Vincent van Gogh

Infos
Vincent Van Gogh (30 mars 1853 à Groot-Zundert aux Pays-Bas - 29 juillet 1890 à Auvers-sur-Oise) est un peintre et dessinateur néerlandais. Son œuvre, presque inconnue à sa mort, annonce le fauvisme et l'expressionnisme.
Vincent van Gogh

Vincent Van Gogh (30 mars 1853 à Groot-Zundert aux Pays-Bas - 29 juillet 1890 à Auvers-sur-Oise) est un peintre et dessinateur néerlandais. Son œuvre, presque inconnue à sa mort, annonce le fauvisme et l'expressionnisme.

Biographie

Sa jeunesse (1853-1869)

Maison natale de Vincent van Gogh, dans le presbytère de Groot-Zundert, aux Pays-Bas Théo, Elisabetha Huberta, Willemina Jacoba et Cornelius Vincent Vincent van Gogh est le fils d'un pasteur calviniste, il naît le 30 mars 1853 à Groot-Zundert, un petit village néerlandais dans l'ouest du Brabant-Septentrional.Sa mère, Anna-Cornélia Carbentus, est la fille d'un relieur de la cour. La famille Van Gogh est d'ancienne bourgeoisie, déjà notable au et . Vincent est l'aîné de six enfants.Il naît un an, jour pour jour, après le décès de son frère aîné qui est mort-né; par tradition familiale, il porte le même prénom que son défunt frère. Il resta jusqu’à la mort un tourmenté, un isolé, un incompris et sa vie fut un échec total sur les plans de l’amour, de la famille et des contacts humains. Seul son frère Théo de quatre ans son cadet, l’aida moralement et financièrement sans jamais se lasser et lui permit ainsi d’accomplir son œuvre. Les 652 lettres que Vincent lui écrivit en font foi. Quatre ans après la naissance de Van Gogh, son frère Théodore (Théo) naît le 1857. Il avait également un autre frère appelé Cor et trois sœurs, Elisabeth, Anna et Wil. Vincent van Gogh était un enfant sérieux, silencieux et pensif. En 1860, il va à l'école dans le village de Zundert où le seul professeur était catholique. À partir de 1861, van Gogh et sa sœur Anna suivent leur enseignement auprès d'une institutrice qui leurs donne des cours à la maison jusqu'au 1864, date à laquelle il part pour l'internat de Jan Provily à Zevenbergen, une ville rattaché à la commune de Moerdijk. L'internat étant situé à une trentaine de kilomètres de la maison familiale, van Gogh vit assez mal cette séparation avec sa famille. Le 15 septembre 1866, il entre au collège Willem II à Tilburg mais en mars 1866, il quitte abruptement l'école et retourne à la maison. À propos de ses premières années, van Gogh a dit : « ma jeunesse était sombre, froide et stérile... »

Marchand d'art et prédicateur (1869-1878)

Vincent van Gogh (vers 1876)Photographie de photographe inconnu En juillet 1869, à l'âge de quinze ans, il obtient un poste auprès du marchand d'art Goupil & Cie à la Haye grâce à son oncle Vincent ("cent") qui avait fait de bonnes affaires pour cette galerie d'art. Après sa formation, en juin 1873, Adolphe Goupil l'envoie dans l'une des succursales à Londres où il est logé dans le quartier de Brixton. C'était une période heureuse pour van Gogh : il réussissait dans son travail et, à l'âge de 20 ans, gagnait déjà plus que son pèreL'épouse de Théo fera remarquer plus tard que c'était l'année la plus heureuse de la vie de Vincent. Wilkie, pages 34-36. Il tombe amoureux de la fille de son propriétaire, Eugénie Loyer mais, lorsqu'il lui a finalement révélé ses sentiments, elle l'a rejeté expliquant qu'elle était déjà secrètement engagée avec le locataire précédent. Van Gogh est devenu de plus en plus isolé et, dans le même temps, il a développé un fervent intérêt pour la religion. Son père et son oncle l'ont envoyé à Paris où il été choqué de la façon dont l'art était traité comme un produit et une marchandise, et il l'a dénoncé à certains clients. C'est alors que, le 1876, il est licencié. Il se sent alors appelé par une vocation spirituelle et religieuse. Il revient en Angleterre où, pendant quelque temps, il travaille bénévolement, d'abord comme professeur suppléant dans un petit internat donnant sur le port de RamsgateIl a d'ailleurs fait quelques croquis de la ville. L'école devant par la suite déménager à Isleworth dans le Middlesex, van Gogh décide de s'y rendre. Le déménagement n'aura finalement pas lieu mais van Gogh est resté sur place et est devenu proche des méthodistes en voulant "prêcher l'Évangile partout". A Noël, cette même année 1876, il retourne chez ses parents et il travaille alors dans une librairie de Dordrecht pendant six mois. Toutefois, il n'était pas heureux a ce nouveau poste et il a passé la majeure partie de son temps dans l'arrière boutique du magasin à dessiner ou traduire des passages de la Bible en anglais, français et allemand. Son compagnon de chambre de l'époque, un jeune professeur appelé Görlitz, a expliqué plus tard que van Gogh mangeait avec parcimonie, préférant ne pas manger de viande."Il ne mangeait pas de viande, seulement un petit morceau le dimanche, et seulement après que notre propriétaire ait longuement insisté. Quatre pommes de terre avec un soupçon de sauce et une bouchée de légumes constituait son dinner" — extrait d'une lettre adressé à Frederik van Eeden lorsqu'il préparait un article sur van Gogh, cité dans Van Gogh : Un art de l'auto-portrait ; Lettres révélant sa vie de peintre, , W. H. Auden, société graphique de New York, Greenwich, pages 37-39. Le soutenant dans son désir de devenir pasteur, sa famille l'envoie à Amsterdam en mai 1877 où il vit avec son oncle Jan van Gogh, un amiral de la marine. Van Gogh se prépare pour l'université et étudie la théologie avec son oncle Johannes Stricker, un théologien respecté qui a publié la première "vie de Jésus" disponible aux Pays Bas. Toutefois, van Gogh échoue à ses examen et il quitte alors la maison de son oncle Jan en juillet 1878. Il suit ensuite des cours pendant trois mois dans l'école protestante de Laeken, près de Bruxelles, mais il échoue à nouveau et abandonne alors ses études pour devenir un prédicateur laïc.

