Bibliothèque Sainte-Geneviève

Infos
La bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris La bibliothèque Sainte-Geneviève est une bibliothèque parisienne située au 10, place du Panthéon, dans le 5e arrondissement de Paris. Elle est l'héritière de la bibliothèque de l'Abbaye Sainte-Geneviève de Paris, à laquelle elle a survécu après la Révolution française, occupant jusqu'en 1842 le dernier étage de l'édifice abbatial qui abritait alors l'École centrale du Panthéon, aujourd'hui lycée Henri-IV. Elle occu
Bibliothèque Sainte-Geneviève

La bibliothèque Sainte-Geneviève à Paris La bibliothèque Sainte-Geneviève est une bibliothèque parisienne située au 10, place du Panthéon, dans le 5e arrondissement de Paris. Elle est l'héritière de la bibliothèque de l'Abbaye Sainte-Geneviève de Paris, à laquelle elle a survécu après la Révolution française, occupant jusqu'en 1842 le dernier étage de l'édifice abbatial qui abritait alors l'École centrale du Panthéon, aujourd'hui lycée Henri-IV. Elle occupe depuis 1851 son bâtiment actuel, édifié par l'architecte Henri Labrouste et agrandi par la suite. C'est aujourd'hui une bibliothèque d'État à la fois interuniversitaire et publique, accessible à toute personne majeure ou titulaire du baccalauréat. Ses collections sont encyclopédiques et totalisent environ deux millions de volumes. Elles se répartissent en trois fonds : la Réserve, principalement pour les fonds anciens, rares et précieux, le Fonds général comprenant les ouvrages, périodiques et autres documents publiés de 1811 à aujourd'hui, et la Bibliothèque nordique (accès au 6, rue Valette), proposant un très riche fonds fenno-scandinave dont l'origine remonte aux collections de l'Abbaye. Elle est administrativement rattachée à l'Université de Paris III.

Histoire

Si la fondation de l’Abbaye Sainte-Geneviève de Paris remonte au , l'existence d'une bibliothèque n'est attestée qu'au , avec un manuscrit, aujourd'hui à la bibliothèque municipale de Soissons, portant son ex-libris. Au siècle suivant un catalogue fait état de 226 volumes. Mais l'abbaye connaît une certaine décadence au , qui entraîne la dispersion des collections. C'est le cardinal de La Rochefoucauld, évêque de Senlis, entré en possession de l'abbaye en 1619, qui réinstitue véritablement la bibliothèque en 1624, à laquelle, après un dépôt initial de 600 volumes, il lègue l'ensemble de ses collections et archives personnelles en 1640. Les collections s'accroissent ensuite jusqu'à la Révolution, sous l'impulsion de ses bibliothécaires successifs, et s'enrichit de nombreux dons : notamment de Gabriel Naudé en 1653, et surtout, en 1710, celui l'archevêque de Reims, Charles-Maurice Le Tellier qui lègue sa collection de manuscrits et environ 16 000 volumes, parmi lesquels 500 volumes à l'origine des collections de l'actuelle Bibliothèque nordique. Avec ce fonds Le Tellier a également été introduite la classification alphabétique de Nicolas Clément, encore partiellement en usage de nos jours. Au la bibliothèque est, parmi les premières à Paris, ouverte au public. La seconde moitié du siècle est marquée par la personnalité de son bibliothécaire, le père Alexandre-Guy Pingré (1711-1796), membre de l'Académie des sciences, qui accroît considérablement les collections scientifiques de Sainte-Geneviève. En outre, c’est à son entregent que la bibliothèque, devenue propriété nationale en 1789 avec l’abbaye, doit d’avoir survécu à celle-ci et échappé à la dispersion de ses collections. Mieux, elle bénéficie, comme la Bibliothèque nationale et quelques autres établissements, des confiscations révolutionnaires et des prises de guerre napoléoniennes, s’enrichissant d’une sélection d’environ 20 000 ouvrages de provenances variées. Rebaptisée Bibliothèque du Panthéon jusqu’à la Restauration, elle passe, à la mort de Pingré, sous l’autorité de l’administrateur Pierre Daunou, qui lance l’établissement du catalogue des incunables (publié seulement à la fin du siècle), puis celui du catalogue général (en 33 volumes). À cette époque, la bibliothèque bénéficie toujours de dons réguliers, et pour pallier la faiblesse de ses crédits, devient, par décret royal en 1828, attributaire d'un exemplaire du dépôt légal en théologie, philosophie, droit, médecine et sciences, ce qui lui permet de mieux répondre à sa double vocation de bibliothèque publique et universitaire. Cependant, elle est à l'étroit dans des locaux vétustes, au dernier étage de l'ancienne abbaye devenue lycée. En 1842 elle est installée, à titre provisoire, dans une partie de l'ancien collège de Montaigu, devenu hôpital, puis prison, et destiné à la démolition dans le cadre de l’aménagement de la place du Panthéon. La nouvelle bibliothèque est édifiée à son emplacement de 1843 à 1850, et inaugurée le 4 février 1851. En 1925, elle est rattachée à la Réunion des bibliothèques nationales de Paris (regroupant également la Bibliothèque nationale, l'Arsenal, et la Mazarine). Cependant, dès 1930, elle est rattachée à l'Université de Paris, et devient interuniversitaire en 1972.

