Républicanisme

Infos
Le républicanisme est une philosophie politique dans laquelle la souveraineté appartient au peuple par l'intermédiaire de représentants élus. Le républicanisme est une tradition ancienne puisqu'elle remonte aux philosophes de l'antiquité (Aristote, Cicéron...). Son histoire a été profondément révisée depuis les années 1970 et les travaux de J.G.A. Pocock et Q. Skinner, qui en retracent le parcours depuis l'Antiquité jusqu'au XVIIIe siècle, en passant par l'Itali
Républicanisme

Le républicanisme est une philosophie politique dans laquelle la souveraineté appartient au peuple par l'intermédiaire de représentants élus. Le républicanisme est une tradition ancienne puisqu'elle remonte aux philosophes de l'antiquité (Aristote, Cicéron...). Son histoire a été profondément révisée depuis les années 1970 et les travaux de J.G.A. Pocock et Q. Skinner, qui en retracent le parcours depuis l'Antiquité jusqu'au XVIIIe siècle, en passant par l'Italie de la Renaissance et l'Angleterre du XVIIe siècle. A l'époque moderne, le républicanisme historique a donné naissance à des versions légèrement différentes, selon qu'il s'est développé aux États-Unis d'Amérique, en France, en IrlandeVoir P. Pettit, The Tree of Liberty: Republicanism, American, French and Irish, Field Day Review, Vol. 1, pp. 29-41.

Historique

Dans sa version française, développée en particulier sous la plume de Rousseau, il défend le principe de souveraineté populaire et de participation populaire. Au , il s'oppose à la souveraineté absolue, puis, après la trahison et la fuite de Louis XVI, il s'oppose directement à la (monarchie).Il perdra de la vitesse au début du avec l'entrée dans l'industrialisation où on estimera que les contraintes "éthiques" du républicanisme ne sont plus d'actualité avec la recherche accrue du profit. Cependant, au milieu du XXe siècle, il intègre une perspective individualiste, c'est-à-dire qu'il assume que les individus recherchent leur bonheur plutôt que la participation politique pour elle-même, et se renouvelle de façon à trouver pleinement sa place dans la pensée politique moderne et contemporainevoir Jean-Fabien Spitz, Le Moment républicain. Par conséquent, outre les penseurs historiques reconnus comme appartenant au républicanisme : Machiavel (Discours de Tite Live), Harrington (Commonwealth of Oceana) ou les penseurs de la Révolution française, actuellement l'Irlandais Philip Pettit, l'Anglais Quentin Skinner, les italiens Maurizio Viroli, Sauro Mattarelli ou le Français Jean-Fabien Spitz appartiennent à ce courant. Le républicanisme contemporain peut prendre des voies relativement diverses. Ces diverses voies sont incarnées par Hannah Arendt, Michael Sandel, Charles Taylor, Iseult Honohan, Philip Pettit, John Maynor, entre autres.

Républicanisme et libéralisme

En règle générale , dans les débats de philosophie politique contemporaine, on peut dire qu'il s'oppose, parfois frontalement, parfois dans un rapport plus correctif, au Libéralisme politique. En effet, le libéralisme politique défend une philosophie du sujet rationnel, "désengagé" de ses appartenances héritées, et demande que ce sujet soit libre, c'est-à-dire, pour le libéralisme, qu'il ne subisse pas d'interférence quand il use de sa raison pour faire des choix engageant son mode de vie. Le républicanisme pour sa part comprend le sujet et sa liberté différemment. Il fait une place le plus souvent aux caractéristiques réelles des individus (Taylor, Pettit, Maynor), comme son statut professionnel, son genre, sa culture - mais pas toujours (Arendt). Puis il pose la non-domination comme définition du principe de liberté. Pour lui, il faut jouir d'un statut social qui assure au citoyen une indépendance à l'égard d'autrui : "Pour faire un républicain, il faut prendre l'être humain si petit et si humble qu'il soit, un enfant, un adolescent, une jeune fille ; il faut prendre l'homme le plus inculte, le travailleur le plus accablé par l'excès de travail, et lui donner l'idée qu'il faut penser par lui-même, qu'il ne doit ni foi ni obéissance à personne. Ferdinand Buisson, 1887". Par opposition au libéralisme qui conçoit cette notion de liberté comme non-ingérence de l'État sur le marché. Le républicanisme reconnaît un rôle essentiel à l'État comme garant de la non-domination. Il pose, en effet, qu'une règle sociale (loi) peut être génératrice de liberté (liberté de réunion et liberté de la presse acquises grâce à la loi de 1881). En ce sens, il distingue entre les interférences, ce que le libéralisme ne fait pas : il y a des interférences légitimes (comme celles de la loi, lorsque celle-ci vise à assurer la non-domination), et des interférences arbitraires, qui doivent être combattues parce qu'elles sont arbitraires, et non parce qu'elles interfèrent. Il définit un état contrôlé par ses citoyens et où la loi émane d'eux, à travers leurs représentants. L'électeur a pour "devoir" d'essayer de sélectionner les candidats aux élections en fonction, non pas de son intérêt personnel, mais en fonction de leurs aptitudes à défendre le bien commun. Les gouvernants, quant à eux, dans cette philosophie, doivent prendre des décisions visant le bien commun, l'intérêt général. Si il y a divergence sur ce bien commun, il faut alors en débattre. Ce courant est donc empreint d'exigences éthiques. Dans le débat politique contemporain, le philosophe Rawls, qui est le plus grand penseur du libéralisme politique (c'est le titre de son deuxième opus magistral), s'est rapproché d'une certaine voie républicaine, qu'il appelle le "républicanisme politique", et qui insiste moins sur les valeurs politiques communes pour préférer constituer la non-domination comme la seule "chose publique" (res publica), le seul "bien commun" (chez Pettit en particulier). Sa théorie de la justice se rapproche des valeurs républicaines. Les auteurs varient cependant sur des points tels que la laïcité, le fédéralisme, ou la forme de la République.