Borinage et Bruxelles (1879-1880)

Maison dans laquelle séjourna Van Gogh à Cuesmes, Belgique Fin 1878, van Gogh obtient une mission d'évangéliste en Belgique, auprès des mineurs du Borinage, dans la région de Mons. Il y devient un prédicateur solidaire des luttes contre le patronat. Sa traversée du Borinage commença à Pâturages, en 1878. Il y est accueilli par un pasteur qui l'installe chez un colporteur au n° 39 de la rue de l'Église. Il part ensuite pour Wasmes, dans une maison que très vite, il jugera trop luxueuse et qu'il ne tardera pas à quitter pour une cabane. Poussant le christianisme à sa conclusion logique, van Gogh choisi de vivre comme ceux auprès desquels il prêche, partageant leurs difficultés jusqu'à dormir sur la paille dans une petite hutte au fond de la maison du boulanger chez lequel il réside. Il consacre tout aux mineurs et à leur famille. Il va même jusqu'à descendre à 700 mètres dans les fosses. Lors d'un coup de grisou, il sauve un mineur. Mais ses activités ne tardent pas à être désapprouvées, on n'accepte pas sa fonction de « prêtre ouvrier » et cela le choque. Accusé d'être un meneur, Vincent Van Gogh échoue mais il gardera l'image de la misère humaine et une partie de son œuvre montre la condition des plus humbles. Il se rend alors à Bruxelles puis revient brièvement au Borinage à Cuesmes, où il s'installe dans la maison située au n° 3 de la rue du Pavillon. Toutefois, sous la pression de ses parents, il revient dans leur maison d'Etten. Il y reste jusqu'en mars 1880 au grand dam de ses parents qui sont de plus en plus préoccupé à son égard. Il y avait un conflit considérable entre Vincent et son père, ce dernier allant jusqu'à se renseigner pour faire admettre son fils à l'asile de Geel. Van Gogh se sauve alors de nouveau à Cuesmes où il loge avec un mineur se nommant Charles Decrucq, avec lequel il reste jusqu'en octobre 1880. Il s'intéresse de plus en plus aux personnes l'entourant et aux scènes quotidiennes, qu'il commence à représenter dans des croquis A partir de 1880, van Gogh a suivi la suggestion de son frère Théo et prend l'art au sérieux. À l'automne 1880, il se rend à Bruxelles, entendant suivre les recommandations de Théo qui l'avait inciter à étudier la peinture avec l'artiste hollandais Willem Roelofs qui réussi à persuader van Gogh, malgré son aversion pour les écoles d'art formelles, de s'inscrire à l'Académie Royal d'Art. Il y a non seulement étudié l'anatomie, mais aussi les règles de la composition et de la perspective.

