Aphrodite

Infos
kylix à fond blanc du Peintre de Pistoxénos, vers 460 av. J.-C., British Museum Aphrodite (en grec ancien / Aphrodítê) est la déesse grecque de la germination, de l'amour, des plaisirs et de la beauté. Elle a pour équivalent Vénus dans la mythologie romaine. On peut distinguer deux conceptions différentes d'Aphrodite : celle du plaisir de la chair, plus « terrienne » en quelque sorte, et celle de l'amour spirituel, pure et chaste dans sa beauté. Le quatrième
Aphrodite

kylix à fond blanc du Peintre de Pistoxénos, vers 460 av. J.-C., British Museum Aphrodite (en grec ancien / Aphrodítê) est la déesse grecque de la germination, de l'amour, des plaisirs et de la beauté. Elle a pour équivalent Vénus dans la mythologie romaine. On peut distinguer deux conceptions différentes d'Aphrodite : celle du plaisir de la chair, plus « terrienne » en quelque sorte, et celle de l'amour spirituel, pure et chaste dans sa beauté. Le quatrième mois du calendrier grégorien aurait été nommé avril en son honneur par les Romains.

Mythe

Naissance

La Naissance de Vénus (détail), par Sandro Botticelli (1645), galerie des Offices Il existe deux légendes différentes sur sa naissance. Chez Homère, elle est la fille de Zeus (III, 374, etc.) et (VIII, 308 et 320). et DionéIliade (V, 370)., l'une des filles d'Océan. La déesse appelle Arès son « bon frèreIliade (V, 359). », alors que son mari Héphaïstos, après l'avoir surprise avec ce même Arès, menace de réclamer à Zeus les cadeaux qu'il lui a offerts en échange de la main de sa filleOdyssée (VIII, 306-320).. Dans la Théogonie d'Hésiode et selon la tradition la plus populaire, Aphrodite naît de la mer fécondée par le sexe d'Ouranos, tranché par Cronos : « tout autour, une blanche écume sortait du membre divin. De cette écume une fille se forma (v. 189-191). Extrait de la traduction de Paul Mazon pour les Belles-Lettres, 1928. ». Pour les Grecs, cette légende s'inscrit dans le nom même de la déesse : elle est « née de l'écumeThéogonie (v. 197-198) ; voir aussi Platon, Cratyle (406c). » ( / aphrós) — cependant, il ne s'agit en fait que d'une étymologie populaire, sans fondementQ.v., , p. 147-148.. Poussée par les Vents, elle vogue jusqu'à Cythère, puis Chypre. Ainsi s'expliquent, selon Hésiode, ses principaux surnoms : « Cypris » et « Cythérée », mais aussi son épithète homériqueIliade (III, 424) et Odyssée (VIII, 362); / philommeidếs, qu'il interprète comme signifiant « sortie des testicules » ( / mếdea)Simple jeu de mots en réalité, l'épithète se rattachant à / meidiáô et signifiant « qui aime les sourires ». Chantraine, s.v. , p. 677..

