Suite de danses

Infos
La suite de danses — ou plus brièvement suite — est une forme musicale composée (c’est-à-dire comportant plusieurs pièces individuelles) de l'époque baroque. En usage du au , elle fut progressivement supplantée par la sonate et la symphonie. Le schéma habituel d'une suite est:
- Allemande, au tempo modéré et d'origine allemande
- Courante, au tempo vif, d'origine française
- Sarabande, au tempo lent et d'origine espag
Suite de danses

La suite de danses — ou plus brièvement suite — est une forme musicale composée (c’est-à-dire comportant plusieurs pièces individuelles) de l'époque baroque. En usage du au , elle fut progressivement supplantée par la sonate et la symphonie. Le schéma habituel d'une suite est:
- Allemande, au tempo modéré et d'origine allemande
- Courante, au tempo vif, d'origine française
- Sarabande, au tempo lent et d'origine espagnol
- Gigue, au tempo vif et d'origine anglaise. C'est la forme la plus pratiquée dans la musique française des , mais son domaine s'étend largement au-delà des frontières du royaume de Louis XIV et de Louis XV : la majorité des compositeurs allemands et quelques grands noms de la musique instrumentale italienne. Il faut rapprocher cette diffusion de celle du modèle architectural de Versailles auprès des cours étrangères.

Généralités

À la fin de la Renaissance, les musiciens prennent l'habitude d'alterner les airs de danse selon leur rythme — lent ou vif, solennel ou gai, etc. Ils enchaînent souvent, par exemple, la pavane et la gaillarde. L'accompagnement des bals revenant souvent aux luthistes, la difficulté d'accorder leur instrument les amène à jouer ces différents airs dans la même tonalité, afin de pouvoir les enchaîner rapidement. Cette caractéristique sera conservée même lorsque la suite sera jouée sur un autre instrument — clavecin, viole ou autre — ou par un orchestre. C'est l'origine de la suite de danses, succession d'airs de danses traditionnelles écrites en principe dans la même tonalité, alternant danses de tempos lents et rapides et de coupe binaire — deux épisodes en « da capo » chacun — on dit « avec reprise », la première partie va de la tonique à la dominante, la seconde retourne de la dominante à la tonique et elle est écrite généralement en imitation de la première. Progressivement, une structure « normalisée » apparaît, et Johann Jakob Froberger est le premier compositeur à grouper de façon presque systématique les quatre mouvements de la suite classique : allemande, courante, sarabande et gigue. Avant lui, Chambonnières et Louis Couperin composent de nombreuses danses qui ressortissent au genre, mais sans les assembler en des suites de composition imposée. Il faut voir dans les recueils de pièces édités par le premier ou laissés à l'état de manuscrits épars par le second des florilèges de pièces dans lesquelles les interprètes choisissent, à leur goût, les constituants de leurs concerts. C'est Nicolas Lebègue qui, le premier, emploie le terme de « suitte » (sic) dans l'édition imprimée de ses œuvres. Mais le cadre proposé n'est ni rigide ni figé, et presque tous les compositeurs introduisent des variantes. Les plus fréquentes :
- un prélude — mesuré ou non — en début ou, plus rarement, une ouverture ;
- deux, voire trois, danses successives du même type et de thèmes proches : c'est souvent le cas de la courante ;
- une chaconne ou passacaille à la fin ;
- diverses danses — gavotte, menuet, bourrée, passepied, rigaudon, tambourin, loure etc. — entre la sarabande et la gigue ;
- des « doubles » consistant à varier le thème — variation mélodique ou harmonique — ou le rythme qui s'accélère progressivement, etc.
- des « pièces de caractère », surtout chez les compositeurs français. Et encore :
- des airs
- des toccatas
- des fugues
- des fantaisies
- des mouvements à l'italienne — allegro, andante, largo, etc. Mais la gaillarde et, surtout, la pavane ne sont pratiquement plus présentes. D'autres danses anciennes ou rares telles que canaries, brusque, volte, loure etc. restent exceptionnelles. Dès les années 1730, si les compositeurs français composent toujours des suites, celles-ci ne comprennent presque plus d'airs de danse traditionnels, qui sont remplacés par des « pièces de caractère », suivant l'exemple de Couperin et Rameau. La suite peut aussi s'appeler, selon le compositeur, ordre, ouverture, partita (en Allemagne) voire sonate, principalement en Italie avant que ce terme ne soit réservé à une forme musicale différente et spécifique. François Couperin utilise à plusieurs reprises une suite comme second volet de compositions plus ambitieuses incluant aussi les mouvements d'une sonate à l'italienne — ce qu'il appelle « les goûts réunis » et ce que le marketing anglo-saxon en matière d'édition musicale appelle une « super-suite ». La suite n'est pas réservée aux instruments solistes, mais peut se pratiquer dans toutes les formations instrumentales en usage à l'époque. Les célèbres Ouvertures pour orchestre de Bach ressortissent de la suite, même si elles ne respectent pas le schéma classique Allemande-Courante-Sarabande-Gigue.