Le peintre

1880 - 1885 : aux Pays-Bas

Vue de l'atelier à La Haye, aquarelle Van Gogh commence son apprentissage en copiant des lithographies et des gravures sur bois en s’inspirant des œuvres de Millet, artiste pour lequel il conserva jusqu’à la fin une véritable vénération. Il est soutenu matériellement par Théo, alors employé de Goupil à Bruxelles puis, à partir de 1873 à La Haye. En 1881, à Etten, où ses parents résident, il dessine des portraits, des sujets paysans d’après nature mais surtout des paysages d’une grande richesse calligraphique et dignes de la tradition extrême-orientale. Il étudie le dessin à Anvers et commence la peinture à l'huile, en 1882. En conflit familial avec son père qui finit par le chasser de sa maison, et victime d’un second échec sentimental, Vincent s’installe un temps à La Haye. Il y reçoit des leçons de peinture de son cousin Anton Mauve et pratique alors essentiellement l’aquarelle et étudie la perspective. Les vingt mois qu'il passe à La Haye (entre 1882 et 1883) semblent décisifs pour l’artiste, où il réalise sa volonté de rompre avec les conventions morales de son milieu social, et son impossibilité de mener une existence normale. De nombreuses lectures, Honoré de Balzac, Victor Hugo, Émile Zola ou encore Charles Dickens, viennent enrichir sa vision du monde, et le renforcent dans ses convictions sociales. De septembre à décembre 1883, Vincent séjourne en solitaire dans la province de Drenthe, au nord des Pays-Bas, où il s'acharne à travailler pour accomplir sa destinée de peintre. C'est l'unique remède qu’il trouve à un profond sentiment de détresse. Au terme de cette nouvelle expérience, il décide de rejoindre sa famille installée depuis peu à Nuenen, dans le Brabant-Septentrional, dans le presbytère paternel. Les Mangeurs de pommes de terre (1885) C'est dans ce petit village du Brabant que le talent de Van Gogh va définitivement se révéler, de puissantes études de paysans au travail à la pierre noire, mais également quelque deux cents tableaux à la palette sombre, et aux coups de brosse expressifs, viennent alors confirmer son talent de dessinateur et de peintre, et aboutissent aux Mangeurs de pommes de terre, œuvre majeure qui révèle sa sensibilité inquiète et véhémente. Techniquement son œuvre présente encore bien des maladresses, néanmoins la période de Nuenen est rachetée par une inspiration sincère et sa volonté d'un témoignage humain exemplaire, révélateurs des idéaux de Van Gogh et de sa problématique intérieure. À cette même époque, Zola était critique d'art et Joris-Karl Huysmans se rêvait peintre. À Anvers de nouveau (de novembre 1885 à février 1886), il est impressionné par les Rubens et à la révélation des estampes japonaises, qu’il commence à collectionner dans cette ville. C’est aussi dans la capitale flamande que l'artiste inaugure sa fameuse série d’autoportraits, sur le registre de l’humour macabre.

1886 - 1888 : à Paris

Asnières (1887) Seule la connaissance du milieu artistique parisien pouvait véritablement permettre à van Gogh de renouveler et d'enrichir sa vision, ce qui motive son installation à Paris en 1886. Cette année là est celle de la dernière exposition impressionniste, et en 1887 devait avoir lieu la première rétrospective de l’œuvre de Millet. Il s'installe à proximité de son frère Théo qui dirige la succursale parisienne de Goupil depuis 1880. À Paris dans les années 1886 - 1887, il fréquente un moment l’académie du peintre Cormon, où il fait la connaissance de Henri de Toulouse-Lautrec, de Louis Anquetin et d’Émile Bernard. Il rencontre également, par l’intermédiaire de son frère, presque tous les impressionnistes, en particulier Georges Seurat et Camille Pissarro, ainsi que Paul Gauguin. Dans la boutique du Père Tanguy, il devient l'ami de Paul Signac. Sous l’influence des estampes japonaises, ses compositions acquièrent peu à peu davantage de liberté et d’aisance, tandis qu’il s’essaie à la technique de l’aplat coloré. Pissarro l’initie également aux théories nouvelles sur la lumière et au traitement divisionniste des tons. La palette de l'artiste s’enrichit alors de couleurs vives et sa touche s’anime et se fragmente, ceci grâce également à Signac avec qui il travaille en 1887. C'est une période très fertile où son art s'oriente vers l'impressionnisme mais l'absinthe et la fatigue aggravent son état mental.

1888 - 1889 : à Arles

Arles - La chambre de Van Gogh à Arles (Trois versions de ce tableau - 1888, 1889) Le 2 février 1888, il s'installe à Arles Il s'installe initialement dans la vieille ville à l'intérieur des remparts, puis en septembre 1888, au nord de la place Lamartine, dans la Maison Jaune sur les conseils de Toulouse-Lautrec qui lui parle de la luminosité des paysages méridionaux. Van Gogh commençe en effet à prendre ses distances vis-à-vis de l'impressionnisme, trop allusif à son goût, pour retrouver l’unité structurelle de l’image et se concentrer sur l'expression et le symbolisme de la forme et de la couleur. Le prochain mariage de son frère Théo, qu'il ressent comme un abandon, semble bien être néanmoins une des raisons profondes qui décide Van Gogh à quitter Paris. Bien qu'il arrive dans la cité avec un temps de neige, une nouvelle page de son œuvre va s'ouvrir avec la découverte de la lumière provençale. Il parcourt à pied la région et peint des paysages, des scènes de moissons et des portraits. Au début du mois de juin 1888, ayant reçu un billet de cent francs de son frère Théodore, il se rend en diligence aux Saintes-Maries-de-la-Mer pour un court séjour de cinq jours. Il y peint la fameuse barque « Amitié » et le village regroupé autour de l'église forteresse. Arles - Les Tournesols (Arles - 1888, juin) Portrait du Dr Rey (Arles - 1889, janvier) Parallèlement, Vincent qui habite la « maison jaune », rêve d'une communauté d'artistes unissant fraternellement leurs expériences et leurs recherches : Paul Gauguin vient le rejoindre dans ce but en octobre 1888 et ils commencent à travailler ensemble comme par exemple sur la série de tableaux consacrés aux Alyscamps. Mais les deux hommes s'entendent mal : la tension et l’exaltation permanentes qu’impliquent leur démarche créatrice et une telle urgence de peindre débouchent sur une crise : le 24 décembre 1888, à la suite d'une dispute plus violente que les autres, Van Gogh, en proie au délire tente de tuer son compagnon, puis, pour s’auto-punir, se mutile l'oreille gauche avant d'aller l'offrir à une prostituée (décembre 1888). Il est soigné par le docteur Rey dont il peint à cette époque le portrait. En mars 1889, après une période de répit pendant laquelle il peint entre autres l’Autoportrait à l'oreille bandée (janv. 1889), une pétition des habitants d’Arles entraîne son internement à l’Hôtel-Dieu.