Amours

Mariée à Héphaïstos, elle a de multiples aventures extra-conjugales. La principale est celle avec Arès, d'où naissent Harmonie, Déimos et Phobos
Théogonie (v. 933-937).. Informé de la relation adultère par Hélios, qui voit tout de sa position élevée, Héphaïstos crée un filet magique qu'il place sur le lit pour emprisonner le couple. Convoquant Zeus et les Olympiens, il leur révèle la duperie devant les amants emprisonnésOdyssée (VIII, 266 et suivants).. Par suite, Aphrodite maudit Hélios et sa descendance, c'est-à-dire Pasiphaé et ses filles Ariane et Phèdre (malédiction qui sera aggravée par celle dont Poséidon affligera Minos, époux de Pasiphaé et père d'Ariane et Phèdre). À l'époque classique, Arès est également réputé être le père d'ÉrosPremière mention chez Simonide de Céos (frag. 575 PMG)., qu'Hésiode dépeignait auparavant comme une force primordiale — on attribue aussi la paternité de l'Amour à OuranosSappho (frag. 198 LP).. Aphrodite a également une liaison avec :
- Hermès, d'où naît Hermaphrodite (IV, 6, 5)., mi-homme mi-femmeLa bisexualité semble exister dès la naissance chez Diodore ; elle résulte d'une fusion avec la nymphe Salmacis chez Ovide, Métamorphoses (IV, 285-388)..
- Dionysos, d'où naissent PriapeDiodore de Sicile (IV, 6, 1). (la paternité est attribuée alternativement à Zeus ou Adonis) et Hyménée, le dieu du chant nuptial (aussi dit né d'une des neuf Muses) ;
- Poséidon, d'où naît Rhodos (
Olympiques, VII, 14).. Aphrodite passe en outre pour avoir distingué de nombreux héros mortels, parmi lesquels :
- le jeune Phaéthon, fils d'Éos et de Céphale, dont elle fait le gardien immortel de son sanctuaire et l'un des deux dieux présidant alternativement à la course de la planète portant son nom latin Vénus
Théogonie (v. 990-992)..
- l'Argonaute Boutès qu'elle rend père d'Éryx, roi sanguinaire plus tard abattu par Héraclès (IV, 910 et suivants) ; Diodore de Sicile (III, 83, 1)..
- le Troyen Anchise dont elle a Énée
Iliade (V, 311 et suivants) ; (Aphrodite, I, 68 et suivants)., qu'elle protège et aide à emporter les Pénates de Troie jusqu'en Italie, avant d'obtenir pour lui l'Immortalité que lui accorde Zeus (XIV)..
- AdonisThéocrite (III, 46-48)., bel enfant né de l'arbre à myrrhe en lequel sa mère incestueuse Myrrha, est transformée (III, 14, 4).. Perséphone lui dispute l'enfant et Zeus doit partager le temps d'Adonis. Un tiers de l'année pour chacune et le troisième à son choix, qu'il passe toujours avec Aphrodite, jusqu'à ce qu'il soit mortellement blessé par un sanglier. Priape passait parfois pour être né de cette union, de même que la nymphe et héroïne fondatrice Béroé, l'une des innombrables maîtresses de Dionysos (Nonnos de Panopolis, Dionysiaques, divers chants). Éros et son double jumeau Antéros passent parfois pour ses enfants, alors que selon Hésiode, Éros est une des premières divinités, non engendré mais issu directement du Chaos.

Relations avec les mortels

La Vénus d'Arles, dont le prototype est attribué à Praxitèle, restaurée par Girardon comme tenant la pomme du jugement de Pâris La vengeance d'Aphrodite est terrible. Pour la vindicte, elle ne le cède en rien à Héra, mais si cette dernière ne poursuit les femmes que par jalousie, Aphrodite ne les frappe que lorsqu'elles la servent mal ou refusent de la servir, et les femmes sont alors tant ses victimes que ses instruments destinés aux hommes, plus rarement par jalousie, leur inspirant parfois des amours difficiles :
- par jalousie elle condamne Éos (l'Aurore) à l'érotomanie
- pour punir Hippolyte, qui ne respecte qu'Artémis, elle provoque la passion de Phèdre ;
- à la demande de Poséidon, elle suscite le désir monstrueux de Pasiphaé pour un taureau ;
- les filles du roi de Chypre refusent de l'honorer : elle les force à se prostituer ;
- pour la même faute, elle afflige les femmes de Lemnos d'une odeur effroyable qui fait fuir tous les hommes ;
- elle tente également de pousser Psyché à tomber amoureuse d'un homme mauvais grâce à une flèche d'Éros, lequel désobéit et décide de l'épouser. Quant à ses protégées, elles ne sont guère mieux loties. Hélène se plaint amèrement de la faveur de la déesse : « Infortunée que je suis, lui dit-elle, te voilà encore à mes côtés, pleine de desseins perfides ! » La légende la plus connue concernant Aphrodite est peut-être celle qui raconte la cause de la guerre de Troie. Éris, la seule déesse à ne pas être invitée au mariage du roi Pélée et de la nymphe de la mer Thétis, jette par dépit une pomme d'or dans la salle du banquet avec l'inscription « À la plus belle ». Zeus refuse de choisir entre Héra, Athéna et Aphrodite, les trois déesses qui, selon lui, méritent la pomme. Elles demandent à Pâris, prince de Troie, d'être le juge. Toutes les trois essaient de le soudoyer. Héra lui promet la puissance royale, Athéna, la gloire militaire, et Aphrodite, la plus belle femme du monde. Pâris choisit Aphrodite et demande en récompense Hélène de Troie, femme du roi grec Ménélas. L'enlèvement d'Hélène par Pâris provoque la guerre de Troie. Au cours de cette guerre, la déesse sera légèrement blessée par le héros grec Diomède en portant secours à son fils Énée.

