Katana

Infos
Différentes lames de katana et de wakizashi. Symbole de la caste des samouraï, le katana (刀) est un sabre (arme blanche courbe à un seul tranchant) de plus de 60cm. Il est porté glissé dans la ceinture, tranchant dirigé vers le haut. Porté avec un wakizashi, ils forment le daisho. Certaines périodes de l'histoire japonaise étant plus calmes, le katana avait plus un rôle d'apparat que d'arme réelle. Le katana est une arme de
Katana

Différentes lames de katana et de wakizashi. Symbole de la caste des samouraï, le katana (刀) est un sabre (arme blanche courbe à un seul tranchant) de plus de 60cm. Il est porté glissé dans la ceinture, tranchant dirigé vers le haut. Porté avec un wakizashi, ils forment le daisho. Certaines périodes de l'histoire japonaise étant plus calmes, le katana avait plus un rôle d'apparat que d'arme réelle. Le katana est une arme de taille (dont on utilise le tranchant) et d'estoc (dont on utilise la pointe). Par extension, le terme Katana sert souvent à désigner l'ensemble des sabres japonais (Tachi, Uchigatana etc.) Sa production dépasse celle du Tachi pendant l'ère Muromachi (après 1392). Une tsuba (garde) de l'ère Edo

Description

Un katana moderne de 67 cm et son fourreau.Le katana a une taille supérieure à 60 cm mais peut varier selon les périodes et techniques de guerre. Il se manie généralement à deux mains (encore que certaines techniques, comme la célèbre technique à deux sabres de Musashi Miyamoto, ou des techniques impliquant l'utilisation du fourreau, supposent le maniement à une main). Sa poignée (tsuka), suivant le climat politique, variait entre la largeur de deux ou trois mains. La tsuka se termine par une garde (tsuba) qui protège la main. Le poids d'un katana standard varie de 800 grammes à 1300 grammes. Pour l'entraînement au katana, on utilise cinq types de sabre d'entraînement :
- le iaitô (居合刀), réplique en métal (un alliage d'aluminium et de zinc), non tranchante, d'un katana; cette déclinaison du sabre japonais est l'outil d'entraînement de prédilection des pratiquants de iaidô (居合道).
- le bokken (木剣), sabre en bois rigide ; c'est une arme en soi (le célèbre samouraï Musashi Miyamoto a remporté son fameux duel contre Kojirō Sasaki avec un bokken improvisé en taillant une rame de la barque qui l'emmenait sur le lieu du duel). Il est utilisé par les pratiquants de iaidô pour des combats, et par les pratiquants d'aïkido et de kendo dans des katas.
- le suburitô, sabre en bois rigide et lourd, destiné à s'entraîner aux coupes dans le vide (suburi) en se musclant ;
- le shinaï (竹刀), formé par des lamelles de bambou maintenues par une gaine de cuir; ce sabre permet de porter des frappes réelles sans danger, moyennant des protections corporelles, et est utilisé par les pratiquants du kendo (剣道).
- le shinken, qui est un katana authentique et aiguisé; il est utilisé principalement pour les coupes, comme dans le batto do et le tame shigiri, contre des cibles constituées de tatamis ou de nattes de pailles roulées. Les hauts gradés (5e dan ou plus) en kenjutsu et en iaidô les utilisent pour passer des examens ou certains katas. Il existe maintenant des katana en mousse permettant de porter des assauts plus virulents sans danger, utilisés en sport chanbara (forme ludique du kendo).

