Tyrrell Racing

Infos
La 003, modèle avec lequel Jackie Stewart remporta le championnat du monde de Formule 1 en 1971 Tyrrell Racing (ou Tyrrell Racing Organisation) est une ancienne écurie de sport automobile, fondée en 1960. Présente en Formule 1 de 1968 (d'abord avec Matra, puis à partir de 1970 en tant que constructeur) à 1998, elle a connu son heure de gloire avec les trois titres mondiaux de Jackie Stewart.
Tyrrell Racing

La 003, modèle avec lequel Jackie Stewart remporta le championnat du monde de Formule 1 en 1971 Tyrrell Racing (ou Tyrrell Racing Organisation) est une ancienne écurie de sport automobile, fondée en 1960. Présente en Formule 1 de 1968 (d'abord avec Matra, puis à partir de 1970 en tant que constructeur) à 1998, elle a connu son heure de gloire avec les trois titres mondiaux de Jackie Stewart.

Historique

Origines et débuts

L'écurie Tyrrell a été fondée par Ken Tyrrell, un pilote de niveau modeste des années 1950. Comprenant rapidement qu'il est plus doué pour organiser une équipe de course que pour tenir un volant, il fonde en 1960 la Tyrrell Racing Organisation. Engagée dans les championnats de Formule Junior puis de Formule 3, la TRO permet en 1964 à Jackie Stewart de devenir champion de Grande-Bretagne de F3 au volant d'une Cooper. L'écurie passe, en 1965, au championnat d'Europe de Formule 2. C'est là que Ken Tyrrell se lie avec les dirigeants de Matra. À partir de 1966, Tyrrell engage des Matra F2, et décroche le titre en 1967 avec le pilote belge Jacky Ickx. Naturellement, l'association Matra-Tyrrell se poursuit en 1968 lorsque les deux firmes décident de s'attaquer au championnat du monde de Formule 1. L'écurie Tyrrell prend alors le nom de Matra International, afin de la différencier de l'équipe officielle Matra basée en France. Dès 1968, la Matra-Ford pilotée par Stewart s'affirme comme l'une des meilleures voitures du plateau. Le pilote écossais termine la saison vice-champion derrière Graham Hill sur Lotus. Stewart et Tyrrell prennent leur revanche l'année suivante : Stewart remporte le titre mondial des pilotes tandis que Matra décroche celui des constructeurs. À noter qu'en cette année 1969, Matra avait décidé de mettre en sommeil son équipe officielle et de concentrer tous ses efforts sur l'équipe Tyrrell (ou Matra International pour respecter la terminologie exacte). Pourtant, cette saison 1969 couronnée de succès sonne le glas de l'association Matra-Tyrrell. Matra, pour la saison 1970, exige en effet de Tyrrell qu'il troque son moteur V8 Ford-Cosworth pour le V12 Matra. Peu convaincus par le potentiel du moteur français après des essais réalisés en fin de saison, Tyrrell et Stewart décident donc de quitter le giron Matra et se tournent in-extremis vers le nouveau constructeur March. Malgré une victoire de Stewart en début de saison, Tyrrell est rapidement convaincu des faiblesses de ce châssis. Aussi prend-il la décision, au printemps 1970, de devenir constructeur à part entière et de concevoir sa propre Formule 1. La Tyrrell 001, première voiture de la marque, effectue ses débuts fin 1970 et signe d'emblée des performances encourageantes.

Les grandes années Tyrrell

La 006 (1972-1974) de Jackie Stewart La 007 (1974-1976) de Jody Scheckter L'équipe Tyrrell concrétise les prometteuses performances de sa nouvelle voiture dès la saison 1971. Dominateur, Jackie Stewart remporte son deuxième titre mondial. C'est également le deuxième titre de l'écurie Tyrrell, mais le premier en tant que constructeur. Le triomphe de Tyrrell est complété par la première victoire en Grand Prix du jeune pilote français François Cevert, à l'origine imposé par Elf, principal sponsor de l'écurie, mais qui par son charme et son talent est rapidement devenu la coqueluche de l'équipe et surtout le solide lieutenant de son chef de file Jackie Stewart. Après une saison 1972 en léger recul (avec tout de même 4 victoires pour Stewart, et la place de vice-champion du monde), Tyrrell retrouve toute sa superbe en 1973, avec une implacable domination du pilote britannique, qui décroche son troisième titre mondial. Mais le succès est terni en fin d'année par l'accident mortel de Cevert, à Watkins Glen, le circuit de son premier succès en F1. Cevert était appelé à devenir le nouveau leader de l'équipe, Stewart ayant averti Tyrrell en cours d'année de sa décision de mettre un terme à sa carrière. En 1974, avec un inédit duo de pilotes inexpérimentés composé du bouillant Sud-Africain Jody Scheckter et du Français Patrick Depailler, l'écurie Tyrrell réalise une saison au-delà de toutes les espérances puisque Scheckter remporte deux victoires et termine à la troisième place finale du classement général, après avoir longtemps fait figure de champion du monde potentiel. Mais la saison 1975 est plus délicate, malgré une nouvelle victoire de Scheckter.