1889 - 1890 : à Saint-Rémy-de-Provence

Nuit étoilée (Saint-Rémy-de-Provence - 1889) Le 8 mai 1889, hanté par l’idée du suicide mais pleinement conscient du mal qui le ronge, il quitte Arles, ayant décidé de lui-même d'entrer dans un asile près de Saint-Rémy-de-Provence où il reste une année. Son état varie de la dépression profonde aux phases de rémission et d’activité intense, qui entraînent de nouvelles modifications de son style : le graphisme et la touche dont les traits discontinus et sinueux donnent aux champs de blé, aux oliviers et à la voûte céleste des Alpilles et des Baux-de-Provence les mouvements mêmes de sa pathologie. Van Gogh commence également à sortir de son anonymat : en janvier 1890 un article d’Albert Aurier dans le Mercure de France, souligne pour la première fois l’importance de ses recherches. Un mois plus tard, le peintre Anna Boch acquiert l’un de ses tableaux, La vigne rouge, exposé au Salon des XX à Bruxelles, pour la somme de quatre-cents francs.

1890 : à Auvers-sur-Oise

L'église d'Auvers-sur-Oise, 1890, Musée d'Orsay En mai 1890, l'artiste quitte le Midi et rejoint son frère Théo à Paris qui l'installe à Auvers-sur-Oise dans la modeste auberge Ravoux où il loue une petite chambre d'une grande sobriété, sous la surveillance du docteur Paul Gachet, ami de Paul Cézanne et des peintres impressionnistes, et lui-même peintre amateur. Sa touche demeure mouvementée et fébrile, mais son coloris acquiert, sous la lumière d’Île-de-France, un regain de vivacité et de fraîcheur. Dans ce calme village du Vexin français, proche de la capitale, son activité artistique est intense, il produit pendant deux mois plus de soixante-dix tableaux. Cependant le répit est de courte durée : lorsque Théo lui fait part de son désir de retourner en Hollande, Vincent se sent de nouveau abandonné. Le 27 juillet 1890, dans un champ où il peignait une ultime toile, il se tire un coup de revolver dans la poitrine. Ramené mourant à l'auberge Ravoux, il meurt deux jours plus tard, soutenu par son frère Théo et toujours inconnu du grand public. « Mon travail à moi, j'y risque ma vie, et ma raison y a sombré à moitié… » lit-on dans la dernière lettre (652F) à destination de son frère que Vincent portait sur lui le 29 juillet fatal. Le symbolisme, quant à lui, recherchait dans le pouvoir du verbe « l'essence de la poésie c'est-à-dire la poésie pure, celle qui dira comment sont faits l'esprit et le monde en lui révélant la structure idéale de l'univers. (...) le Symbolisme invite la poésie à rejoindre la mystique. » (G. Michaud, Message poétique du Symbolisme, Nizet, 1947). La quête de Van Gogh est identique, comme il l'écrit à son frère Théo : :Et dans un tableau je voudrais dire quelque chose de consolant comme une musique. Je voudrais peindre des hommes ou des femmes avec ce je ne sais quoi d'éternel, dont autrefois le nimbe était le symbole, et que nous cherchons par le rayonnement même, par la vibration de nos colorations. Vincent Van Gogh emprunte et prépare ainsi tous les sentiers de l'art moderne, de l'impressionnisme à l'expressionnisme. Ce peintre mort le 29 juillet 1890 dans le dénuement n'a vendu qu'une seule toile ; aujourd'hui ses tableaux sont parmi les plus chers du monde.