Républicanisme français

Dans le paysage politique français, la quasi totalité des partis ou mouvements font référence à la république sociale, après la faillite de l'État soviétique et l'échec du "socialisme réel" : le Mouvement Républicain et Citoyen de Jean-Pierre Chevènement, une frange du Parti radical de gauche, des courants plus radicaux au sein du Parti Socialiste, autour de Jean-Luc Mélenchon, par exemple. Mais la droite également, pour se distinguer de la droite nationaliste, se qualifie souvent de "droite républicaine". Ce partage apparent recouvre une assez grande confusion philosophique et théorique. On trouve au sein de ces mouvements des références au républicanisme, souvent teinté d'autres valeurs : gaullisme social, socialisme, radicalisme… Pour ne pas verser dans des amalgames (libéralisme politique, multiculturalisme, universalisme républicain, autoritarisme républicain, communautarisme, politique des identités, ...), la philosophie politique contemporaine offre de nombreuses et précieuses ressources. Certains philosophes comme Denis CollinDenis Collin, Revive la République, Armand Colin, 2005 effectuent une synthèse entre ce courant et un marxisme critique. Le triptyque Liberté, Égalité, Fraternité (ou communauté chez Pettit) découle pour les philosophes de ce courant de la définition de la Liberté comme non-domination. L'égalité devient alors la garantie d'une absence d'arbitraire, qui permet la liberté. On peut lire une application de cette définition à des débats concrets de la société française (la loi de mars 2004 sur le port des signes religieux à l'école, la parité, les revendications d'identité régionale, l'école...) dans La République et ses démons. Essais de républicanisme appliquéLa République et ses démons. Essais de républicanisme appliqué, éditions Ère, 2007.

Dates importantes de la République Française

-1789 : Révolution française
-1792 : proclamation de la République
-1848-1852 : République
-1870 : Proclamation de la République
-1875 : adoption des lois constitutionnelles de la République
-1881 : liberté de réunion et de la presse ; gratuité de l'enseignement primaire
-1884 : école obligatoire et laïque ; liberté syndicale
-1901 : loi sur les associations ; formation du 1 parti officiel de l'Histoire française (parti républicain radical et radical-socialiste)
-1905 : loi de séparation de l'Église et de l'État
-1946 : début de la République fondée sur le Programme du Conseil National de la Résistance
-1958 : Charles de Gaulle met en place la République, toujours en vigueur aujourd'hui.

Notes et références

Voir aussi

Lien externe

- Républicanisme Catégorie:Histoire des idées politiques Catégorie:idéologie de:Republikanismus br:Republikelezh da:Republikanisme en:Republicanism es:Republicanismo eo:Respublikismo it:Repubblicanesimo sv:Republikanism nl:Republicanisme
Sujets connexes
Aristote   Association loi de 1901   Charles de Gaulle   Cicéron   Denis Collin   Ferdinand Buisson   Fédéralisme   Harrington   Industrialisation   Jean-Fabien Spitz   Jean-Luc Mélenchon   Jean-Pierre Chevènement   Jules Ferry   Laïcité   Libéralisme   Loi   Lois constitutionnelles de 1875   Monarchie   Nicolas Machiavel   Parti radical de gauche   Programme du Conseil National de la Résistance   Quentin Skinner   République   Révolution française   Séparation des Églises et de l'État en 1905   Universalisme républicain  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^