Charles de Lorraine (1524-1574)

Infos
Charles, cardinal de Lorraine (vers 1555), atelier de François Clouet Charles de Lorraine, né le 17 février 1524 à Joinville et mort le 26 décembre 1574 à Avignon, est duc de Chevreuse, archevêque de Reims, évêque de Metz de 1550 à 1551, puis cardinal de Lorraine.
Charles de Lorraine (1524-1574)

Charles, cardinal de Lorraine (vers 1555), atelier de François Clouet Charles de Lorraine, né le 17 février 1524 à Joinville et mort le 26 décembre 1574 à Avignon, est duc de Chevreuse, archevêque de Reims, évêque de Metz de 1550 à 1551, puis cardinal de Lorraine.

Présentation

Charles de Guise est le second fils de Claude de Lorraine, premier duc de Guise et Seigneur de Joinville, qui se distingua sous François I dans les guerres contre Charles Quint, et d'Antoinette de Bourbon-Vendôme. Nommé archevêque de Reims en 1538 à l’âge de treize ans, suite à la démission de son oncle Jean en sa faveur. Il reprend le titre de cardinal de Lorraine après la mort de son oncle (1547). Charles sait, avec son frère aîné, François, duc de Guise, gagner la faveur du roi Henri II. Lui et ses frères exercent une grande influence et jouent un grand rôle dans les affaires du pays. Sous le règne de Henri II, Charles professe des opinions gallicanes. Par ailleurs, contrairement au connétable de Montmorency, le cardinal et son frère François sont d'ardents partisans de la guerre contre les Habsbourg. Défenseur intransigeant de l'Église catholique apostolique et romaine, le cardinal de Lorraine devient par la suite l'une des principales figures françaises de la Contre-Réforme en se faisant le défenseur des décrets du concile de Trente qu'il souhaite voir appliquer dans le royaume. Selon Brantôme, « tout ecclésiastique qu’il était, il avait l’âme fort barbouillée ». Autant son frère François est d’une force d’âme extraordinaire, capable de générosité, autant Charles, au contraire, est égoïste et insolent dans le succès. Mais le cardinal est aussi un homme très habile. Il est adroit, éloquent, plein de ressources et de séduction. Son talent fait de lui un rival de Catherine de Médicis. Prônant la lutte contre le protestantisme, il n’a de cesse de combattre la politique de tolérance civile de la reine mère. Ayant de hautes capacités intellectuelles, le cardinal est employé de nombreuses fois à des fins diplomatiques. Charles, cardinal de Lorraine par Le Greco (1571). Âgé de 47 ans, le cardinal est représenté en compagnie d'un perroquet, symbole d'éloquence. Toutefois, papagallo ("perroquet" en italien) peut être traduit littéralement par "pape français", interprétation soulignant le poids politique du cardinal à la tête de l'Église catholique de France. Le perroquet, symbole ambigu, est remplacé par un crucifix dans les copies attribuées à George Boba. Le cardinal de Lorraine et son frère François réussissent à obtenir le pouvoir à l'avènement du jeune François II (1559). Le cardinal tient alors entièrement l’administration des finances. Il fait rendre les sceaux au chancelier François Olivier puis, à la mort de celui-ci (mars 1560), désigne Michel de l'Hospital (dont il a favorisé la carrière de magistrat) comme successeur au poste. Cependant, Charles de Guise doit céder sa place après la mort du jeune roi (5 décembre 1561). Il quitte la cour deux mois plus tard, accompagnant sa nièce Marie Stuart à Joinville. Le cardinal assiste alors impuissant à l'introduction du protestantisme à la cour. Il continue cependant de jouer un rôle important lors du colloque de Poissy où il s'oppose à Théodore de Bèze, chef du parti protestant. Son intransigeance parvient à faire échouer la réconciliation des deux religions au grand dépit de la reine mère. Suite à l'assassinat de son frère François (18 février 1563), Charles devient le meneur de la famille des Guise et du parti catholique en France. Il prend sous sa tutelle les enfants de son frère décédé et cherche par tous les moyens à nuire aux Montmorency et plus particulièrement à l'amiral de Coligny qu'il considère comme responsable de la mort de son frère. Le 8 janvier 1565, alors que la cour se trouve dans le Midi, il manque de peu de se faire tuer dans une rue parisienne par les troupes de François de Montmorency, gouverneur de Paris et fils du connétable Anne, pour un désaccord de préséance. Soucieuse d'établir la paix dans le royaume, la reine mère l’oblige à se réconcilier avec le clan des Montmorency à Moulins en 1566. Il y embrasse publiquement l'amiral de Coligny, mais les deuxième et troisième guerres de religion lui permettent de poursuivre l'amiral de sa vindicte. Plus tard, il négocie le mariage de Charles IX et d'Élisabeth d'Autriche (1569). Puis, il part à Rome pour participer au conclave qui doit élire un nouveau pape. Opposé au mariage entre la princesse Marguerite de Valois et Henri de Navarre, qui doit sceller l'union des catholiques et des protestants, il tente de convaincre le pape de ne pas donner son accord au mariage. C'est avec une joie et une surprise extrêmes qu'il apprend la nouvelle du massacre de la Saint-Barthélemy, parvenue à Rome le 5 septembre 1572. Il s'empresse alors de regagner Paris, où il pense pouvoir reprendre sa place au conseil du roi. Mais Catherine de Medicis, qui craint son retour aux affaires, lui fait savoir qu’il n'est pas le bienvenu. Néanmoins, la Couronne se sert régulièrement du cardinal de Lorraine pour ses négociations financières avec le clergé. Charles meurt des suites d'une affection pulmonaire à Avignon le 26 décembre 1574. Il est inhumé dans la cathédrale de Reims.