Ses problèmes de santé

Les tombes de Vincent et Théo van Gogh dans le cimetière d'Auvers-sur-Oise Van Gogh s'est coupé le lobe de l'oreille gauche pendant une crise de délire, le 24 décembre 1888. À plusieurs reprises, il a connu de réels problèmes mentaux, en particulier dans les dernières années de sa vie. Au cours de ses périodes de maladie, il ne peignait pas ou, tout au moins, n'était pas autorisé à le faire. Au fil des ans, il a beaucoup été question de l'origine de la maladie mentale de Van Gogh et de ses répercussions sur son travail. Plus de 150 psychiatres ont tenté d'identifier sa maladie, et quelques 30 diagnostics différents ont été suggérés.Dietrich Blumer (2002)"La maladie de Vincent van Gogh" American Journal of Psychiatry Parmi les diagnostics qui ont été avancées on trouve la schizophrénie, le trouble bipolaire, la syphilis, l'intoxication par ingestion de peintures, l'épilepsie du lobe temporal et la porphyrie aiguë intermittente. Chacune de ces maladies pourrait être responsable de ses troubles et aurait été aggravée par la malnutrition, le surmenage, l'insomnie, et un penchant pour l'alcool, en particulier l'absinthe. Certaines théories médicales ont même suggéré que le goût de Van Gogh pour l'utilisation de la couleur jaune pourrait être liée à son amour de l'absinthe. En effet, cet alcool contient une neurotoxine appelée Thujone qui, à forte dose, peut causer la Xanthopsie, c'est-à-dire un trouble de la vision amenant à voir les objets en jaune. Toutefois, une étude réalisée en 1991, a mis en évidence qu'un consommateur d'absinthe tomberait inconscient en raison de la teneur en alcool avant d'avoir pu ingérer suffisamment de Thujone. Une autre théorie suggère que le docteur Gachet aurait prescrit de la digitaline à Van Gogh pour traiter l'épilepsie, substance qui pourrait entraîner une vision teintée de jaune et des changements dans la perception de la couleur d'ensemble. Toutefois, il n'existe aucune preuve directe que Van Gogh ait pris de la digitaline, même si l'on remarque sur le tableau portrait du Dr Gachet avec branche de digitale la présence de quelques tiges de digitale pourpre, plante à partir de laquelle la digitaline est fabriquée.Paul Wolf (Novembre 2001). "Créativité et maladie chronique de Vincent van Gogh (1853-1890)". Western Journal of Medicine. Réédité le 7 octobre 2007. Il a récemment été avancé que la maladie de Van Gogh serait liée à une intoxication par le plomb car il utilisait des peintures à base de plomb et parce que l'un des symptômes de l'intoxication par le plomb est un gonflement de la rétine qui peut conduire à l'apparition d'un effet de Halo qui apparait d'ailleurs dans plusieurs tableaux de Van Gogh.King Rosss, "The Judgment of Paris : The Revolutionary Decade that Gave the World Impressionism", New York: Waller & Company, 2006 ISBN 0-8027-1466-8. voir page 61.

Son œuvre

Le "style" de van Gogh

Van Gogh a dessiné et a peint des aquarelles alors qu'il allait à l'école, mais très peu de ces travaux ont survécu. En 1880, devenu adulte, il s'est consacré à l'art et il a commencé au niveau élémentaire en copiant le Cours de dessin de Charles Bargue. Durant ses deux premières années, il a cherché des commandes et au printemps 1882, son oncle, Cornelis Marinus (propriétaire d'une galerie d'art contemporain renommée à Amsterdam) lui a demandé de fournir des dessins de La Haye. Le travail de Van Gogh ne s'est pas avéré à la hauteur des espérances de son oncle, mais celui-ci lui a tout de même offert une deuxième commande. Bien qu'il lui ait décrit en détail ce qu'il attendait de lui, il a de nouveau été déçu par le résultat. La douleur, un dessin réalisé par Van Gogh en 1882. Néanmoins, Van Gogh a persévéré dans son travail. Il a amélioré l'éclairage de son atelier en installant des obturateurs variables et il a fait de nombreuses expériences de dessin avec une grande variété de matériaux. Pendant plus d'une année il a travaillé sur des figures simples, en réalisant notamment des études en « noir et blanc », travail qui ne lui a alors apporté que des critiques même si, aujourd'hui, ces études sont considérées comme ses premiers chefs-d'œuvre. À partir du printemps 1883, il s'est intéressé à des compositions plus élaborées, basées sur le dessin. Très peu de ces dessins ont survécu car, lorsque son frère lui a dit qu'ils manquaient de nervosité et de fraîcheur, van Gogh les a détruites et s'est tourné vers la peinture à l'huile. La veille tour, de Van Gogh (1884) Van Gogh s'est alors intéressé aux artistes renommés de l'école de La Hague (un groupe d'artiste qui, entre 1860 et 1890, était fortement influencé par la peinture réaliste de l'École de Barbizon) comme Johan Hendrik Weissenbruch ou Bernard Blommers qui lui ont apporté un soutien technique, mais aussi à des peintres comme Théophile de Bock et Herman Johannes van der Weele. Lorsqu'il s'est rendu à Nuenen, après un intermède à Drenthe, il a commencé à réaliser diverses peintures de grande taille qu'il a pour la plupart détruites. Les Mangeurs de pommes de terre, la vieille tour du cimetière de Nuenen et le cottage, sont les seuls qui ont survécu. Après une visite au Rijksmuseum d'Amsterdam, van Gogh se rend compte que ses peintures présentent beaucoup de défauts dus à un manque d'expérience et de technique. Il est alors allé à Anvers, et plus tard à Paris pour améliorer ses connaissances techniques. Plus ou moins au fait des techniques et des théories impressionnistes et néo-impressionnistes, van Gogh est allé à Arles développer ces nouvelles possibilités. Toutefois, des idées plus anciennes sur l'art et la peinture sont réapparues, comme faire des séries de tableaux sur des thèmes similaires. Déjà en 1884 alors qu'il était encore à Nuenen, il avait travaillé sur une série de peintures qui devaient décorer la salle à manger d'un de ses amis vivant à Eindhoven. De même, à Arles, au printemps 1888, il a réalisé une série sur les vergers fleurissants dans des triptyques, ainsi qu'une série de portraits comme ceux de la famille Roulin. Enfin, lorsque Paul Gauguin a travaillé et habité à Arles côte à côte avec van Gogh, ce dernier a commencé à travailler sur la décoration de la Maison Jaune, probablement l'effort le plus ambitieux qu'il ait jamais entrepris. Les peintures de la période où il a vécu à Saint-Rémy de Provence sont souvent caractérisées par des remous et des spirales. À diverses périodes de sa vie, Van Gogh a également peint ce qu'il voyait de sa fenêtre, notamment à la fin de sa vie avec une grande série de peintures de champs de blé qu'il pouvait admirer de la chambre qu'il occupait à l'asile de Saint-Rémy.

