Romain Rolland

Infos
Gandhi en 1931. Romain Rolland est un écrivain français, né à Clamecy (Nièvre) le 29 janvier 1866 et mort à Vézelay le 30 décembre 1944. Il reçut en 1916 le Prix Nobel de littérature 1915 pour son œuvre majeure, Jean-Christophe. D'une culture sculptée par la passion de l'art et de la musique (opéra, Michel-Ange, Scarlatti, Lulli, Beethoven, amitié avec Richard Strauss) et le culte des héros, il rechercha sa vie durant un moyen de communion entre les homme
Romain Rolland

Gandhi en 1931. Romain Rolland est un écrivain français, né à Clamecy (Nièvre) le 29 janvier 1866 et mort à Vézelay le 30 décembre 1944. Il reçut en 1916 le Prix Nobel de littérature 1915 pour son œuvre majeure, Jean-Christophe. D'une culture sculptée par la passion de l'art et de la musique (opéra, Michel-Ange, Scarlatti, Lulli, Beethoven, amitié avec Richard Strauss) et le culte des héros, il rechercha sa vie durant un moyen de communion entre les hommes. Son exigence de justice le poussa à rechercher la paix « au-dessus de la mêlée » pendant et après la Première Guerre mondiale. Tenaillé par son idéal humaniste et sa quête d'un monde non-violent, par son admiration pour Léon Tolstoï, grande figure de la non-violence, par les philosophies de l'Inde (conversations avec Rabindranath Tagore et Gandhi), l'enseignement de Ramakrishna et Vivekananda, par sa fascination pour Baha'u'llah (il lui fait reference dans "Clerambault"), puis dans le monde nouveau que voulait construire initialement l'Union soviétique. Mais il n'atteint la transcendance que dans l'écriture de son œuvre.

Biographie

Issu d'une famille de notaires, il trouve dans son ascendance des paysans et des bourgeois aisés. Son introspection avec son Voyage intérieur, paru en 1942, lui prouve qu'il était bien un représentant d'une « espèce antique ». Ces ancêtres, il les mettra en scène dans un truculent récit bourguignon, Colas Breugnon, paru en 1919. Il est professeur d'histoire aux lycées Henri-IV et Louis-le-Grand, membre de l'École française de Rome, professeur d'histoire de la musique à la faculté des lettres de l'université de Paris et professeur d'histoire de l'art à l'École normale supérieure. Reçu à l'École normale supérieure en 1886, il se destine au concours d'agrégation de philosophie, auquel il renonce pour ne pas avoir à se soumettre à l'idéologie dominante - manifestation de ce qui sera sa règle, l'indépendance d'esprit. Il est reçu à l'agrégation d'histoire en 1889. Il passe ensuite deux ans à Rome, de 1889 à 1891, comme membre de l'École française de Rome, où sa rencontre avec Malwida von Meysenbug, qui avait été l'amie de Nietzsche et Wagner, ainsi que la découverte des chefs-d'œuvre de l'art italien, seront décisives pour la construction de sa pensée. À son retour en 1895, il passe son doctorat de lettres en présentant une thèse sur Les origines du théâtre lyrique moderne. Histoire de l'opéra en Europe avant Lulli et Scarlatti. Ce jeune homme exigeant mais timide n'aime pas l'enseignement. Non qu'il soit indifférent à la jeunesse : Jean-Christophe, Olivier et leurs amis - ses héros romanesques - sont des jeunes gens, il y a beaucoup de tendresse dans Pierre et Luce, et l'« Âme enchantée » accompagne Marc et les siens dans cette marche au calvaire où les contraint leur temps. Mais avec la jeunesse vivante comme avec les adultes, Rolland n'entretient guère que des rapports distants. Il est surtout un homme d'écriture. Dès que la littérature lui assure de modestes revenus, il donne sa démission de l'Université, en 1912. Romain Rolland correspond avec Sigmund Freud de 1909 jusqu'à 1924, date où il le rencontre à Vienne. Il entretient également des rapports épistolaires et amicaux avec Stefan Zweig.

