Prix Nobel de littérature

Infos
Le prix Nobel de littérature récompense annuellement depuis 1901 de son vivant un auteur, écrivain, homme ou femme de lettres s'étant brillamment illustré dans le domaine et dont l'œuvre est censée avoir apporté une contribution durable et remarquable aux champs du savoir et de la culture. Le poète français Sully Prudhomme, tout premier lauréat du prix Nobel de littérature, en 1901 Le prix a été créé par testament par le chimiste suédois Alfred Nobel. Selon ce
Prix Nobel de littérature

Le prix Nobel de littérature récompense annuellement depuis 1901 de son vivant un auteur, écrivain, homme ou femme de lettres s'étant brillamment illustré dans le domaine et dont l'œuvre est censée avoir apporté une contribution durable et remarquable aux champs du savoir et de la culture. Le poète français Sully Prudhomme, tout premier lauréat du prix Nobel de littérature, en 1901 Le prix a été créé par testament par le chimiste suédois Alfred Nobel. Selon ce testament, le lauréat devait avoir « élaboré une œuvre littéraire faisant la démonstration d'une impressionnante force idéaliste » (citation en suédois: "den sam inom litteraturen har producerat det utmärktaste idealisk riktning" Citation article anglais Wikipédia in Nobelprize in Literature). Ce terme: "idealisk", peut se traduire par "idéaliste" ou "idéal". Cette tournure sémantique fut déterminante pour la ligne de conduite du jury des Nobel lors des premières années ayant suivi la création du prix, ce qui déclencha plusieurs polémiques. Le comité s'en tenait en effet à la définition stricto sensu donnée par Alfred Nobel, écartant ainsi de ses palmarès bon nombre d'écrivains, dont l'œuvre pourtant majeure, ne fut pas jugée suffisamment "idéaliste" pour être mise à l'honneur : bien qu'ayant figuré sur la liste, Émile Zola, Henrik Ibsen et Leon Tolstoï par exemple ne furent jamais récompensés. Récompense considérée comme la plus prestigieuse et la plus médiatique au monde, le Nobel met en lumière un auteur et ses travaux, auxquels il assure une promotion planétaire, une renommée internationale, une aisance financière et une certaine liberté dans l'acte d'écriture. Cet honneur apporte également à son détenteur l'assurance de confortables tirages, bien que les chiffres des ventes, consécutifs à l'attribution du prix, ne semblent pas toujours jouer en la faveur de la rentabilité commerciale.Dans le Magazine littéraire datée d'octobre 1999, François Busnel revient sur l'échec de ventes après la désignation du Nobel, de Wislawa Szymborska et José Saramago qui vendait moins de livres avant le fait d'être lauréat qu'après. En toute logique, le prix Nobel a honoré avant tout les représentants d'une "littérature" au sens où elle est attestée dès 1764, à savoir l'"ensemble d'une œuvre imputable à un auteur, fictionnelle ou non, mimétique ou non mais dont la valeur première est esthétique et formelle"Définition attestée dans l'Encyclopédie de Diderot et D'Alembert. Romanciers, essayistes, poètes et dramaturges ont donc été les principaux récompensés même si l'on compte, dans la liste des lauréats, trois philosophes (Rudolf Christoph Eucken, Henri Bergson et Bertrand Russell) et deux historiens (Christian Matthias Theodor Mommsen et Sir Winston Churchill, également distingué pour ses discours politiques). La personnalité la plus âgée à avoir obtenu cette distinction est Doris Lessing (née en 1919), récompensée en 2007 à quatre-vingt huit ans. Le plus jeune lauréat est Rudyard Kipling (1865-1936), couronné en 1907 à quarante-deux ans. L'écrivaine britannique Doris Lessing, lauréate du prix 2007, personnalité la plus âgée à recevoir cette distinction

