Quartier du Red Light de Montréal

Infos
Le quartier du Red Light de Montréal, parfois appelé le quadrilatère du Red Light de Montréal, est une zone géographique de Montréal où le commerce de la prostitution était très actif avant les années 1960. Le commerce du jeu et du débit de boisson illégaux y florissait également. Aujourd'hui, ces commerces y sont actifs, mais de façon modérée. La raison du terme red light est expliqué dans l'article Quartier chaud.
Quartier du Red Light de Montréal

Le quartier du Red Light de Montréal, parfois appelé le quadrilatère du Red Light de Montréal, est une zone géographique de Montréal où le commerce de la prostitution était très actif avant les années 1960. Le commerce du jeu et du débit de boisson illégaux y florissait également. Aujourd'hui, ces commerces y sont actifs, mais de façon modérée. La raison du terme red light est expliqué dans l'article Quartier chaud.

Description

Dans cette zone géographique, le commerce de la prostitution, du jeu et de la boisson y est plus actif pour au moins deux raisons :
- proximité du centre-ville, lequel est souvent un attrait touristique majeur,
- densité élevée de commerces de boissons alcoolisés (tavernes, bars, clubs de rencontre, etc.) Cette zone est de dimensions différentes selon les auteurs et la période historique. En 1973, selon NamasteViviane Namaste, C'était du spectacle! L'Histoire des artistes transsexuelles à Montréal. 1955-1985, McGill-Queen's University Press, coll. Studies on the History of Quebec / Études d'histoire du Québec, 2005. ISBN 0-7735-2908-x, il s'agissait du quadrilatère délimité par le boulevard René-Lévesque, la rue Sherbrooke, le boulevard Saint-Laurent et la rue Saint-Denis. En 2000, selon Globe Tête Communications, il est délimité par la rue Sherbrooke au nord, la rue Saint-Denis à l'est, la rue Bleury à l'ouest et par le quartier du Vieux-Montréal au sud.

Historique

Son origine remonte au début de la Confédération canadienne, en 1867. À partir des années 1900, la révolution industrielle enrichit la population, ce qui favorise l'expansion de la prostitution et des autres commerces illicites. Pendant la Première Guerre mondiale, les prostituées s'affichent ouvertement dans ce quartier. À la même époque, le commerce du jeu illégal est florissant. En 1924, une commission d'enquête est instituée pour déterminer le degré de corruption dans la force policière. Après que le rapport d'enquête est déposé, des policiers démissionnent, alors que d'autres sont limogés. En 1930, un nouveau chef de police décide de s'attaquer au crime organisé qui gère cette zone. Dufresne parviendra à faire diminuer les différentes commerces illicites pendant un moment, mais recevra plusieurs menaces de mort, dont certaines seront mises à exécution. Les conséquences du krach de 1929 se faisant sentir notablement, la ville préfère mettre à l'amende les contrevenants, plutôt que de les emprisonner. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les activités du Red light augmentent en volume. Les efforts de la police, toujours menée par Dufresne, ne parviennent pas à enrayer les commerces illicites. Il y aura explosion de cas de maladies vénériennes chez les soldats. Cette situation préoccupera suffisamment l'armée canadienne au point de menacer d'interdire la ville à ses soldats. En 1946, Dufresne nommera Pacifique Plante comme responsable de l'escouade des mœurs. Allié à un avocat qui deviendra maire, Jean Drapeau, Plante tentera de mettre un terme à l'expansion du crime organisé dans ce quartier et ailleurs dans la ville, mais en vain. Jean Drapeau sera défait aux élections municipales subséquentes, mais reviendra au pouvoir par après pendant deux décennies. Il profitera de sa position pour durcir la législation municipale envers les différents commerces illicites qui y ont cours. Cela atteindra les activités du quartier du Red Light de façon durable.

Pour en savoir plus

- Daniel Proulx, le Red Light de Montréal, VLB éditeur, 1997.

Voir aussi

- Quartier chaud ==
Sujets connexes
Anglais   Années 1900   Années 1960   Bar (établissement)   Boulevard René-Lévesque   Boulevard Saint-Laurent   Confédération canadienne   Français   Jean Drapeau   Krach de 1929   Montréal   Pacifique Plante   Policier   Première Guerre mondiale   Prostitution   Quartier (ville)   Quartier chaud   Rue Saint-Denis (Montréal)   Rue Sherbrooke   Révolution industrielle   Seconde Guerre mondiale   Taverne (établissement)   Vieux-Montréal  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^