Culte

Aphrodite est reconnue par les Grecs comme une divinité sémitique, et plus précisément phénicienne (I, 105 et 131).. De fait, elle correspond très probablement à la déesse Ishtar-Astarté, avec laquelle elle partage de nombreux traits : ce sont des divinités androgynesIl existe des représentations d'Aphrodite barbue et des mentions d'un « Aphroditos ». Burkert, p. 152. ; Astarté est la « reine du ciel » alors qu'Aphrodite est dite « la céleste » (
Ourania) ; leur culte comprend l'offrande d'encens et le sacrifice de colombes. Par ailleurs, le nom d'Aphrodite n'a pas été retrouvé sur les tablettes de linéaire B, témoignages écrits de la civilisation mycénienneBurkert, p. 51 et 153.. Son premier lieu de culte est la cité de Paphos, sur l'île de Chypre, que l’Odyssée mentionne déjà comme son lieu de séjourOdyssée (VIII, 363).. Sur l'Acropole de Corinthe, se trouvait un temple dédié à Aphrodite, on y pratiquait la prostitution sacrée.

Représentations artistiques

Musée Archéologique National d'Athène La naissance d'Aphrodite sortie des eaux est représentée pour la première fois sur les vases attiques à figures rouges, vers 460 av. J.-C. Elle entraîne à sa suite Éros et des divinités allégoriques comme Peitho (la Persuasion), Pothos ou Himéros (le Désir). Mais elle est aussi souvent accompagnée des Nymphes, des Heures, des Charites, des Tritons et des Néréides.

Épiclèses, attributs et sanctuaires

- Épiclèses : Elle était à la fois la déesse de l'amour céleste (
Ourania), vulgaire (Pandémos), du mariage (Nymphidia), ou des courtisanes (Hétaïra), la déesse marine (Pontia), ou la déesse victorieuse (Nikêphoros). On l'appelait encore Anadyomène, parce qu'elle était sortie des flots, Euplea (heureuse navigation'') comme protectrice des navigateurs, mais aussi Cypris, Cythérée ou Érycine, à cause de ses temples célèbres de Chypre, de Cythère ou du mont Éryx ;
-Attributs : la nudité, la myrrhe, le myrte, la rose et la ceinture magique, cadeau de mariage de Zeus, qu'elle prêtait parfois à Héra pour ravir l'amour de son époux volage ;
- Fruits favoris : divers fruits comme la pomme ou la grenade ;
- Animaux favoris : les animaux de nature ardente ou prolifique, comme le bélier, le bouc, le lièvre, le cygne, la tourterelle ou la colombe ;
- Sanctuaires : l'Aphrodision d'Aphrodisias, ville portant le nom de la déesse ; Paphos, sur l'île de Chypre (autel d'Aphrodite Ourania) ; Olbia (Hyères).

Notes

Voir aussi

===
Sujets connexes
Acidalie   Adonis   Adonis (mythologie)   Anchise   Antéros   Aphrodisias   Ariane (mythologie)   Artémis   Arès   Astarté   Athéna   Autel d'Aphrodite Ourania   Avril   Boutès   British Museum   Calendrier grégorien   Chaos (mythologie)   Charites   Chypre   Civilisation mycénienne   Colombe   Cratyle (Platon)   Cronos   Cythère   Céphale   Diomède (Argos)   Dionysos   Dioné (mythologie archaïque)   Divinités grecques allégoriques   Divinités olympiennes   Déimos (mythologie)   Encens   Galerie des Offices   Girardon   Grec ancien   Grenade (fruit)   Guerre de Troie   Harmonie (mythologie)   Hermaphrodite   Hermès   Heures (mythologie grecque)   Hippolyte fils de Thésée   Homère   Hyères   Hélios   Hélène (mythologie)   Héphaïstos   Héra   Héraclès   Hésiode   Ishtar   Jeu de mots   Kylix (vase)   La Naissance de Vénus   La Naissance de Vénus (Botticelli)   Lemnos   Linéaire B   Minos   Mont Éryx   Muses   Myrrha   Myrrhe   Mythologie grecque   Mythologie romaine   Ménélas   Nonnos de Panopolis   Nudité   Nymphe grecque   Néréides   Océan (mythologie)   Ouranos   Paphos   Pasiphaé   Perséphone   Phobos (mythologie)   Phèdre (mythologie)   Phénicie   Platon   Pomme   Poséidon   Pothos   Praxitèle   Priape   Psyché (mythologie)   Pâris   Pélée   Rome antique   Rose (fleur)   Salmacis   Sandro Botticelli   Sappho   Simonide de Céos   Sperme   Sémites   Thalassa (mythologie)   Théocrite   Théogonie (Hésiode)   Thétis   Triton (mythologie)   Troie   Vénus (mythologie)   Vénus (planète)   Vénus d'Arles  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^