, s'assurer le quasi monopole du commerce en Méditerranée. Ils propagèrent l'alphabet dans tous les pays riverains.

Navigation

"Des Phéniciens apportaient une foule de breloques dans leur vaisseau noir." — Odyssée, XV "Les vaisseaux de Tarsis (voir Tartessos) ramèneront du lointain tes fils, et avec eux leur argent et leur or." — Isaïe, LX, 9 Telle est l'idée que les anciens avaient des navigateurs phéniciens. Nous connaissons peu de chose sur la flotte phénicienne et les représentations de leurs navires sont rares. L'une d'elles provient de la fresque d'un tombeau de Thèbes au II millénaire av. JC, coque large et arrondie, avec un mât central et une voile carrée. Une autre provient d'un bas-relief assyrien du palais de Sargon II près de Ninive, et représente des barques relevées aux extrémités avec une tête de cheval comme figure de proue, mues par des rameurs. Une troisième enfin sur un autre bas-relief de Ninive, provenant du palais de Sennacherib représentant deux types de navires différents : navires de guerre à quille longue, l'étrave se terminant par un éperon effilé, en poupe deux rames flanquées de chaque côté servant de gouvernail, un mât et deux rangées superposées de rameurs ; des navires de commerce à coque renflée, les gauloi des Grecs qui les imiteront et leur donneront leur nom phénicien transcrit en grec. Des embarcations permettant de remonter le cours des fleuves donc, ainsi que le cabotage, auquel les phéniciens ne se limitèrent pas. Ils n'hésitèrent pas à affronter la haute mer ; la boussole n'existant pas alors, leurs pilotes se repéraient grâce à la Petite Ourse, que les Grecs appelaient précisément « la Phénicienne », ce qui prouve qu'ils pratiquaient la navigation nocturne. Les améliorations de leurs vaisseaux et des techniques de navigation leur permirent, entre les XII et VIII siècles av. JC, de prendre une nette avance sur leurs rivaux. Ils assurèrent l'étanchéité de leurs embarcations grâce au bitume pour le calfatage, ce qui permit sans doute aux anciens de parler des « noirs vaisseaux » phéniciens. Renforçant la carène par une carlingue, ils obtinrent des vaisseaux plus longs, plus rapides et de plus gros tonnage, mieux adaptés aux navigations lointaines, et à la navigation hauturière, leur permettant d'utiliser les vents et les courants. C'est ce qui leur assura la découverte des routes maritimes et la maîtrise de la mer, secrets que durant des siècles ils gardèrent jalousement. Outre la fondation de leurs célèbres comptoirs tel Carthage, on leur prête, non à tort, ainsi qu'à leurs successeurs Carthaginois, de lointaines navigations, voyages de découverte et d'exploration au-delà du monde connu dans l'Antiquité.
- Périple de Hannon : pour comprendre le processus de création des comptoirs et de leur peuplement au temps de Carthage.
- Périple d'Himilcon : La « Route de l'étain ».
- Voyage au pays d'Ophir.
- Circumnavigation de l'Afrique en partant de la Mer Rouge, vers - 600 sous le règne du pharaon Nécao et à sa demande.

Commerce

Les premiers et principaux mandataires des armateurs phéniciens furent les empires de l'Orient et de l'Égypte, rois assyriens et pharaons, avant que les cités phéniciennes forment l'empire de la mer qu'elles domineront. Leurs navires sillonnent la Méditerranée et transportent tout ce qui peut s'échanger ou se vendre : denrées alimentaires telles que le vin, l'huile ou les grains (blé, orge) dans leurs amphores de forme caractéristiques, rondes et ventrues, minerais de cuivre, d'argent et surtout d'étain servant à la production du bronze. L'Andalousie est alors la plaque tournante du trafic de minerais. La Bible, à cet égard, a rendu célèbre les « navires de Tarsis » (Tartessos). Mais ils transportent aussi des produits de luxe : animaux exotiques pour les cours royales tels que les singes ou les crocodiles. Pourpre, bois de cèdre, parfums et pierres précieuses du pays d'Ophir au temps d'Hiram et la verroterie, qui leur sert de monnaie d'échange avec les populations locales. Nous sommes renseignés sur les rapports qu'ils entretenaient avec ces populations locales et le type d'échanges qu'ils avaient, ainsi que leurs modalités, par Hérodote qui décrit une scène d'échange à Argos. On s'aperçoit aussi, sous la plume d'autres auteurs antiques tels que le Pseudo-Scilace et Denys d'Halicarnasse, que la piraterie était monnaie courante dans le trafic maritime de l'Antiquité : les femmes et les enfants attardés à marchander risquaient bien d'être embarquées. Car c'est sur les rivages qu'avaient lieu le troc avec les indigènes tandis que les transactions avec les marchands des différentes civilisations avec lesquelles ils commerçaient avaient lieu dans les emporions qui représentaient autant d'étapes de les routes des Phéniciens, généralement près des temples prévus également à cet effet.