Fabrication

Voir Sabre japonais

Parties du katana

La lame ainsi que la poignée comportent plusieurs parties qui ont chacune leur nom ; ceci marque l'importance que la culture japonaise accorde au sabre. Les diverses parties du katana détaillés
- Tsuka : poignée ; son cœur est constitué de deux coques de bois de magnolia.
- kashira, ou tsukagashira : décoration au bout du pommeau ;
- menuki : broche d'ornement sur la poignée, elle aide également à la saisie ; elle n'est pas posée au même niveau sur la face omote que sur la face ura ;
- mekugi : goupille de bambou qui fixe la lame à la tsuka ; la soie (nakago) de la lame et la tsuka sont percées, et le mekugi les traverse de part en part ;
- same kawa : peau de requin ou de raie pastenague qui recouvre le bois de la tsuka ; cette peau (contenant de la silice) collée autour ou sur chaque flanc de la poignée servait notamment à l'extrême rigidité de celle-ci ;
- tsuka ito ou tsuka maki : laçage de tresse spéciale en soie ou coton, ou encore de cuir autour de la poignée, permettant une meilleure préhension et de maintenir les deux coques constituant la tsuka.
- tsuba : garde ;
- seppa : parties métallique entre la tsuba et la lame, guidant la soie (nakago) lors de son insertion dans la tsuka ;
- habaki : pièce métallique située à la base de la lame ; elle sert à « verrouiller » le sabre dans le fourreau (saya), à éviter qu'il ne tombe ; pour dégainer, l'escrimeur pousse sur la garde (tsuba) avec le pouce pour faire sortir le habaki du saya et pouvoir tirer la lame ;
- lame
- nakago : soie, partie insérée dans la tsuka et percée du mekugiana (trou permettant le passage du mekugi) ;
-
- hitoe : dos de la soie ;
-
- yasurime : traits de lime organisés sur la soie, varient selon les écoles;
-
- mei : signature gravée dans la soie identifiant le forgeron
- mune machi : décrochement sur le dos de la lame, marquant le début du dos de la soie (hitoe) ;
- mune : dos de la lame ;
- bohi : gouttière ou gorge, permettant d'alléger la lame
- yakiba : partie trempée de la lame, formant la ligne de trempe, (hamon). Présente différentes formes : vagues, boîtes, etc
- hassaki : tranchant de la lame ;
- shinogiji : partie parallèle des flancs, verticale lorsque le sabre est porté à la ceinture ou bien en garde ;
- arêtes : la partie parallèle des flancs de la lame (shinogiji) a une certaine épaisseur ; la lame s'affine vers la pointe (kissaki) et vers le tranchant (hassaki), la transition de la partie parallèle et les parties s'affinant forment trois arêtes qui se rencontrent en un point nommé mitsukado ;
-
- shinogi : arête latérale de la lame
-
- yokote : arête séparant la pointe (kissaki) du reste de la lame
-
- koshinogi
- mono-uchi : les 9 cm à partir du Yokote ; c'est principalement avec cette partie que sont effectuées les coupes
- kissaki : pointe biseautée ; elle est séparée du reste de la lame par une arrête, le yokote
- sashi omote : lorsque le sabre est porté à la ceinture (sur le flanc gauche, courbure vers le haut), c'est la partie présentée au public (omote), la partie côté extérieur ; lorsque le guerrier est en garde (kamae), c'est le flanc gauche de la lame ;c'est également ce côté qui est présenté lorsque la lame est sur un présentoir ;
- sashi ura : lorsque le sabre est porté à la ceinture, c'est la partie cachée (ura) ; lorsque le guerrier est en garde (kamae), c'est le flanc droit de la lame ;
- saya : fourreau ; il est fait de bois de magnolia qui, bien séché, est absorbeur d'humidité, limitant l'oxydation des lames ; il est recouvert de laque traditionnelle (22 couches) d'aspect lisse ou granulé à motif avec ou sans incrustation ; celle-ci avait deux vertus : rendre étanche l'ensemble sabre fourreau, et rigidifier le fourreau fait de magnolia fragile ;
- sageo : cordelette.

Présentation du katana

Lorsque le katana est sur son présentoir, il est placé :
- dans son fourreau (
saya) ;
- tranchant vers le haut ;
- face publique (
omote'') visible.

Célèbres fabriquants de katanas

- Amakuni (qui forgea le premier katana, vers 700 ap. J-C)
- Munechika
- Rai Kunitoshi
- Rai Kunimitsu
- Soshu Masamune
- Soshu Sadamune
- Muramasa Sengo
- Inoue Shinkai
- Nagasone Kotetsu
- Gassan Sadakazu
- Yosozaemon Sukesada
- Yamato Kaneuji
- Bizen Saburo Kunimune
- Etchu Norishige
- Go Yoshihiro
- Magoroku Kanemoto
- Sadatoshi Gassan
- Kotetsu Nagasone

Voir aussi

- Sabres Japonais
- Structure de la lame du sabre japonais
- Histoire du sabre japonais
- Technique de forge des sabres japonais

Cinéma

Le katana tient une place non négligeable dans le septième art, japonais, bien sûr, mais également occidental. Il est, par exemple, un point central du film Kill Bill et plus particulièrement de sa première partie durant laquelle la fabrication du sabre de la mariée par Hattori Hanzo est mise en valeur. On le retrouve également dans Highlander où Juan Sanchez Villa-Lobos Ramirez (Sean Connery) et Connor MacLeod (Christophe Lambert) utilisent successivement un même katana au long du film et de ses suites. On peut également citer "le dernier samourai" ou Tom Cruise s'initie au combat de sabre à la japonaise et ne tarde pas pas à mettre, de manière spectaculaire, ses acquis en oeuvre. Il y a également "Zaitochi", dans lequel Takeshi Kitano campe un masseur aveugle, redoutable expert du sabre. ===
Sujets connexes
Amakuni   Arme   Arme blanche   Aïkido   Bambou   Bokken   Christophe Lambert (acteur)   Estoc   Fourreau   Garde (arme blanche)   Highlander   Histoire du Japon   Histoire du sabre japonais   Iaito   Kendo   Kenjutsu   Kill Bill   Kotetsu Nagasone   Muramasa Sengo   Musashi Miyamoto   Rai Kunimitsu   Requin   Sabre japonais   Samouraï   Sean Connery   Shinaï   Sport chanbara   Structure de la lame du sabre japonais   Tachi   Tatami   Technique de forge des sabres japonais   Wakizashi  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^