Liste de ses principaux tableaux

Arles - Terrasse du café le soir, place du Forum (1888, septembre) Arles - Nuit étoilée sur le Rhône (1888, septembre) Auvers-sur-Oise - Champ de blé aux corbeaux (1890, juillet)
- 1882 : La plage de Schéveningue
- 1885 : Les mangeurs de pommes de terre
- 1887 : Restaurant de la Sirène à Asnières
- 1887 : Deux tournesols coupés
- 1887 : Quatre tournesols coupés
- 1887 : Autoportrait en bonze
- 1888 : Terrasse du café le soir, Place du forum, Arles
- 1888 : L'entrée du jardin public à Arles
- 1888 : Le Pont Langlois
- 1888 : Quatorze tournesols dans un vase
- 1888 : La plaine de la Crau avec la ruine de Montmajour
- 1888 : La mousmé dans le fauteuil
- 1888 : Le café de nuit, Place Lamartine, Arles
- 1888 : Le vieux moulin
- 1888 : Jardin public à Arles le jardin du poète
- 1888 :
Portrait de Joseph Roulin assis
- 1888 : La vigne rouge
- 1888 : Portrait d'Eugène Boch
- 1888 : Portrait de Paul-Eugène Milliet
- 1888 : Les rochers avec chêne
- 1888 : Autoportrait dédicacé à Paul Gauguin
- 1888 : Le semeur au soleil couchant
- 1888 : La chambre de Van Gogh à Arles
- 1888 : Trois tournesols dans un vase
- 1888 : Vase avec cinq tournesols
- 1888 : Vase avec douze tournesols
- 1888 : Maison Jaune
- 1888 : Nuit étoilée sur le Rhône
- 1889 : La Berceuse (Augustine Roulin)
- 1889 : Joseph-Etienne Roulin
- 1889 : Autoportrait à l'oreille bandée
- 1889 : Couloir de l'hospice St Paul
- 1889 :
Cyprès

- 1889 : Champ aux coquelicots
- 1889 : Le champ de blé vert
- 1889 : Iris
- 1889 : Colline à Saint Remy
- 1889 : Oliviers avec les Alpilles dans le fond
- 1889 : Oliviers avec ciel jaune et soleil
- 1889 : Le surveillant en chef Trabuc de l'Hospice Saint-Paul
- 1889 : Le ravin « Les Peiroulets »
- 1889 : Nuit étoilée (cyprès et village)
- 1889 : Arbres dans le parc de l'hospice St Paul
- 1889 : La chambre de Van Gogh à Arles
- 1889 : Le champ de blé vert avec cyprès
- 1889 : Paysage avec cyprès et arbres en fleurs
- 1889 : Vase avec douze tournesols
- 1889 : Vase avec quinze tournesols
- 1890 : Branches fleuries d'amandier
- 1890 : Les premiers pas (d'après Millet)
- 1890 : L'église d'Auvers-sur-Oise
- 1890 : Portrait du Dr Gachet avec branche de digitale
- 1890 : Route avec cyprès et ciel étoile
- 1890 : L'escalier d'Auvers
- 1890 : Rue d'Auvers
- 1890 : Le cave dans la cave
- 1890 : Portrait d'Adeline Ravoux
- 1890 : Champ de blé aux corbeaux
- 1890 : La Sieste
-Voir aussi : les autoportaits de van Gogh Très productif, Van Gogh n'a jamais hésité à reproduire des œuvres d'artistes majeurs, quitte à se les réapproprier : Jean-François Millet (La Nuit, Premiers pas...), Eugène Delacroix (La Pietà), Rembrandt (Résurrection de Lazare).