Nominations et mode de fonctionnement

Le siège de l'Académie suédoise à Stockholm qui attribue le Nobel de littérature Chaque fin d'année, à l'automne, le prix Nobel est attribué par l'Académie suédoise. L'Académie, pour constituer ses nominations, s'appuie sur plusieurs grandes instances ou figures d'autorité dans le domaine des Lettres parmi lesquelles d'autres membres d'académies et de sociétés littéraires nationales ou étrangères, des cercles universitaires formés d'éminents professeurs en littérature, langue ou linguistique, d'anciens lauréats du prix, des présidents d'associations nationales d'écrivains représentatifs de la production littéraire dans leurs pays. Chacun propose une liste de plusieurs noms, détaillée, expliquée et argumentée, qu'il est censé communiquer à une échéance précise au comité des Nobel. Il est interdit à chacune des personnes sollicitées de voter pour elle-même. Des milliers de propositions sont soumises annuellement au comité qui ne garde que trois-cent cinquante noms qu'il élague, le pour ne garder que quinze à vingt candidatures envoyées ensuite à l'Académie suédoise. Dès le Explication donnée par le cite de l'Académie suédoise, les académiciens fixent parmi celles-ci une liste finale de cinq noms. Après avoir étudié, pendant l'été et en détail, l'œuvre et la biographie des auteurs en lice, les jurés organisent plusieurs réunions et discussions où chacun défend celui qui, selon ses critères, mérite la distinction suprême. En conclusion de ces débats en octobre, les membres de l'Académie procèdent à un vote à un ou deux tours, au scrutin majoritaire uninominal. La personne qui aura obtenu plus de la moitié des voix se verra désigné comme détenteur du prix Nobel. Un troisième tour peut éventuellement être organisé. Le jury peut aussi déroger à la règle suite à une décision exceptionnelle prise à l'unanimité ou à la large majorité des intervenants, comme dans le cas (très rare) d'attribution d'un prix double ou conjoint. Ce mode de fonctionnement est similaire pour toutes les autres catégories. L'identité du récipiendiaire est révélée par le secrétaire permanent de l'Académie dans le courant du mois d'octobre, lors d'une conférence de presse officielle dans le bâtiment de Börshuset (où se déroulent d'ailleurs toutes les réunions des académiciens), situé dans la vieille ville de Stockholm. Le contenu et le déroulement des délibérations ainsi que la liste finale des cinq personnalités désignées sont gardés secrets depuis plus de cinquante ans, même si d'inévitables fuites alimentent bon nombre de commentaires. Certaines nominations ont d'ailleurs été rendues publiques et sont même utilisées comme argument de vente par les éditeurs. Même si le montant de la somme inhérente au prix a évolué au cours de son histoire, il est fixé aujourd'hui à dix millions de couronnes suédoises, à savoir environ un million d'euros. Chaque personnalité récompensée se voit décerner par le roi de Suède, au cours de la Cérémonie de remise des prix Nobel, le 10 décembre à Stockholm, la médaille d'or et le diplôme calligraphié de la Fondation Nobel (conçu depuis une vingtaine d'années par l'artiste Annika Rücker). Chaque diplôme contient le nom du lauréat, l'attestation de son statut nouvellement conféré mais également la définition ou justification artistique donnée par l'Académie à son entreprise littéraire. Le gagnant doit ensuite faire un discours solennel, dans sa langue natale ou d'adoption, devant l'assemblée. Il y définit sa propre œuvre, décline sa vision de la littérature, puis énonce ce qui, pour lui, constitue les principaux enjeux esthétiques, formels, structurels, poétiques, philosophiques, culturels, éthiques ou encore politiques de la création contemporaine.