Sources imprimées

-Lettres du cardinal Charles de Lorraine (1524-1574), s.d. Daniel Cuisiat, Genève : Droz, coll. « Travaux Humanisme Renaissance », 1998.

Bibliographie

-Jean-Jacques Guillemin, Le Cardinal de Lorraine, son influence politique et religieuse au XVI siècle, Paris : Chez Joubert, 1847.
-Henry Outram Evennett, « The Cardinal of Lorraine and the Colloquy of Poissy », in Cambridge Historical Journal, Vol. 2, No. 2 (1927), pp. 133-150.
-Henry Outram Evennett, The Cardinal of Lorraine and the Council of Trent. A study in the counter-reformation, Cambridge : University Press, 1930.
-Nicola Mary Sutherland, « The Cardinal of Lorraine and the colloque of Poissy, 1561 : a reassessment », in Princes, Politics and Religion, 1547-1589, Londres : The Hambledon Press, 1984 (pp.113-137).
-Yvonne Bellenger (s.d.), Le mécénat et l'influence des Guises. Actes du Colloque organisé par le Centre de Recherche sur la Littérature de la Renaissance de l'Université de Reims et tenu à Joinville du 31 mai au 4 juin 1994 (et à Reims pour la journée du 2 juin), Honoré Champion Éditeur, coll. « Colloques, congrès et conférences sur la Renaissance », 1997. 758 p. Divers articles :
-Jacqueline Boucher, « Le cardinal de Lorraine, premier ministre de fait ou d'ambition (1559-1574) », pp. 295-310.
-Marc Venard, « Le cardinal de Lorraine dans l'Église de France », pp. 311-329.
-Alain Tallon, « Le cardinal de Lorraine au concile de Trente », pp. 331-343.
-Franco Giacone, « Les Lorraine et le Psautier de David », pp. 345-363.
-Colette Demaizière, « Le cardinal de Lorraine protecteur de Ramus », pp. 365-380.
-Jean-Claude Ternaux, « Les excès de la maison de Lorraine dans l'épitre et la satire du Tigre (1560-1561) », pp. 381-403.
-Hermann Lindner, « Rhétorique, poésie, mécénat : "Le Procès" de Ronsard contre le cardinal de Lorraine », pp. 405-423.
-François Roudaut, « Le cardinal de Lorraine, François de Guise et Joachim du Bellay », pp. 425-442.
-Isabelle Balsamo, « Le cardinal de Lorraine et ses commandes artistiques à Reims », pp. 443-467.
-Philippe Desan et Kate Van Orden, « De la chanson à l'ode : musique et poésie sous le mécénat du cardinal de Lorraine », pp. 469-494. ==
Sujets connexes
Anne de Montmorency (1492-1567)   Antoinette de Bourbon-Vendôme   Artus de Cossé-Brissac   Avignon   Catherine de Médicis   Charles IX de France   Charles Quint   Claude de Lorraine   Colloque de Poissy   Concile de Trente   Conclave   François Clouet   François II de France   François Ier de France   François de Montmorency   Gaspard II de Coligny   Henri II de France   Henri IV de France   Jean de Lorraine (1498-1550)   Joinville (Haute-Marne)   Liste des archevêques de Reims   Liste des évêques de Metz   Marguerite de France (1553-1615)   Massacre de la Saint-Barthélemy   Surintendant des finances   Théodore de Bèze  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^