Mythologie, culte et religion

Les principales divinités phéniciennes sont toutes originaires du Moyen-Orient, ou de Mésopotamie comme Astarté. Certaines ont été assimilées à des divinités égyptiennes. Plus tard elles ont été assimilées par les Grecs puis par les Romains.
-Astarté (Tanit)
-Baal
-Melqart assimilé par les Grecs à Héraclès
-Eshmoun assimilé par les Romains à Esculape
-El, assimilé à Chronos Comme tous les peuples et toutes les civilisations antiques dont les textes ne nous sont pas parvenus, ou dont il reste peu de témoignages — ce qui est le cas pour les Phéniciens, mais aussi pour les Étrusques ou les Ibères par exemple, ou encore pour des peuples qui, comme les Celtes, possédaient une tradition orale mais n'utilisaient pas l'écriture —, c'est surtout l'archéologie qui nous renseigne, ainsi que les textes laissés au sujet d'autres peuples par les auteurs appartenant à une culture possédant l'écriture, comme les Égyptiens, les Grecs ou les Latins. Parfois l'archéologie vient confirmer les textes anciens, parfois les résultats sont discordants. Les textes des anciens qui nous décrivent des civilisations différentes de la leur, pour peu qu'elles soient concurrentes, comme c'est le cas des Phéniciens et des Grecs, puis des Puniques et des Romains, en donnent parfois une image faussée qui ne correspond pas tout à fait à la réalité, ou relatent des faits qui ne sont pas compris, ou manifestent ouvertement une hostilité pour ceux qui représentent l'ennemi. Les Grecs comme les Romains nous ont laissé des Phéniciens l'image d'un peuple cruel pratiquant les sacrifices humains, c'étaient oublier un peu vite Iphigénie, souvenir d'un temps où ces mêmes sacrifices furent pratiqués en Grèce ; quant à la crucifixion, nous savons qu'elle était chose courante chez les Romains. Toutes les civilisations archaïques ont pratiqué ce type de rites d'une manière ou d'une autre ; il convient donc de redimensionner cet aspect cultuel qui heurte les modernes, et heurtait déjà à l'époque classique, pour comprendre ce qu'a été une civilisation qui fut grande, et ce qu'elle a laissé en héritage à l'humanité. À cet égard, l'écriture est loin d'être insignifiante.

Les cités phéniciennes

Les cités de Phénicie sont très anciennes, bien antérieures à l'âge du fer, et édifiées par les Cananéens. Leur fondation est souvent légendaire, et ce qu'on sait des constructions (en dehors de ce que nous livre l'archéologie) est surtout relatif au roi Hiram de Tyr. La plupart des cités sont côtières, le plus souvent situées sur des promontoires, sur des îlots près des côtes, à l'embouchure de fleuves, et le choix des sites sera le même pour les colonies.
-Tyr
-Sidon
-Byblos(Jebal)
-Berytos
-Arvad

Les comptoirs phéniciens

On est mieux renseigné sur les fondations des cités d'Occident, plus récentes. Le choix des lieux suit les mêmes critères qu'en Phénicie, quelques fois au fond de baies selon la géographie des côtes qui se présentent. Contrairement aux Grecs, qui cherchent des terres à cultiver, les Phéniciens s'intéressent surtout à la configuration des lieux facilitant les installations portuaires. Ils sont attentifs à ce que les lieux qu'ils choisissent présentent un bon accès à la mer mais aussi à l'arrière-pays ; le choix d'îlots reflète la préoccupation de la sécurité et de pouvoir éventuellement se protéger de la population locale. Dans la cité phénicienne, toute l'activité est centrée sur le port et les entrepôts. L'orientation et le plan ne sont donc pas homogènes. Les habitations sont en général beaucoup plus grandes que les demeures des colonies grecques à la même époque, sans doute pour pouvoir constituer des stocks. En évoluant, les nouvelles constructions suivront un plan régulier et les cités comporteront également des espaces publics, mais beaucoup moins nombreux que dans les colonies grecques. Sanctuaires et tophets (nécropoles) feront également leur apparition. À quelques exceptions près, l'espace cultivable alentour est beaucoup moins étendu que dans les colonies grecques. Les fortifications, excepté en Sardaigne, sont pratiquement inexistantes : la mer est le meilleur rempart.
- à Chypre : Kition
- Malte
- en Sicile : Mozia (Motye)
- en Sardaigne : Tharros, Nora, Sulcis
- en Péninsule Ibérique: Olisipo (Lisbonne), la mythique Tartessos, Gadès (Cadix), Nova Cartago (Carthagène), Onoba (Huelva), Toscanos, Trayamar, Malaca (Malaga), Abdera (Adra), Sexi (Almuñecar)...
- en Afrique du Nord: Tripoli, Hadrumetum (Sousse), Carthage, Icosium (Alger), Utique, Rachgoun, Lixus, Mogador... Trois cités dépendaient de Carthage, connues ultérieurement sous leur nom grec ou latin : Oea, Sabrata, Leptis Magna

Voir aussi

- Langue phénicienne : Phénicien
- Ougarit
- Canaan
- Carthage ==
Sujets connexes
Afrique   Alexandre le Grand   Alger   Alphabet   Archéologie   Argos (ville)   Arvad   Assyrie   Astarté   Baal   Berytos   Bitume   Boussole   Bronze   Byblos   Cabotage   Cadix   Calfatage   Carlingue   Carthage   Carthagène (Espagne)   Carène (bateau)   Celtes   Chronos   Chypre   Circumnavigation   Cuivre   Cèdre   Darius III   Denys d'Halicarnasse   Esculape   Eshmoun   Essaouira   Françoise Briquel-Chatonnet   Guerres puniques   Guy Gay-Para   Hiram   Huelva   Héraclès   Hérodote   IIe millénaire av. J.-C.   Ibères   Iphigénie   Israël   Jean-Pierre Thiollet   Latin   Leptis Magna   Levant   Liban   Lisbonne   Lixus   Malte   Melqart   Mycènes   Mésopotamie   Nabuchodonosor II   Navigateur (marine)   Ninive   Nora   Ophir   Ougarit   Palestine   Pays de Canaan   Petite Ourse   Phénicien   Pline l'Ancien   Poupe (bateau)   Pourpre   Proue   Périple d'Himilcon   Sardaigne   Sargon II   Sennacherib   Sicile   Sidon   Sousse   Syrie   Tanit   Tartessos   Tharros   Thèbes (Égypte)   Tonnage   Tophet   Tripoli (Libye)   Utique  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^