Critiques et polémiques

Nombre de critiques, spécialistes et cercles de lecteurs pensent que la qualité des apports poétique, esthétique, thématique et philosophique d'une œuvre au domaine des Lettres n'est pas le seul "critère impartial" sur lequel s'axe l'Académie suédoise pour attribuer le prix Nobel. On a beaucoup reproché au comité son eurocentrisme (qui recouvre des raisons avant tout culturelles et historiques) mais également la primauté accordé à des auteurs "idéalistes", chantres d'un optimisme purement occidental mais conformes aux représentations d'Alfred Nobel. Cette posture idéologique fut la cause principale de l'oubli d'écrivains aussi importants que Léon Tolstoï, Émile Zola, August Strindberg ou encore Henrik Ibsen. Ce n'est que pendant la Première Guerre mondiale que l'Académie suédoise afficha une ligne de neutralité, récompensant des auteurs de pays n'ayant pas combattu ou des auteurs plus critiques. En 1958, l'attribution du prix à Boris Pasternak déclencha la colère des autorités soviétiques. Boris Pasternak, considéré comme un "agent de l'Occident capitaliste, anti-communiste et anti-patriotique" fut forcé de décliner la récompense, s'épargnant à lui ainsi qu'à ses proches de lourdes sanctions. En 1961, Wystan Hugh Auden aurait dit-on fait allusion, lors d'une conférence scandinave (qui comprenait une grande exposition lui étant consacrée), à l'homosexualité de son traducteur suédois: le diplomate prix Nobel de la paix Dag Hammarskjöld car il aurait mal reçu la traduction d'un de ses poèmes. Ceci l'écarta définitivement de la liste des récipiendaires. En 1964, Jean-Paul Sartre déclina le prix Nobel qui, selon lui, était "beaucoup trop tourné vers l'Occident" Citation article sur Jean-Paul Sartre, Encyclopédie des écrivains de langue française dirigée par Jean-Pierre de Beaumarchais et Alain Rey, édition Larousse 2001. Le prix Nobel 1970 Alexandre Soljenitsyne, dissident soviétique, ne voulut pas se rendre à Stockholm de peur de ne pas être autorisé à retourner en Union Soviétique où il était assigné à résidence et où son œuvre, mise à l'index, circulait clandestinement. Mais après le refus du gouvernement suédois d'honorer Soljenitsyne par une remise du prix avec lecture et discours publics lors d'une cérémonie organisée à l'ambassade de Moscou, l'écrivain fut prêt à décliner la récompense et l'argent, rejetant les conditions suédoises qui, selon lui, étaient "une insulte au prix Nobel lui-même"Traduction de l'article anglais Wikipedia in Controversies. Il ne put percevoir sa distinction qu'après avoir été déchu de sa nationalité soviétique et exclu d'U.R.S.S en 1974. En 1974, Graham Greene, Vladimir Nabokov et Saul Bellow furent cités pour être simultanément récompensés mais l'Académie suédoise refusa cette éventualité au profit d'un prix conjoint attribué aux deux écrivains suédois Eyvind Johnson et Harry Martinson, tous deux membres de l'Académie et donc jurés du prix Nobel. Bellow fut finalement honoré deux ans plus tard en 1976, mais ni Greene ni Nabokov ne furent primés. Le prix attribué à Dario Fo en 1997 fut jugé "bien léger" Traduction de l'article anglais Wikipedia: "rather lightweight" in Controversies par certains critiques. En effet, la gageure de l'auteur était d'avoir désenclavé en Italie le théâtre national contemporain pour le rendre accessible à un public non spécialisé et moins avantagé. Aussi avait-il su, selon les mêmes critiques, remettre au goût du jour les recettes satiriques de la commedia dell'arte. Son apport artistique et théâtral fut en effet plus reconnu sur le plan visuel, scénique ou sur celui de l'interprétation et de l'oralité que sur le plan purement textuel et littéraire (au niveau de la langue écrite). Maintes fois censuré par l'Église catholique romaine la désignation de Fo, par ailleurs militant d'extrême gauche, fut une véritable surprise. Selon l'éditeur britannique du dramaturge, Salman Rushdie et Arthur Miller, en lice cette année-là, faisaient figure de grands favoris. Mais le jury aurait considéré leur éventuelle victoire comme "beaucoup trop prévisible", émanant d'un choix "trop populaire" Traduction de l'article anglais Wikipedia in Controversies. Le choix d'Elfriede Jelinek