La Bibliothèque Sainte-Geneviève en chiffres

Architecture

Plans

Image:Bibliothek Sainte-Geneviève ground floor plan.jpg|Plan à rez-de-chaussée (hall d'entrée et magasins) Image:Bibliothèque Sainte-Geneviève floor plan.jpg|Plan de l'étage principal (salle de lecture) Image:Bibliothèque Sainte-Geneviève elevation.jpg|Coupe transversale sur le hall d'entrée et la salle de lecture (incomplet) Image:Bibliothèque Sainte-Geneviève Facade.jpg|Travée de façade

Bibliographie

-Alfred de Bougy, Histoire de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, suivi d'une Monographie bibliographique ou catalogue des ouvrages, manuscrits et imprimés relatifs à Sainte-Geneviève, à son église, à son abbaye, aux chanoines réguliers de la congrégation de France ou Génovéfains, et à leur bibliothèque, par P. Pinçon, Comptoir des imprimeurs-unis, Paris, 1847 ;
-Marguerite Wintzweiller (réd.), La Bibliothèque Sainte-Geneviève de jadis à aujourd'hui : catalogue de l'exposition organisée à l'occasion du centenaire de son installation dans les bâtiments actuels, 1851-1951, Paris, 1951 ;
-Marguerite Wintzweiller, Les origines de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, Copédith, Paris, 1986 ;
-Nicolas Petit et Françoise Zehnacker, « Histoire des fonds anciens de la bibliothèque Sainte-Geneviève », dans Mélanges de la bibliothèque de la Sorbonne, 1991, p. 81-101 ;
-Françoise Zehnacker, « Bibliothèque Sainte-Geneviève », dans Patrimoine des bibliothèques de France, un guide des régions. Volume 1, Île de France, Payot, Paris, 1995, p. 252-261 ;
-De l'Abbaye Sainte-Geneviève au lycée Henri IV : Sciences et Humanités, une tradition, Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris, 1996 ;
-Nicolas Petit, L'Éphémère, l'occasionnel et le non livre à la Bibliothèque Sainte-Geneviève (XV-XVIII siècle), Klincksieck, coll. « Corpus iconographique de l'histoire du livre », Paris, 1997.
-Des palais pour les livres : Labrouste, Sainte-Geneviève et les bibliothèques : , Bibliothèque Sainte-Geneviève, Maisonneuve et Larose, 2002
-Henri Labrouste (dessins), Jean-Hugues Berrou (photographies), (réd. Christine Vendredi-Auzanneau et Alain Colas), Visions, Bibliothèque Sainte-Geneviève : voir et revoir l'œuvre de Labrouste, 11 octobre-9 novembre 2001. ==
Sujets connexes
Abbaye Sainte-Geneviève de Paris   Académie des sciences (France)   Alfred de Bougy   Bibliothèque Mazarine   Bibliothèque de l'Arsenal   Bibliothèque nationale de France   Charles-Maurice Le Tellier   Collège de Montaigu   Droit   Dépôt légal   Gabriel Naudé   Henri Labrouste   Jean-Hugues Berrou   Liste des archevêques de Reims   Lycée Henri-IV   Manuscrit   Médecine   Panthéon de Paris   Paris   Philosophie   Pierre Daunou   Restauration française   Réunion des bibliothèques nationales de Paris   Révolution française   Soissons   Théologie   Université de Paris  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^