Romain Rolland pendant la Grande Guerre

Rolland est en Suisse lors de la déclaration de la Première Guerre mondiale, dont il comprend très vite qu'elle est un de l'Europe. Bouleversé à l´idée du déclin de l´Europe, il décida alors de ne pas quitter le pays ; outre son engagement au sein de la Croix Rouge, il pourrait librement diffuser ses œuvres. C´est ainsi que la série de pamphlets à l´encontre des pays belligérants, Au dessus de la mêlée, parut au Journal de Genève : Rolland y dénonçait avec véhémence leur quête d´une victoire totale, au lieu de vouloir négocier une paix équitable. Restant "au-dessus de la mêlée", Rolland a voulu agir aussi bien envers la France qu´envers l´Allemagne. Mais, en raison d´une prétendue attitude antipatriotique, il fut considéré par des nationalistes comme un traitre dans son pays, et, outre-Rhin, il passa presque inaperçu. La publication de ses articles, à Paris, eut un large écho dans la seconde moitié de la guerre : ils furent traduits en plusieurs langues – pas en allemand – et ont largement contribué, avec son roman Jean-Christophe, à ce qu´on lui décerne le Prix Nobel de Littérature en 1915. Pour avoir critiqué les deux camps d´avoir fait durer trop longtemps la guerre, dans la volonté d´obtenir une victoire destructrice, Rolland devint une figure non seulement du mouvement pacifiste international, mais aussi du mouvement de la Troisième internationale. En avril 1917, Lénine lui proposa de rentrer avec lui dans la Russie en pleine révolution. Offre que Rolland déclina, en raison, d´une indépendance politique se voulant au-dessus des partis, qu´il a regrettée plus tard.

Engagement politique

À compter de 1923, il entretient une discussion avec Sigmund Freud de laquelle émergera la notion de sentiment océanique. En 1924, son livre sur Gandhi contribue beaucoup à faire connaître ce dernier, qu'il rencontre en 1931, et son engagement pour la non-violence. Il s'installe au bord du lac Léman pour se consacrer à son œuvre. Sa vie est entrecoupée de problèmes de santé et de voyages à l'occasion de manifestations artistiques. Son voyage à Moscou en 1935, à l'invitation de Gorki, fait exception : il s'agissait de rencontrer Staline pour essayer d'agir un peu comme un ambassadeur des intellectuels français de l'Union soviétique. Il est l'un des fondateurs du mouvement pacifiste Amsterdam-Pleyel. Il participa, avec Suzanne Cointe, à la création de la chorale populaire de Paris. En 1937, il revient s'établir à Vézelay qui tombe en zone occupée en 1940. Pendant l'Occupation, il reste blotti dans une solitude totale et silencieuse. Sans cesser de travailler, en 1940, il termine ses Mémoires. Il met également une touche finale à ses recherches musicales avec les années de Beethoven. Enfin, il écrit Péguy, paru en 1944, dans lequel ses souvenirs personnels éclairent la réflexion d'une vie sur la religion et le socialisme.

