Constantin VII Porphyrogénète

Infos
Constantin VII et sa mère Zoé Constantin VII Porphyrogénète, né en septembre 905 à Constantinople, mort le 9 novembre 959 à Constantinople, est empereur romain d'Orient (basileus) de 913 jusqu’à sa mort, bien qu’il n'exerce effectivement le pouvoir qu’à partir de 944. Il appartient à la dynastie macédonienne. Constantin est le fils de l’empereur Léon VI le Sage et de sa maîtresse Zoé Carbonopsina. L’empereur n’ayant pas d’autre fils, il épous
Constantin VII Porphyrogénète

Constantin VII et sa mère Zoé Constantin VII Porphyrogénète, né en septembre 905 à Constantinople, mort le 9 novembre 959 à Constantinople, est empereur romain d'Orient (basileus) de 913 jusqu’à sa mort, bien qu’il n'exerce effectivement le pouvoir qu’à partir de 944. Il appartient à la dynastie macédonienne. Constantin est le fils de l’empereur Léon VI le Sage et de sa maîtresse Zoé Carbonopsina. L’empereur n’ayant pas d’autre fils, il épouse Zoé, en quatrième mariage, en violation autant des règles de l’Église que du Code des lois qu'il avait lui-même promulgué et qui prohibait toute union au-delà de la deuxième. Pour l'Église orthodoxe, en effet, le premier mariage revêt un caractère sacré ; à la mort de l'épouse, un second mariage est autorisé afin de permettre la perpétuation de la famille ; le troisième et a fortiori le quatrième mariages sont considérés comme des fornications et condamnés, les enfants issus de ces unions étant regardés comme illégitimes. Issu d'une quatrième union, Constantin est donc regardé comme illégitime.

La légitimation

Léon lutte pendant plus d’un an pour imposer cette légitimation, forçant pour cela l’abdication du patriarche Nicolas, et son remplacement par Euthyme, qui accorde à Léon la dispense nécessaire pour épouser Zoé et légitimer Constantin. Constantin y gagne son surnom de Porphyrogénète né dans la pourpre, la pourpre symbolisant l'empereur. Il signifie né dans la famille impériale - c'est loin d'être la règle générale pour les empereurs romains, dont la succession n'est pas réglée par des règles claires, sans parler des nombreux coups d'État - et qui implique donc la légitimité de sa filiation. À la mort de Léon, le 11 mai 912, son frère lui succède sous le nom d’Alexandre III. Peu avant sa mort en 913, il confirme Constantin, âgé de 7 ans comme successeur, mais organise un conseil de régence avec Nicolas à sa tête, et en écartant, contre tous les usages, Zoé, la mère de l’empereur.

Empereur sous tutelle

Nicolas envoie Zoé dans un couvent. Mais il se discrédite en concluant seul un accord trop défavorable avec le roi des Bulgares Syméon, et le conseil de régence impose le rappel en 914 de Zoé, à qui il reconnaît à nouveau le titre d’impératrice. En 918, après des succès initiaux, ses armées sont à leur tour vaincues par les Bulgares. Constantin, encouragé par son précepteur, fait appel à l’amiral Romain Lécapène, pour éviter une probable prise du pouvoir par le général Léon Phocas, appelé par Zoé. Romain Lécapène s’impose, Constantin épouse sa fille Hélène et en 920, il renvoie Zoé au couvent, puis le 17 décembre, se proclame lui même Basileus. Bien qu’exerçant tout le pouvoir, il respecte la personne de Constantin et son titre, le reconnaissant comme co-empereur, mais à la seconde place. Il fera plus tard proclamer ses trois fils co-empereurs, plaçant l’aîné, Christophe, à la deuxième place, reléguant Constantin en troisième position. Cependant, à la mort de Christophe, Romain, viellissant confirme la deuxième place de Constantin. En 944, cependant, le peuple impose Constantin, dont le règne commence vraiment.

