Char Schneider CA1

Infos
À la fin de l'année 1914, l'armée française s'est enquise d'un moyen de contrer les mitrailleuses et les barbelés de la guerre de tranchées, qui permettrait en outre un déplacement relativement sûr sur un terrain défoncé par les pilonnages d'artillerie. En janvier 1915, la société Schneider et cie commence des travaux sur un nouvel engin militaire dédié à cette tâche. Inventé par Eugène Brillié, le prototype de ce tank est présenté le 16 juin 1915 devant le Présiden
Char Schneider CA1

À la fin de l'année 1914, l'armée française s'est enquise d'un moyen de contrer les mitrailleuses et les barbelés de la guerre de tranchées, qui permettrait en outre un déplacement relativement sûr sur un terrain défoncé par les pilonnages d'artillerie. En janvier 1915, la société Schneider et cie commence des travaux sur un nouvel engin militaire dédié à cette tâche. Inventé par Eugène Brillié, le prototype de ce tank est présenté le 16 juin 1915 devant le Président de la République française, Raymond Poincaré. La démonstration ayant convaincu celui-ci, dix unités sont commandées. Plus tard, ce nombre augmentera à 400 unités. Le développement d'un premier prototype, le tracteur A, va se faire avec la société Saint Chamond. Mais après des divergences, chaque société va développer son propre engin : le CA1 pour Schneider, et le Char Saint Chamond pour Saint Chamond. Les premiers chars Schneider sont livrés en septembre 1916. Construit pour un équipage d'un conducteur et de cinq servants, le tank était équipé d'un canon de 75mm monté à l'avant droit et de deux mitrailleuses Hotchkiss latérales, protégées par des boucliers hémisphériques. La forme d'étrave de l'avant de l'engin permettait de cisailler les barbelés grâce au rail d'acier qu'il portait, tout autant que d'éviter de se retourner dans un franchissement de tranchée. Le char Schneider combat pour la première fois le 16 avril 1917 à Berry-au-Bac, sur le Chemin des Dames. Il avait de piètres performances et ses faibles capacités de ventilation ainsi que le mauvais champ de vision qu'il offrait à l'équipage le rendaient difficile à utiliser. De plus son blindage latéral trop faible (vulnérable aux balles "K" à noyau d'acier allemandes) et ses réservoirs internes le rendaient très dangereux. Malgré les améliorations entreprises, l'armée française décide d'en abandonner la construction au profit des chars légers Renault FT-17. Des chars Schneider restent pourtant en service jusqu'à l'Armistice, escortant l'infanterie et les FT-17. Le dernier Schneider CA au Musée de Blindés en Saumur Schneider CA1, Char Schneider CA1, Char Schneider CA1 Schneider CA1, Char de:Schneider CA1 en:Schneider CA1 gl:Schneider CA1 it:Schneider CA1 (carro armato) ja:シュナイダーCA1 nl:Schneider (tank) no:Schneider CA1 pl:Schneider C.A.1 sl:Schneider CA1 tr:Schneider CA1
Sujets connexes
Bataille du Chemin des Dames   Berry-au-Bac   Char Renault FT-17   Char Saint Chamond   Eugène Brillié   Hotchkiss   Raymond Poincaré   Saumur  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^