en 2004 n'a pas seulement partagé la presse. Il fut l'objet de violents débats au sein même de l'Académie suédoise. Il fut d'ailleurs la cause de la démission de Knut Ahnlund de son poste d'académicien en 2005. Il jugeait l'honneur fait à l'écrivaine autrichienne être un "choc d'une extrême gravité, ayant causé des dommages irréparables à la littérature de manière générale et à la réputation du prix en particulier." Traduction de l'article anglais Wikipedia in Controversies, voir article en Anglais sur Knut Ahnlund En août 2006, suite au chahut médiatique provoqué par la révélation de l'engagement volontaire au sein de la Waffen-SS en 1944 de Günter Grass (récompensé en 1999) , la Fondation Nobel dut intervenir face aux sommations de la droite allemande et d'une partie de la presse qui priaient l'écrivain de rendre sa récompense et la somme d'argent lui étant corrélée. Le président du comité déclara que "l'attribution des prix était irréversible car aucun prix Nobel n'avait été retiré à quiconque par le passé" Citation journal août 2006. Bien que son nom fut maintes fois retenu sur les listes, Jorge Luis Borges ne fut jamais récompensé, comme l'affirme son biographe Edwin Williamson, à cause de ses opinions politiques et de son comportement ambigu face à la dictature argentine. Aussi Louis-Ferdinand Céline et Ezra Pound ont-ils été exclus par le comité de tout palmarès suite à des prises de position politique sulfureuses. Beaucoup reprochent encore au comité ses largesses vis-à-vis de la littérature allemande à une certaine époque. Heinrich Böll par exemple, dont l'importance historique n'est pas à dénigrer (il fut la tête de proue de la littérature allemande d'après-guerre et le pionnier du groupe 47) mais dont l'œuvre n'a jamais innové, ni au niveau de la forme, de la langue, de la structure, ni sur le plan du contenu et de la thématique, a reçu le prix en 1972 mais pas Bertolt Brecht qui payait ainsi sans doute son engagement auprès du régime est-allemand. On peut constater que pléthore de grands noms de la littérature au ou du tournant du , hommes ou femmes, dont les écrits font l'objet des exégèses les plus pointues dans les milieux universitaires et qui sont pour beaucoup reconnus comme des pierres angulaires de l'Histoire littéraire, ne figurent pas parmi les lauréats bien que la plupart d'entre eux aient été plusieurs nommés au titre: Alfred Jarry, Mark Twain, Joseph Conrad, Henry James, Guillaume Apollinaire, Rainer Maria Rilke, Paul Valéry, Ossip Mandelstam, Anna Akhmatova, Marina Tsvetaiéva, Constantin Cavafy, Marcel Proust, Robert Musil, Hermann Broch, Joseph Roth, Karl Kraus, Alfred Döblin, James Joyce, Virginia Woolf, Gertrude Stein, Francis Scott Fitzgerald, John Dos Passos, Carson McCullers, George Orwell, Federico Garcia Lorca, Rafael Alberti, André Malraux, René Char, Tristan Tzara, Louis Aragon, André Breton, Antonin Artaud, Paul Éluard, Georges Bataille, Emil Cioran, Maurice Blanchot, Raymond Queneau, Georges Perec, Roland Barthes, Nathalie Sarraute, Julio Cortazar, Léopold Sédar Senghor, Cesare Pavese, Italo Calvino, Witold Gombrowicz, Sadegh Hedayat, Lao She, Yukio Mishima, Jan Jacob Slauerhoff, Danilo Kis, Paul Celan, Thomas Bernhard, Ingeborg Bachmann, Zbigniew Herbert, Ernst Jünger, E. E. Cummings, William S. Burroughs, William Carlos Williams, Henry Miller, Lawrence Durrell, Tennessee Williams, William Styron... Néanmoins, il semble facile de dresser un bilan comparatif des primés et des oubliés a posteriori. Étant une consécration tardive et non une valorisation de talents prometteurs, le rôle du prix Nobel est logiquement soumis à la controverse. Il est difficile, pour certains, que les jurés soient visionnaires et puissent présager de la postérité laissée par une œuvre, d'autant qu'il paraît impossible de trancher et de prendre une décision totalement impartiale si l'on inclut le respect de la mémoire testamentaire d'Alfred Nobel et la matérialité technique, historique, politique, idéologique qui motive chacun des choix. Il ne faut, de surcroît, pas négliger les possibilités et moyens de diffusion de livres à une certaine époque ou la facilité d'accès à certains ouvrages. En ce sens, on peut comprendre l'omission sur