6 roues, déclin et tricherie

Jody Scheckter au volant de la Tyrrell-Ford P34 en 1976 Désormais dépassée par les écuries McLaren, Brabham et Ferrari, l'équipe Tyrrell tente de redorer son blason en proposant une solution technique absolument révolutionnaire. Début 1976, l'équipe Tyrrell présente ainsi la Tyrrell P34, dont la caractéristique principale est de posséder 6 roues (2 roues classiques à l'arrière, et 4 roulettes à l'avant), afin de lui garantir en théorie une adhérence supérieure à la concurrence. Malgré des résultats honorables au cours de ses deux saisons d'activité (1976 et 1977), la "6 roues" ne sera pourtant jamais l'arme absolue tant espérée par son créateur Derek Gardner. En 1976, la P34 signe un sensationnel doublé (Scheckter devant Depailler) au GP de Suède, mais en 1977, les performances sont en chute libre. Goodyear refusant de continuer à concevoir des pneus spécialement pour Tyrrell (les 4 roues avant de la P34 sont plus petites que celles de la concurrence) l'écurie décide de stopper le projet. La 008 de 1978 La 011 de 1983 En 1978, Tyrrell renoue avec le succès grâce à la victoire de Depailler au GP de Monaco. Mais cette performance ne suffit pas à dissimuler le déclin de l'équipe, qui bénéficie d'un budget de plus en plus étriqué et qui n'est pas en mesure de suivre les révolutions techniques de l'effet de sol à partir de 1978, et de la motorisation turbo à partir du début des années 1980. Après des saisons 1979, 1980 et 1981 anonymes, Tyrrell retrouve des couleurs avec le jeune italien Michele Alboreto. Handicapé la majeure partie de l'année par la faible puissance de son V8 Ford-Cosworth atmosphérique, l'Italien met à profit l'agilité de son moteur sur les sinueux tracés urbains. Il s'impose ainsi dans les rues de Las Vegas en 1982 et dans celles de Detroit en 1983. Il s'agit des dernières victoires de Tyrrell en Formule 1.

L'Affaire Tyrell

En 1984, devenue la seule équipe motorisée par un bloc atmosphérique, Tyrrell entend bien rééditer ses coups d'éclat de 1982 et 1983. Pour cela, et en l'absence d'Alboreto parti chez Ferrari, elle peut compter sur les prometteurs débutants Stefan Bellof et Martin Brundle. À défaut de victoire, le podium de Bellof à Monaco ainsi que la deuxième place de Brundle à Detroit concrétisent en partie les espoirs de l'équipe. Mais à la mi-saison, convaincue de tricherie, Tyrrell est exclue du championnat du monde, et ses résultats du début d'année annulés : Tyrrell faisait partir ses voitures en-dessous du poids légal, puis les lestait en fin de course avec des billes de plomb injectées dans le réservoir lors d'un simulacre de ravitaillement en eau du système de freinage, les monoplaces passaient ainsi avec succès le contrôle technique d'après course. Il faut noter qu'à l'époques les ravaitaillements en essence étaient interdit, d'ou l'intrigue des commissaires du GP des USA (ou les Tyrell atmos furent aussi performantes que des bolides turbo-motorisés), Henri Mosson et Gabriele Cadringher, qui firent entièrement démonter les Tyrell à la fin dudit GP, et qui inspectèrent les fameux réservoir "à eau". C'est lors de ce contrôle que fut mis à bas la supercherie, qui engendra l'exclusion de l'écurie Tyrell du Championnat de F1 1984 et l'annulation de ses résultats, malgré une procédure en appel de Ken Tyrell.