Galerie

Image:Vincent Willem van Gogh 042.jpg|Barques des Saintes-Maries-de-la-Mer (1888, juin) Image:Van Gogh Yellow House.jpg|Arles - La Maison Jaune (1888, septembre) Image:Paul Signac Maison de Van Gogh Arles 1933.jpg|Arles - La Maison Jaune où résida van Gogh en 1888-1889, peinte par Paul Signac en 1933 Image:VanGogh-starry night.jpg |Saint-Rémy - la nuit étoilée, une toile pré-expressionniste - (1889, septembre) Image:Vincent Willem van Gogh 076.jpg|Le café de nuit, Place Lamartine, Arles (1888) Image:Vincent Willem van Gogh 059.jpg|L'Arlésienne (1888) Image:Vincent Willem van Gogh 030.jpg|Arles - Le pont de Trinquetaille (1888) Image:Van Gogh Entrance to the Public Park in Arles.jpg|Arles - L'entrée du jardin d'été (1888) Image:Vincent van Gogh (1853-1890) - The Old Mill (1888).jpg|Arles - Le vieux moulin (1888) Image:VanGogh-Irises 2.jpg|Saint-Remy - Les iris (1889, mai) Image:VanGogh-Irises 1.jpg|Saint-Remy - Les iris (1889, mai) Image:Vincent van Gogh (1853-1890) - The Olive Trees (1889).jpg|Oliviers (1889) Image:VanGogh-still-life-four sunflowers.jpg|Quatre tournesols coupés Image:Vincent Willem van Gogh 089.jpg|Portrait de Joseph Roulin assis (1888) Image:Van Gogh Portrait of the Postman Joseph Roulin.jpg|Portrait du Postier Joseph Roulin (1889) Image:Portrait of Dr. Gachet.jpg|Auvers-sur-Oise - Portait du docteur Gachet (1890, juin) Image:VanGogh_1887_Selbstbildnis.jpg|Autoportrait (1887) Image:VanGogh-self-portait-as an artist.jpg|Autoportrait (1888) Image:SelbstPortrait VG2.jpg|Autoportrait (1889) Image:Vincent Willem van Gogh 105.jpg|Autoportrait (1889) Image:Vincent Willem van Gogh 106.jpg|Autoportrait (1889) Image:Paris rue lepic 54.jpg|rue Lepic, Paris Image:Auberge ravoux auvers-sur-oise.jpg|L'Auberge Ravoux, à Auvers-sur-Oise, où Vincent Van Gogh a passé ses derniers mois et où il est mort. Image:Van_Goghs_Final_View_-_Window_by_Attic_Room_Deathbed.jpg|Probalement la dernière vue du monde extérieur de van Gogh. (à travers une fenêtre à l'Auberge Ravoux)

Influence

Van Gogh a fortement influencé la peinture, en particulier les mouvements tels que le Fauvisme, l'Expressionnisme et, dans une moindre mesure, le Cubisme.

Le Fauvisme

Vlaminck - La Seine à Chatou, 1906 van Gogh - La Vigne rouge, 1888 Van Gogh a eu une influence sur les peintres fauves en montrant une palette de couleurs remarquable, notamment dans sa période arlésienne. Durant cette période, van Gogh n'hésite plus à utiliser des couleurs vives et des juxtapositions de tons non conventionnelles. Par cette utilisation de couleurs flamboyantes, Van Gogh a été une des sources d'inspiration de plusieurs peintres fauves tels que De Vlaminck ou Derain. Ainsi, lorsque l'on observe les œuvres fauves, on retrouve les mêmes dispositions de couleurs que chez van Gogh., comme par exemple, dans la Partie de campagne ou La Seine à Chatou de De Vlaminck, la proximité du rouge et du vert.

L'Expressionnisme

La veille tour, de Van Gogh (1884) Les Mangeurs de pommes de terre (1885) Par la dramatisation des scènes, la simplification, voire la caricature, qui caractérisent son œuvre des débuts à la fin, van Gogh annonce l'expressionnisme. En Allemagne et en Autriche, les expressionnistes comme Ernst Ludwig Kirchner, Erich Heckel, Wassily Kandinsky, Paul Klee, Gustav Klimt ou Oskar Kokoschka vont s'inspirer de la technique de van Gogh fondée sur la nervosité de la touche, l'exagération des lignes et des couleurs qui permet de rendre l'expression des sentiments et des émotions.