les listes de nombreux poètes soviétiques dont les écrits ne circulaient que clandestinement. Il était, de plus, également impossible de distinguer de leur vivant des personnalités telles que Fernando Pessoa qui publiait sous divers pseudonymes et dont les poèmes dans l'essentiel ne furent assemblés en recueils et édités, après bien des péripéties, que de manière posthume. Il en va de même pour Franz Kafka qui mourut prématurément et dont l'œuvre dans sa plus grande partie ne fut découverte et mise en exergue qu'après sa mort. Pour d'autres, en revanche, campant une position plus sartrienne, il s'agit de voir dans ces oublis la vacuité des grandes machines institutionnelles engoncées dans leur posture intellectuelle aussi inepte que récalcitrante, sans que celles-ci aient réalisé ce qu'est la littérature dans son essence. Cela dit, on reproche désormais aux jurés du Nobel de vouloir jouer sur la controverse politique à des fins commerciales et médiatiques à l'instar de ses trois derniers choix (Elfriede Jelinek, Harold Pinter et Orhan Pamuk)Un article du Figaro daté du 16 octobre 2006 revient sur les polémiques qui ont entouré la décision de primer les lauréats de 2004, 2005 et 2006, tous trois très contestés dans leurs pays respectifs ou même à l'international pour leur prises de poisition politiques: Jelinek concernant ses déclarations sur l'Autriche et ses écrits d'une rare violence sur la société occidentale contemporaine qu'elle juge "fasciste" et "phallocratique" (voir entretien avec sa traductrice Yasmin Hoffman dans le closule de l'édition française de son roman Lust chez Point Seuil), Pinter pour sa farouche opposition à la guerre en Irak et ses insultes adressées à l'ancien Premier Ministre britannique Tony Blair lors d'une manifestation avec lecture publique d'un de ses poèmes en septembre 2005, Pamuk pour sa reconnaissance explicite, durant une interview accordée au New York Times et datée de février 2004, du génocide kurdo-arménien, encore renié par les autorités et la Nation turque. Parmi les écrivains de premier ordre qui n'ont pas encore été honorés par l'Académie suédoise bien qu'elle les ait majoritairement nommés, on compte notamment : Milan Kundera, Michel Butor, Aimé Césaire, Carlos Fuentes, Erri De Luca, Aharon Appelfeld, Antonio Lobo Antunes, Hugo Claus, Pierre Mertens, Philip Roth, Paul Auster, Thomas Pynchon, Don DeLillo, Cormac McCarthy, Joyce Carol Oates, Dag Solstad, Edouardo Menzona, Sven Age Madsen, Botho Strauss, Monika Van Paemel, Lioudmila Petrouchevskaïa, Jordan Radickov, Tadeusz Konwicki, Ismail Kadare, Einar Karason, Arto Paasilinna, Arundhati Roy, Salman Rushdie, Hans Magnus Enzensberger, Martin Walser, Peter Handke ou encore Christa Wolf. L'offre de Günther Grass concernant directement cette dernière, à savoir de récompenser à la fois un auteur de l'Allemagne de l'Est et de l'Ouest comme symbole culturel de la Réunification fut déclinée par le comité. Quant aux régions du monde les moins favorisées, force est de constater que le bilan est largement médiocre en dépit de réels efforts. L'Amérique latine et caribéenne est la seule à tirer à peu près son épingle du jeu en totalisant sept prix Nobel (même si le cas V.S Naipaul semble un peu à part: Britannique antillais d'origine indienne). Côté asiatique, on ne compte qu'un unique Prix chinois : Gao Xingjian (naturalisé français) et un indien du Raj de langue Bengalî : Rabindranath Tagore. Même le riche Japon ne compte en tout et pour tout que deux lauréats (Yasunari Kawabata et Kenzaburō Ōe). On note par ailleurs une totale absence, dans la liste des récipiendaires, d'écrivains de langue persane. Néanmoins, l'Afrique est sans conteste le continent le plus boudé par l'Académie: si l'on excepte les deux Sud-Africains anglophones Nadine Gordimer et John Maxwell Coetzee (récompensés respectivement en 1991 et 2003), on constate qu'un seul auteur noir africain anglophone : le Nigérian Wole Soyinka, en 1986, et un seul écrivain arabophone : l'Égyptien Naguib Mahfouz en 1988, ont été distingués. D'autres auteurs de prime importance comme Ngugi wa Thiong'o, Chinua Achebe ou Nuruddin Farah, cités plusieurs fois par l'Académie sur ses listes, doivent encore patienter.

