Dictature des colonels

Infos
La dictature des colonels est le nom donné au pouvoir politique en place en Grèce de 1967 à 1974, qui provoqua en outre l'exil du roi Constantin II monté sur le trône en 1964. Cette dictature est issue de la prise du pouvoir par une junte d'officiers alors dominée par Yeóryos Papadópoulos.
Dictature des colonels

La dictature des colonels est le nom donné au pouvoir politique en place en Grèce de 1967 à 1974, qui provoqua en outre l'exil du roi Constantin II monté sur le trône en 1964. Cette dictature est issue de la prise du pouvoir par une junte d'officiers alors dominée par Yeóryos Papadópoulos.

Une vie politique instable

Au début des années 1960, la vie politique grecque fut rendue très instable. Malgré une large victoire (53% des voix) aux élections de 1964, l'Union des Centres de Georges Papandreou n'avait pas pu gouverner plus de dix-huit mois. Le jeune roi Constantin II intervint contre le Premier Ministre légalement élu en le renvoyant en juillet 1965. Cette réaction faisait partie d'une série de tentatives royales pour reprendre en mains les rênes du pays. Cela fut rendu possible parce qu'un membre du parti de Georges Papandreou, Constantinos Mitsotakis fit sécession avec un nombre considérable des nouveaux élus. En Grèce, on parla d'Apostasie. Ce même Mitsotakis devint Premier ministre en 1989. D'autre part, Georges Papandreou, perçu également en Grèce comme un démocrate de longue date, aspirait à détenir le poste de ministre de guerre; chose qui plaisait peu au Palais. Ce renversement de l'Union des Centres avait été rendu possible par des membres de ce même parti qui cherchaient à exercer le pouvoir pour leur propre compte. On assista alors à toute une série de gouvernements plus ou moins éphémères entre juillet 1965 et avril 1967. Papandreou et Panagiotis Kanellopoulos, les leaders de l'Union des Centres et de l'ERE (Union Nationale Radicale, parti jusque là majoritaire) tentèrent de trouver un accord pour sortir de la crise qui menaçait de se prolonger. L'idée était de former un gouvernement qui expédierait les affaires courantes et organiserait de nouvelles élections. Cette solution ne put être mise en place à cause du coup d'État des colonels.

Le coup d'État des colonels

La monarchie est alors soutenue par les USA, malgré son incapacité à moderniser le pays. Des troubles se développent devant le refus du roi de confier le pouvoir aux forces progressistes. Parmi les nombreux troubles se situe la mort du député Grigoris Lambrakis celle de l'étudiant Sotiris Petroulas. L'affaire Lambrakis a fait ensuite l'objet d'un livre puis d'un film : Z. Ces troubles politiques aboutirent au coup d'État des colonels le 21 avril 1967. Ce 21 avril, des officiers emmenés par le colonel Yeóryos Papadópoulos prennent le pouvoir par la force et abolissent la constitution. Leur tâche fut facilitée par la désorganisation du monde politique, le discrédit des institutions et l'inertie du palais royal. En décembre 1967, le roi tenta de reprendre la main par un contre-coup d'État avec le soutien de généraux. Son échec obligea le roi Constantin II à s'exiler avec sa famille à Rome.

La dictature

Pour conserver et consolider leur pouvoir, les colonels cherchèrent à éliminer toute forme d'opposition et de contestation. Dès le coup d'État, des personnalités politiques, principalement de gauche, mais aussi des libéraux et de simples défenseurs des droits de l'homme, furent persécutés. Nombre de militaires et de fonctionnaires furent révoqués afin de permettre aux colonels de disposer d'instruments de gouvernement du pays idéologiquement conformes aux principes du régime. Les opposants politiques étaient mis en résidence surveillée, emprisonnés, déportés sur des îles désertes de l'Égée mais aussi parfois torturés. Des gouvernements plus ou moins fantoches se succédèrent afin de laisser croire qu'une vie politique continuait à exister et que le pouvoir n'était pas détenu par les seuls colonels et principalement par Y. Papadópoulos. Malgré la censure, de nombreuses manifestations contre le régime eurent lieu. Ainsi, 1968 fut une année difficile pour la dictature. Alexandre Panagoulis tenta d'assassiner le colonel Papadópoulos. Il fut condamné à mort. Une très forte mobilisation de l'opinion publique internationale permit d'éviter son exécution. Les obsèques de Georges Papandreou, décédé en résidence surveillée, furent l'occasion de grandes manifestations contre le régime. À l'étranger aussi, les Grecs en exil politique organisaient des manifestations contre la dictature. Ainsi, en 1969, la Grèce fut exclue du Conseil de l'Europe. Dès 1967, l'accord d'association qui liait la Grèce à la Communauté européenne avait été mis en sommeil.

La fin de la dictature

La crise chypriote fut fatale au régime des colonels, déjà affaibli par une forte protestation, des étudiants principalement (occupation de l'École Polytechnique (Politechnion), évacuée par les chars le 17 novembre 1973). Les événements du Politechnion ne furent pas seulement une révolte estudiantine mais une révolte populaire, dans la rue se trouvaient des gens de toutes les conditions. Le 17 novembre les dictateurs firent marcher les tanks sur l'université. La Grèce avait un accord de défense avec Chypre. La Turquie attaqua et occupa une partie de l'île mais bien que la Grèce ait envoyé des troupes, elles n'entrèrent jamais en action. C'est ce que l'on appelle en Grèce l'enveloppe chypriote "kypriako fakelo".

Culture

Le film Z de Costa-Gavras traite de la période d'instabilité qui précéda la dictature.

Voir aussi

- Gladio Catégorie:Histoire contemporaine de la Grèce Catégorie:Forces armées grecques de:Griechische Militärdiktatur el:Χούντα των Συνταγματαρχών en:Greek military junta of 1967-1974 es:Régimen de los Coroneles et:Kolonelide diktatuur fi:Kreikan sotilasjuntta it:Dittatura dei colonnelli pl:Junta czarnych pułkowników ru:Чёрные полковники tr:1967-1974 Yunanistan Askerî Cuntası
Sujets connexes
Chypre   Constantin II   Constantin II de Grèce   Constantinos Mitsotakis   Costa-Gavras   Coup d'État   Gladio   Grèce   Panagiotis Kanellopoulos   Rome   Yeóryos Papadópoulos   Z (film, 1969)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^