En France

Ce genre musical d'origine et de tradition françaises a été illustré par de très nombreux compositeurs français en particulier pour le luth, la viole de gambe, le clavecin — voir : École française de clavecin. La suite pour orgue est une extrapolation du genre, les danses profanes étant évidemment hors de propos à l'église. Elle a aussi été pratiquée largement hors des frontières de la France. Les exemples de compositeurs étrangers qui s'y sont intéressés et distingués sont nombreux :

En Angleterre et Grande-Bretagne

Joueuse de luth, peinture de Andrea Solario En Angleterre, on pourrait considérer comme une suite embryonnaire le couple de danses « pavane & gaillarde », fort en vogue chez les luthistes de l'époque élisabéthaine et chez les virginalistes (Byrd, Bull, Philips, ...). Les « pavane & gaillarde » disparaissent vers 1650.
- Henry Purcell
- William Croft
- Georg Friedrich Haendel.

En Allemagne

- Johann Jakob Froberger
- Matthias Weckmann
- Johann Kaspar Kerll
- Dietrich Buxtehude
- Georg Muffat
- Georg Böhm
- Johann Caspar Ferdinand Fischer
- Johann Mattheson
- Georg Philipp Telemann
- Christoph Graupner
- Johann Sebastian Bach :
- Suites pour violoncelle seul
- Suites anglaises
- Suites françaises
- Partitas ou suites allemandes.
- Sylvius Leopold Weiss

À Bruxelles (Pays-Bas espagnols)

- Josse Boutmy
- Joseph-Hector Fiocco.

En Italie

- Bernardo Pasquini
- Arcangelo Corelli.

Suite de danses de tradition populaire

Les enchaînements de danses sont pratiqués depuis la Renaissance dans la plupart des cultures européennes et se sont perpétuées dans les traditions dansées. Ainsi à Szék, en Transylvanie, on connaît depuis longtemps la suite sűrű tempó (danse rapide de garçons) - ritka tempó (danse lente de garçons) - csárdás - sűrű csárdás ; on y intercale parfois le négyes. En Bretagne, l’an-dro et l’hanter-dro forment également une suite de danse. Au , les musiciens de bals enchaînaient souvent scottish - valse - polka - mazurka.

Lien externe

Catégorie:Forme musicale Catégorie:Danse ancienne bg:Сюита ca:Suite cs:Suita de:Suite (Musik) el:Σουίτα en:Suite eo:Suito es:Suite fi:Sarja (musiikki) he:סוויטה hr:Suita hu:Szvit it:Suite (musica) ja:組曲 nl:Suite nn:Suite no:Suite (musikk) pl:Suita pt:Suíte ru:Сюита sk:Suita sv:Svit (musik) th:สวีต (ดนตรี) uk:Сюїта zh:组曲
Sujets connexes
Accord (organologie)   Allemagne   Allemande (danse)   An-dro   Andrea Solario   Angleterre   Arcangelo Corelli   Bal   Bernardo Pasquini   Bourrée   Bruxelles   Canarie (danse)   Chaconne   Christoph Graupner   Clavecin   Compositeur   Courante   Csárdás   Danse   Danse bretonne   Danse traditionnelle   Dietrich Buxtehude   Dominante   Ensemble musical   Fantaisie   Forme binaire   Forme musicale   France   François Couperin   Fugue   Gaillarde   Gavotte (danse)   Genre musical   Georg Böhm   Georg Friedrich Haendel   Georg Muffat   Georg Philipp Telemann   Gigue   Gigue (danse)   Grande-Bretagne   Hanter-dro   Henry Purcell   Imitation   Italie   Jacques Champion de Chambonnières   Jean-Philippe Rameau   Johann Caspar Ferdinand Fischer   Johann Jakob Froberger   Johann Kaspar Kerll   Johann Mattheson   Johann Sebastian Bach   John Bull (compositeur)   Joseph-Hector Fiocco   Josse Boutmy   Louis Couperin   Loure   Luth   Magyar ou Négyes   Matthias Weckmann   Mazurka   Menuet   Mouvement (musique)   Musique baroque   Musique instrumentale   Nicolas Lebègue   Orchestre   Ordre (musique)   Ouverture (musique)   Partita   Partitas pour clavier   Passacaille   Passepied   Pavane   Pays-Bas espagnols   Peter Philips   Polka   Prélude   Prélude non mesuré   Renaissance (période historique)   Rigaudon   Rythme   Sarabande   Scottish   Sic   Soliste   Sonate   Structure (musique)   Suite pour orgue   Suites anglaises   Suites françaises   Suites pour violoncelle seul (Bach)   Sylvius Leopold Weiss   Symphonie   Tambourin (danse)   Toccata   Tonalité   Tonique (musique)   Transylvanie (principauté)   Valse   Versailles   Viole de gambe   Virginal   Volte   William Byrd   William Croft  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^