Liste des lauréats du prix Nobel de littérature

Années 1900 - 1910 - 1920 - 1930 - 1940 - 1950 - 1960 - 1970 - 1980 - 1990 - 2000

Années 1900

:1901 Sully Prudhomme :1902 Theodor Mommsen  Empire allemand :1903 Bjørnstjerne Martinus Bjørnson :1904 Frédéric Mistral écrit en provençal , José Echegaray y Eizaguirre   :1905 Henryk Sienkiewicz :1906 Giosuè Carducci  Italie :1907 Rudyard Kipling :1908 Rudolf Christoph Eucken  Empire allemand :1909 Selma Lagerlöf

Années 1910

:1910 Paul Heyse  Empire allemand :1911 Maurice Maeterlinck écrit en français :1912 Gerhart Hauptmann  Empire allemand :1913 Rabîndranâth Tagore  Calcutta, Inde :1915 Romain Rolland :1916 Verner von Heidenstam :1917 Karl Adolph Gjellerup, Henrik Pontoppidan :1919 Carl Spitteler

Années 1920

:1920 Knut Pedersen Hamsun :1921 Anatole France :1922 Jacinto Benavente   :1923 William Butler Yeats écrit en anglais :1924 Władysław Stanisław Reymont :1925 George Bernard Shaw écrit en anglais :1926 Grazia Deledda  Italie :1927 Henri Bergson :1928 Sigrid Undset :1929 Thomas Mann  Allemagne

Années 1930

:1930 Sinclair Lewis :1931 Erik Axel Karlfeldt :1932 John Galsworthy :1933 Ivan Bounine :1934 Luigi Pirandello :1936 Eugene O'Neill :1937 Roger Martin du Gard :1938 Pearl Buck :1939 Frans Eemil Sillanpää

Années 1940

:1944 Johannes Vilhelm Jensen :1945 Gabriela Mistral :1946 Hermann Hesse (réfugié en Suisse) :1947 André Gide :1948 Thomas Stearns Eliot :1949 William Faulkner

Années 1950

:1950 Bertrand Arthur William, comte Russell :1951 Pär Lagerkvist :1952 François Mauriac :1953 Sir Winston Leonard Spencer Churchill :1954 Ernest Hemingway :1955 Halldór Laxness :1956 Juan Ramón Jiménez  Espagne‎ :1957 Albert Camus :1958 Boris Pasternak (contraint à refuser le prix) :1959 Salvatore Quasimodo

Années 1960

:1960 Saint-John Perse :1961 Ivo Andrić :1962 John Steinbeck :1963 Giorgos Séféris :1964 Jean-Paul Sartre (refuse le prix) :1965 Mikhaïl Cholokhov :1966 Shmuel Yosef Agnon , Nelly Sachs (écrit en Allemand) :1967 Miguel Ángel Asturias :1968 Yasunari Kawabata :1969 Samuel Beckett écrit en anglais et français

Années 1970

:1970 Alexandre Soljenitsyne :1971 Pablo Neruda :1972 Heinrich Böll :1973 Patrick White :1974 Eyvind Johnson et Harry Martinson :1975 Eugenio Montale :1976 Saul Bellow :1977 Vicente Aleixandre :1978 Isaac Bashevis Singer écrit en yiddish :1979 Odysséas Elýtis

Années 1980

:1980 Czesław Miłosz :1981 Elias Canetti né en Bulgarie, écrit en allemand :1982 Gabriel García Márquez :1983 William Golding :1984 Jaroslav Seifert :1985 Claude Simon :1986 Wole Soyinka :1987 Joseph Brodsky :1988 Naguib Mahfouz :1989 Camilo José Cela

Années 1990

:1990 Octavio Paz :1991 Nadine Gordimer :1992 Derek Walcott  Sainte-Lucie‎ :1993 Toni Morrison :1994 Kenzaburo Oe :1995 Seamus Heaney Heaney est né en Irlande du Nord (Royaume-Uni), mais il est de nationalité irlandaise et voyage avec un passeport irlandais. :1996 Wisława Szymborska :1997 Dario Fo :1998 José Saramago :1999 Günter Grass

Années 2000

:2000 Gao Xingjian né en Chine écrit en chinois et en français :2001 Vidiadhar Surajprasad Naipaul né à Trinité-et-Tobago :2002 Imre Kertész :2003 John Maxwell Coetzee écrit en anglais :2004 Elfriede Jelinek :2005 Harold Pinter :2006 Orhan Pamuk :2007 Doris Lessing

Récompenses par langues

Notes et références

- Cet article est partiellement retravaillé après traduction de son équivalent anglais
- Source: http://www.nobelprize.org/