La fin de Tyrrell Racing

De retour sur les grilles en 1986, bien que disposant d'une fourniture moteur par Renault (de mi-1985 à fin 1986) Tyrrell ne retrouvera jamais les sommets, malgré quelques coups d'éclat ponctuels. À la fin des années 1980, l'arrivée de l'expérimenté et brillant ingénieur gallois Harvey Postlethwaite permet à l'équipe de redorer son blason, malgré un criant manque de moyens financiers. Signe du déclin de l'équipe, Ken Tyrrell est obligé de faire appel à des pilotes payants. Cette politique n'exclut pas la possibilité de dénicher la perle rare, comme Jean Alesi au cours de la saison 1989. Ce dernier réalise une brillante saison 1990, avec deux deuxièmes places à Phoenix (sur la Tyrrell 018) et à Monaco au volant de la nouvelle Tyrrell 019. Cette monoplace, conçue par Harvey Postlethwaite et l'aérodynamicien français Jean-Claude Migeot se distingue par une aérodynamique très travaillée, et notamment un museau surélevé qui lancera une mode dont s'inspirent encore les F1 aujourd'hui. Avec l'appui de Honda, Tyrrell semble en mesure de confirmer son redressement en 1991, mais ce retour en forme ne durera pas. Bien que Stefano Modena signe de bons résultats (podium au Canada, qualification en première ligne à Monaco), le budget trop étriqué continue de se faire ressentir douloureusement et les voitures retombent rapidement en fond de grille. En 1994, Mark Blundell décroche le dernier podium de l'écurie et en 1997, Mika Salo, les derniers points. Après avoir rejeté plusieurs offres (courant 1997, on a notamment parlé d'un possible rachat par l'ancien pilote japonais Satoru Nakajima, promu un temps au poste de directeur sportif), Ken Tyrrell accepte finalement en décembre 1997 de vendre l'écurie au groupe British American Tobacco et abandonne la direction de l'écurie à l'homme d'affaires Craig Pollock (alors surtout connu pour être le manager de Jacques Villeneuve). Après une ultime saison sous le nom Tyrrell, l'équipe disparait fin 1998 pour céder la place à la nouvelle écurie British American Racing.

Motoristes en F1

- Ford-Cosworth: 1970 à 1985, 1987 à 1990, puis 1997 et 1998
- Renault: 1985 et 1986
- Honda: 1991
- Ilmor: 1992
- Yamaha: 1993 à 1996

Principaux pilotes

- Jackie Stewart: 1970 à 1973
- François Cevert: 1970 à 1973
- Patrick Depailler: 1972 et 1974 à 1978
- Jody Scheckter: 1974 à 1976
- Ronnie Peterson: 1977
- Didier Pironi: 1978 et 1979
- Jean Pierre Jarier: 1979 et 1980
- Michele Alboreto: 1981 à 1983 et 1989
- Stefan Bellof: 1984 et 1985
- Martin Brundle: 1984 à 1986
- Jean Alesi: 1989 et 1990
- Stefano Modena: 1991
- Mika Salo: 1995 à 1997

Statistiques

(en tant que constructeur) :
- 430 Grand Prix,
- 29 saisons en F1,
- 47 pilotes,
- 23 victoires,
- 14 pole positions,
- 20 records du tour,
- 77 podiums,
- 2 titres de champion du monde des pilotes,
- 1 titre de champion du monde des constructeurs de F1 en 1971.

Voir aussi

- British American Racing
- Honda F1 Team ==
Sujets connexes
British American Racing   British American Tobacco   Championnat du monde de Formule 1 1971   Championnat du monde de Formule 1 1972   Championnat du monde de Formule 1 1973   Championnat du monde de Formule 1 1974   Championnat du monde de Formule 1 1976   Championnat du monde de Formule 1 1977   Championnat du monde de Formule 1 1978   Craig Pollock   Didier Pironi   ELF Aquitaine   Formule 1   Formule 2   Formule 3   François Cevert   Graham Hill   Grand Prix automobile de Las Vegas   Grand Prix automobile des États-Unis Est   Honda   Honda Racing F1 Team   Ilmor   Jackie Stewart   Jacky Ickx   Jacques Villeneuve   Jean Alesi   Jody Scheckter   Ken Tyrrell   Mark Blundell   Martin Brundle   Matra (aéronautique)   Michele Alboreto   Mika Salo   Patrick Depailler   Renault Sport   Ronnie Peterson   Satoru Nakajima   Scuderia Ferrari   Stefan Bellof   Stefano Modena   Tyrrell P34   Yamaha Motor Corporation  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^