Le Cubisme

Van Gogh n'a pas à proprement parlé influencé le cubisme qui est apparu au début du . Un seul de ses tableaux, Les livres peint en 1886, peut être considéré comme précurseur du cubisme. Cette œuvre assez atypique, est presque abstraite avec une composition qui obéit à un ordre plastique coloré, et composé uniquement de droites. Même si l'on ne peut pas affirmer que cette peinture ait directement influencé les artistes cubistes, par contre l'utilisation des couleurs par van Gogh dans ce tableau et dans d'autres est assez similaire à ce que feront les peintres du cubisme qui expriment leurs idées et sentiments par l'appui de la couleur et des lignes.

Postérité

Van Gogh est devenu avec le temps probablement le peintre le plus connu dans le monde entier. Mais les raisons de sa notoriété diffèrent selon les publics concernés. Si pour les historiens de l’art, c’est avant tout un précurseur qui a ouvert à la peinture de nouvelles voies, il reste pour les amateurs d'art un maître à l’égal des Léonard de Vinci ou des Rembrandt en dépit d’une production très importante et d’une trajectoire artistique fulgurante en durée et par ses styles. Pour le grand public, son œuvre aujourd'hui universellement accessible dans les plus grands musées, et sa vie digne d’un héros romantique, l’ont transformé en mythe, celui du peintre incompris ou de l'artiste maudit.

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie et sources

- Vincent van Gogh, (Traduit du néerlandais par Louis Roëdland) Lettres à son frère Théo, Édition l'imaginaire Gallimard
- Dieter Beaujean, Vincent van Gogh : vie et œuvre', Könemann 1999,
- Kathleen Powers Erickson, A la porte de l'Éternité : La vision spirituelle de Vincent van Gogh, 1998,
- Violaine Küss, Le batave du petit boulevard, Éditions Texte & Prétextes/Je Médite-Éditeur,
- Jean-Clet Martin, Van Gogh, L'œil des choses, Éditions Les Empêcheurs/Seuil
- José Féron Romano, Van Gogh, la course vers le soleil, Éditions du Jasmin
- Ken Wilkie, A la recherche de Van Gogh, 1991 ===
Sujets connexes
Absinthe   Alain Resnais   Allemagne   Allemand   Alpilles   Alyscamps   Amsterdam   Anglais   Angleterre   Anna Boch   Anvers   Aquarelle   Arles   Art   Art contemporain   Asnières-sur-Seine   Autoportrait à l'oreille bandée   Autriche   Auvers-sur-Oise   Belgique   Bible   Borinage   Brabant-Septentrional   Brixton   Bruxelles   Camille Pissarro   Champ de blé aux corbeaux   Charles Bargue   Charles Dickens   Composition picturale   Cubisme   Cuesmes   Dessinateur   Digitale pourpre   Dordrecht   Drenthe   Eindhoven   Erich Heckel   Ernst Ludwig Kirchner   Etten-Leur   Eugène Delacroix   Expressionnisme   Fauvisme   Fernand Cormon   France   Français   Geel   Goupil   Grisou   Gustav Klimt   Halo (phénomène optique)   Henri de Toulouse-Lautrec   Histoire du Japon   Honoré de Balzac   Impressionnisme   Internat (établissement scolaire)   Iris   Jacques Dutronc   Jean-Clet Martin   Jean-François Millet   Jean Calvin   Joris-Karl Huysmans   Kirk Douglas   La Haye   La Vie passionnée de Vincent van Gogh   La Vigne rouge   La chambre de Van Gogh à Arles   Les Mangeurs de pommes de terre   Les Tournesols   Lithographie   Lobe temporal   Londres   Louis Anquetin   Léonard de Vinci   Maison Jaune (Van Gogh)   Maurice Pialat   Mercure de France   Middlesex   Moerdijk   Mons   Musée d'Orsay   Musée van Gogh   Méthodisme   Neurotoxine   Noël   Nuenen   Nuit étoilée sur le Rhône   Oskar Kokoschka   Paris   Paul Cézanne   Paul Gachet   Paul Gauguin   Paul Klee   Paul Signac   Pays-Bas   Peinture   Peinture à l'huile   Perspective (représentation)   Porphyrie aiguë intermittente   Portrait d'Adeline Ravoux   Portrait d'Eugène Boch   Portrait de Paul-Eugène Milliet   Portrait du Dr Gachet avec branche de digitale   Portraits de la famille Roulin   Post-impressionnisme   Pâturages   Ramsgate   Rembrandt   Rijksmuseum   Réalisme   Saint-Rémy-de-Provence   Saintes-Maries-de-la-Mer   Saturnisme   Schizophrénie   Spiritueux aux plantes d'absinthe   Symbolisme (art)   Syphilis   Terrasse du café le soir, Place du forum, Arles   Thujone   Théodore van Gogh (négociant en art)   Théologie   Tilburg   Van Gogh (film, 1991)   Vergers fleurissants   Vexin français   Victor Hugo   Vincente Minnelli   Wasmes (Colfontaine)   Wassily Kandinsky   Xanthopsie   Zundert  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^