Empereur érudit

Christ couronnant Constantin VII (945). Confiné au palais impérial sous le règne de son beau-père Romain Ier, Constantin VII s'avère un peintre de talent et doté d'une curiosité intellectuelle sans limite : il consacra ainsi des heures à l'étude des arcanes des cérémonies de la cour byzantine, dont il tira une étude intitulée De ceremoniis aulae byzantinae (Le livre des cérémonies). Il écrivit également un ouvrage intitulé De administrando imperio, destiné à son fils Romain, futur Romain II. Ce dernier ouvrage, qui le conseille sur le gouvernement intérieur de l’Empire, décrit minutieusement les moyens de combattre ses ennemis extérieurs. Il rédige aussi une histoire de l’Empire, couvrant la période postérieure à la mort du chroniqueur saint Théophane le confesseur, en 818. Ces écrits sont une source importante pour les historiens de la période. Il ne tenta cependant rien pour s'affirmer, même lorsque son beau-père Romain Lécapène associe au trône son fils Christophe en 921, puis en 925 ses autres fils Étienne et Constantin Lécapène. Ennemie de la famille Lécapène, la famille Phocas jouit des préférences de l'Empereur : Bardas Phocas est ainsi nommé général des armées d'Orient tandis que ses fils Nicéphore Phocas et Léon Phocas deviennent stratèges d'Anatolie et de Cappadoce. Sur le plan intérieur, Constantin VII poursuit la politique mise en œuvre par Romain I et favorise les petits propriétaires paysans, ordonnant même en 947 que soient restituées sans compensation toutes leurs terres acquises par la grande aristocratie terrienne depuis le début de son règne, en 913. Les petits propriétaires paysans sont la base de la puissance militaire et surtout fiscale de l’Empire, et les empereurs forts les protègent. En 949, il tente de reprendre la Crète aux Arabes, mais comme son père en 911, il échoue. Il provoque une attaque arabe contre les territoires byzantins en Syrie, en Arménie, et en Italie. Les territoires à l’est sont reconquis par le général Jean Tzimiskès. En 957, une flotte arabe est détruite par le feu grégeois. En 958, il reçoit la visite d’Olga, une princesse russe de Kiev, qui est baptisée sous le nom d’Hélène et commence à convertir son peuple. La christianisation de la Russie ne se fera cependant que sous son petit fils Vladimir. À la mort de Constantin en 959, son fils Romain II lui succède. Catégorie:Empereur byzantin Catégorie:Naissance en 905 Catégorie:Décès en 959 bg:Константин VII Багрянородни bs:Konstantin VII Porfirogenet ca:Constantí VII cs:Konstantin VII. Porfyrogennetos de:Konstantin VII. el:Κωνσταντίνος Ζ' en:Constantine VII eo:Konstantino la 7-a (Bizancio) es:Constantino VII fi:Konstantinos VII gl:Constantino VII hr:Konstantin VII. Porfirogenet hu:VII. Konstantin it:Costantino VII di Bisanzio ja:コンスタンティノス7世 ko:콘스탄티누스 7세 la:Constantinus VII Porphyrogenitus mk:Константин Порфирогенит nl:Constantijn VII Porphyrogennetos no:Konstantin VII pl:Konstantyn VII Porfirogeneta pt:Constantino VII ro:Constantin al VII-lea Porfirogenet ru:Константин VII Багрянородный sh:Konstantin Porfirogenit sk:Konštantín VII. sl:Konstantin VII. Porfirogenet sr:Константин VII Порфирогенит sv:Konstantin VII Porfyrogennetos uk:Констянтин VII Багрянородний
Sujets connexes
Alexandre III (empereur byzantin)   Anatolie   Arabes   Arménie   Basileus   Bulgares   Cappadoce   Constantinople   Crète   Feu grégeois   Italie   Jean Ier Tzimiskès   Kiev   Léon Phocas   Léon VI le Sage   Nicéphore II Phocas   Olga Prekrasa   Patriarche (religion)   Porphyrogénète   Romain II   Romain Ier Lécapène   Russie   Siméon Ier de Bulgarie   Stratège   Syrie   Théophane le confesseur   Vladimir Ier   Zoé Carbonopsina  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^