Lien externe

Littérature Nobel af:Nobelprys vir Letterkunde als:Nobelpreis für Literatur ar:جائزة نوبل في الأدب ast:Premiu Nobel de Lliteratura az:Nobel Ədəbiyyat Mükafatı bat-smg:Nobelė literatūras premėjė be-x-old:Нобэлеўская прэмія ў галіне літаратуры bg:Нобелова награда за литература bn:সাহিত্যে নোবেল পুরস্কার br:Priz Nobel al lennegezh bs:Nobelova nagrada za književnost ca:Premi Nobel de Literatura cs:Nobelova cena za literaturu cy:Gwobr Llenyddiaeth Nobel da:Nobelprisen i litteratur de:Nobelpreis für Literatur el:Βραβείο Νόμπελ Λογοτεχνίας en:Nobel Prize in Literature eo:Nobel-premio pri literaturo es:Anexo:Premio Nobel de Literatura et:Nobeli kirjandusauhind eu:Literaturako Nobel Saria fa:جایزه نوبل ادبیات fi:Nobelin kirjallisuuspalkinto fy:Nobelpriis foar de Literatuer gd:Duais Nobel ann an Litreachas gl:Premio Nobel de Literatura he:פרס נובל לספרות hr:Nobelova nagrada za književnost hu:Irodalmi Nobel-díj ia:Premio Nobel pro Litteratura id:Penghargaan Nobel dalam Sastra ilo:Premio Nobel iti Literatura io:Nobel-premiarii en literaturo is:Nóbelsverðlaun í bókmenntum it:Premio Nobel per la letteratura ja:ノーベル文学賞 ka:ნობელის პრემიის ლაურეატები ლიტერატურის დარგში kk:Әдебиеттен Нобел жүлдесі ko:노벨 문학상 la:Praemium Nobelianum Litteraturae lt:Nobelio literatūros premija lv:Nobela prēmija literatūrā ms:Hadiah Nobel dalam Kesusasteraan nl:Nobelprijs voor de Literatuur nn:Nobelprisen i litteratur no:Nobelprisen i litteratur oc:Prèmi Nobel de literatura pl:Nagroda Nobla w dziedzinie literatury pt:Nobel de Literatura qu:Nobel Suñay Simi Kapchiypi ro:Premiul Nobel pentru Literatură ru:Нобелевская премия по литературе scn:Vincitura dû Nobel pâ littiratura (crunulòggicu) sh:Nobelova nagrada za književnost simple:Nobel Prize in Literature sk:Zoznam nositeľov Nobelovej ceny za literatúru sl:Nobelova nagrada za književnost sr:Нобелова награда за књижевност sv:Nobelpriset i litteratur sw:Tuzo ya Nobel ya Fasihi th:รางวัลโนเบลสาขาวรรณกรรม tr:Nobel Edebiyat Ödülü uk:Нобелівська премія з літератури vi:Giải Nobel Văn học zh:诺贝尔文学奖 zh-min-nan:Nobel Bûn-ha̍k Chióng
Sujets connexes
Académie   Académie suédoise   Afrique   Aharon Appelfeld   Aimé Césaire   Albert Camus   Alexandre Soljenitsyne   Alfred Döblin   Alfred Jarry   Alfred Nobel   Allemagne   Allemand   Amérique latine   Anatole France   André Breton   André Gide   André Malraux   Anglais   Anna Akhmatova   Annika Rücker   Années 1900   Années 1910   Années 1920   Années 1930   Années 1940   Années 1950   Années 1960   Années 1970   Années 1980   Années 1990   Années 2000   Antonin Artaud   Antonio Lobo Antunes   Arabe   Arthur Miller   Arto Paasilinna   Arundhati Roy   August Strindberg   Autriche   Bengalî   Bertolt Brecht   Bertrand Russell   Bjørnstjerne Bjørnson   Boris Pasternak   Botho Strauss   Calcutta   Camilo José Cela   Carl Spitteler   Carlos Fuentes   Carson McCullers   Cesare Pavese   Chinua Achebe   Christa Wolf   Christian Matthias Theodor Mommsen   Claude Simon   Commedia dell'arte   Constantin Cavafy   Cormac McCarthy   Couronne suédoise   Czesław Miłosz   Dag Hammarskjöld   Dag Solstad   Danois   Dario Fo   Derek Walcott   Don DeLillo   Doris Lessing   Dramaturge   E. E. Cummings   Elfriede Jelinek   Elias Canetti   Emil Cioran   Empire allemand   Encyclopédie   Erik Axel Karlfeldt   Ernest Hemingway   Ernst Jünger   Erri De Luca   Espagne   Espagnol   Essai   Est   Eugene O'Neill   Eugenio Montale   Eurocentrisme   Euros   Extrême