Œuvres

-Amour d'enfants (1888)
-Les Baglioni (1891). Rédaction. Pièce restée inédite du vivant de l'auteur.
-Empédocle (1891). Rédaction. Pièce restée inédite du vivant de l'auteur.
-Orsino (1891). Rédaction. Pièce restée inédite du vivant de l'auteur.
-Le Dernier Procès de Louis Berquin (1892)
-Les Origines du théâtre lyrique moderne (1895). Thèse érudite et un travail approfondi récompensé par un prix de l'Académie française.
-Histoire de l'opéra avant Lully et Scarlatti (1895). Thèse de son doctorat ès lettres.
-Cur ars picturae apud Italos XVI saeculi deciderit (1895). Thèse latine sur le déclin de la peinture italienne au cours .
-Saint-Louis (1897)
-Aërt (1897). Drame historique et philosophique.
-Les Loups (1898). Drame historique et philosophique.
-Le Triomphe de la raison (1899). Drame historique et philosophique.
-Danton (1899). Drame historique et philosophique.
-Le Poison idéaliste (1900)
-Les Fêtes de Beethoven à Mayence (1901)
-Le Quatorze Juillet (1902). Drame historique et philosophique.
-François-Millet (1902)
-Vie de Beethoven (1903)
-Le temps viendra (1903)
-Le Théâtre du peuple (1903)
-La Montespan (1904). Drame historique et philosophique.
-Jean-Christophe (1904-12). Cycle de dix volumes répartis en trois séries, Jean-Christophe, Jean-Christophe à Paris et La Fin du voyage, publiés dans Les Cahiers de la quinzaine
-L'Aube (1904). Premier volume de la série Jean-Christophe
-Le Matin (1904). Deuxième volume de la série Jean-Christophe
-L'Adolescent (1904). Troisième volume de la série Jean-Christophe
-La Révolte (1905). Quatrième volume de la série Jean-Christophe
-Vie de Michel-Ange (1907)
-Musiciens d'aujourd'hui (1908). Compilation d'articles et études sur la musique.
-Musiciens d'autrefois (1908). Compilation d'articles et études sur la musique.
-Antoinette (1908). Premier volume de la série Jean-Christophe à Paris
-La Foire sur la place (1908). Deuxième volume de la série Jean-Christophe à Paris
-Dans la maison (1908). Troisième volume de la série Jean-Christophe à Paris
-Haendel (1910)
-Les Amies (1910). Premier volume de la série La Fin du voyage
-La Vie de Tolstoï (1911)
-Le Buisson ardent (1910). Deuxième volume de la série La Fin du voyage
-Les Amies (1911). Deuxième volume de la série La Fin du voyage
-La Nouvelle Journée (1912). Troisième volume de la série La Fin du voyage
-L'Humble Vie héroïque (1912)
-
Au-dessus de la mêlée
(1915). Manifeste pacifiste.
-Salut à la révolution russe (1917)
-Pour l'internationale de l'Esprit (1918)
-L'Âge de la haine (1918)
-Colas Breugnon (1919). Récit bourguignon.
-Pour l'internationale de l'Esprit (1919)
-Déclaration de l'indépendance de l'Esprit, manifeste (1919)
-Les Précurseurs (1919)
-Clérambault (1920)
-Pierre et Luce (1920)
-Pages choisies (1921)
-La Révolte des machines (1921)
-Annette et Sylvie (1922). Tome I de L'Âme enchantée
-Les Vaincus (1922)
-L'Été (1924). Tome II de L'Âme enchantée
-Gandhi (1924)
-Le Jeu de l'amour et de la mort (1925)
-Pâques fleuries (1926)
-Mère et fils (1924). Tome III de L'Âme enchantée
-Léonides (1928)
-De l'Héroïque à l'Appassionata (1928)
-Essai sur la mystique de l'action (1929)
-L'Inde vivante (1929)
-Vie de Ramakrishna (1929)
-Vie de Vivekananda (1930)
-L'Évangile universel (1930)
-Goethe et Beethoven (1930)
-L'Annonciatrice (1933)
-Quinze Ans de combat (1935)
-Compagnons de route (1936)
-Le Chant de la Résurrection (1937)
-Les Pages immortelles de Rousseau (1938)
-Robespierre (1939). Drame historique et philosophique.
-La Cathédrale interrompue (1943-45). 3 volumes.
-Péguy (1945) ;Correspondance
-Une Amitié perdue et retrouvée : correspondance de Paul Claudel et Romain Rolland, édition établie, annotée et présentée par Gérard Antoine et Bernard Duchatelet, Gallimard, coll. « Les cahiers de la NRF », Paris, 2005. .
- "Richard Strauss et Romain Rolland"

Citation

"Pour que les peuples s'entendent, il faut d'abord qu'ils entendent. Que l'espéranto rende l'ouïe à ces sourds dont chacun est muré dans son silence."

Bibliographie

-Paul Masson-Oursel, Romain Rolland, ami de l'Inde. Genève, 1945.
-René Cheval, Romain Rolland. L´Allemagne et la Guerre, PUF, Paris 1963.
- Michael Klepsch, Romain Rolland im Ersten Weltkrieg. Ein Intellektueller auf verlorenem Posten, Kohlhammer, Stuttgart 2000. ISBN 3-17-016587-9 ==
Sujets connexes
Au-dessus de la mêlée (texte)   Charles Péguy   Clamecy (Nièvre)   Déclaration de l'indépendance de l'Esprit   Espéranto   Faculté des lettres de Paris   France   Friedrich Nietzsche   Inde   Jean-Christophe   Joseph Staline   Journal de Genève   Lac Léman   Ludwig van Beethoven   Lulli   Lycée Henri-IV   Lycée Louis-le-Grand   Lénine   Léon Tolstoï   Malwida von Meysenbug   Maxime Gorki   Mayence   Michel-Ange   Mohandas Karamchand Gandhi   Moscou   Mouvement Amsterdam-Pleyel   Mouvement pacifiste   Occupation   Paris   Paul Masson-Oursel   Philosophie   Première Guerre mondiale   Presses universitaires de France   Prix Nobel   Prix Nobel de littérature   Rabîndranâth Tagore   Religion   Richard Strauss   Richard Wagner   Scarlatti   Sentiment océanique   Sigmund Freud   Socialisme   Stefan Zweig   Stuttgart   Suisse   Union des républiques socialistes soviétiques   Université de Paris   Verner von Heidenstam   Vienne (Autriche)   Vézelay  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^