gauche   Eyvind Johnson   Ezra Pound   Fernando Pessoa   Figaro   Finnois   Francis Scott Fitzgerald   Frans Eemil Sillanpää   Franz Kafka   Français   François Mauriac   Frédéric Mistral   Février 2004   Gabriel García Márquez   Gabriela Mistral   Gao Xingjian   George Bernard Shaw   George Orwell   Georges Bataille   Georges Perec   Gerhart Hauptmann   Gertrude Stein   Giosuè Carducci   Graham Greene   Grazia Deledda   Grec moderne   Groupe 47   Guillaume Apollinaire   Günter Grass   Halldór Laxness   Hans Magnus Enzensberger   Harold Pinter   Harry Martinson   Heinrich Böll   Henri Bergson   Henrik Ibsen   Henrik Pontoppidan   Henry James   Henry Miller   Henryk Sienkiewicz   Hermann Broch   Hermann Hesse   Hongrois   Hugo Claus   Hébreu   Imre Kertész   Inde   Ingeborg Bachmann   Irak   Irlande du Nord   Isaac Bashevis Singer   Islandais   Ismail Kadare   Italie   Italien   Italo Calvino   Ivan Bounine   Ivo Andrić   Jacinto Benavente   James Joyce   Jan Jacob Slauerhoff   Japon   Japonais   Jaroslav Seifert   Jean-Paul Sartre   Johannes Vilhelm Jensen   John Dos Passos   John Galsworthy   John Maxwell Coetzee   John Steinbeck   Jorge Luis Borges   Joseph Brodsky   Joseph Conrad   Joseph Roth   José Saramago   Joyce Carol Oates   Juan Ramón Jiménez   Karl Adolph Gjellerup   Karl Kraus   Kenzaburō Ōe   Knut Ahnlund   Knut Hamsun   Langue   Langues chinoises   Lao She   Lawrence Durrell   Lettres (culture)   Libération (journal)   Linguistique   Littérature   Louis-Ferdinand Céline   Louis Aragon   Luigi Pirandello   Léon Tolstoï   Léopold Sédar Senghor   Marcel Proust   Mark Twain   Martin Walser   Maurice Blanchot   Maurice Maeterlinck   Michel Butor   Miguel Ángel Asturias   Mikhaïl Cholokhov   Milan Kundera   Moscou   Nadine Gordimer   Naguib Mahfouz   Nathalie Sarraute   Nelly Sachs   Ngugi wa Thiong'o   Norvégien   Nuruddin Farah   Occident   Occitan   Octavio Paz   Octobre   Odysséas Elýtis   Orhan Pamuk   Ossip Mandelstam   Ouest   Pablo Neruda   Patrick White   Paul Auster   Paul Celan   Paul Valéry   Paul Éluard   Pearl Buck   Peter Handke   Philip Roth   Pierre Mertens   Polonais   Portugais   Poète   Première Guerre mondiale   Prix Nobel de la paix   Pär Lagerkvist   Rabîndranâth Tagore   Rafael Alberti   Rainer Maria Rilke   Raymond Queneau   René Char   Robert Musil   Roger Martin du Gard   Roland Barthes   Romain Rolland   Roman (littérature)   Rudolf Christoph Eucken   Rudyard Kipling   Russe   République populaire de Chine   Réunification   Sadegh Hedayat   Saint-John Perse   Sainte-Lucie   Salman Rushdie   Salvatore Quasimodo   Samuel Beckett   Saul Bellow   Seamus Heaney   Selma Lagerlöf   Septembre 2005   Serbo-croate   Shmuel Yosef Agnon   Sigrid Undset   Sinclair Lewis   Stockholm   Sully Prudhomme   Suède   Suédois   Tadeusz Konwicki   Tchèque   Tennessee Williams   Thomas Bernhard   Thomas Mann   Thomas Pynchon   Thomas Stearns Eliot   Toni Morrison   Tony Blair   Trinité-et-Tobago   Tristan Tzara   Turc   Verner von Heidenstam   Vicente Aleixandre   Vidiadhar Surajprasad Naipaul   Virginia Woolf   Vladimir Nabokov   Waffen-SS   Wikipédia   William Butler Yeats   William Carlos Williams   William Faulkner   William Golding   William S. Burroughs   William Styron   Winston Churchill   Wisława Szymborska   Witold Gombrowicz   Wole Soyinka   Wystan Hugh Auden   Yasunari Kawabata   Yiddish   Yukio Mishima   Zbigniew Herbert  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^